Concilier travail et études

Est-ce que je peux exercer une activité lucrative rémunérée en dehors de mes études ?

Un travail rémunéré peut être exercé parallèlement aux études. Tout dépend néanmoins du type d’emploi (horaires, taux d’activité, fatigue qui y est liée, etc.) et de la formation choisie. La situation variant selon les facultés, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre conseillère ou conseiller aux études.

 

Qu'en pensent les facultés ?

  • La Faculté des lettres et sciences humaines vous répond...

    Tout dépend du type d’emploi (horaires, taux d’activité, fatigue qui y est liée, etc.) et des piliers que vous choisissez. Toutefois,  la majorité des étudiants travaillent durant leurs études.

  • La Faculté des sciences vous répond...

    Les études à temps partiel sont exclues pour les cursus partiels que sont les études de médecine et de pharmacie, car seule la 1ère année de ces cursus est dispensée par l’UniNE.

    Pour les cursus de Bachelor en sciences, les études à temps partiel sont possibles mais déconseillées notamment durant 1ère année, en raison de la structure des études.

    Pour certains cursus de Master, des études à temps partiel sont possibles.

    Les personnes qui sont intéressées à faire des cursus à temps partiel doivent tout d'abord faire une demande d’admission. Une fois cette demande acceptée,  elles doivent faire une demande d’études à temps partiel par écrit accompagnée des justificatifs nécessaires (contrat de travail  ou attestation de l’employeur par exemple) à l’attention du doyen de la Faculté des sciences. Dans tous les cas, la durée maximale des études reste identique à celle prévue pour le cursus en question.

    Certain cursus de Master excluent les études à temps partiel, mais laisse une grande marge de manœuvre dans l’organisation des études, ce qui permet d’avoir une activité professionnelle. Dans ce cas, seule la durée maximale des études est prise en compte.

  • La Faculté de droit vous répond...

    Oui, il est possible d’exercer un emploi parallèlement aux études de droit.

    En principe, la présence aux cours est fortement recommandée, mais certaines plages horaires sont libres et peuvent être utilisées pour un emploi. Plusieurs éléments doivent être pris en compte.

    Premièrement, des professeurs demandent d’effectuer des lectures, il faudra alors garder du temps pour les effectuer durant la semaine.

    Deuxièmement, la période de préparation des examens peut nécessiter un grand investissement en temps et s’avérer difficilement compatible avec un emploi.

    Troisièmement, si un travail accessoire est envisageable, il vaut mieux limiter son taux d’occupation pour pouvoir suivre son cursus d’études dans les meilleures conditions. Un taux de travail allant de 10 à 30 % semble raisonnable pour pouvoir investir un maximum de temps à la réussite de ses études.

    Pour les personnes devant travailler à un taux d’occupation plus élevé, il est possible d’envisager des études à temps partiel et d’allonger la durée normale du cursus.

  • La Faculté des sciences économiques vous répond...

    Il est possible d'étudier et d'avoir un travail accessoire d'une journée par semaine, par exemple.

    Si l'étudiant travaille à 40% ou plus, il peut suivre le bachelor et les masters (sauf les masters en collaboration avec d’autres universités) à temps partiel pour de justes motifs, en particulier une activité professionnelle.

    Les modalités sont réglées dans un contrat pédagogique. L’activité professionnelle ne doit pas être accessoire.

  • Les étudiants au bénéfice d'une autorisation de séjour pour études, ont-ils le droit de travailler ?

    Les étudiants étrangers ont une autorisation de séjour pour études. S'ils veulent travailler, leur employeur doit demander une autorisation de séjour pour études avec activité lucrative auprès du service des migrations. Cette autorisation de séjour pour études avec ou sans activité lucrative va déboucher sur l'obtention d'un permis L ou d'un permis B.

    A savoir 

    • Les étudiants étrangers hors Union européennee (UE) ayant un permis B peuvent exercer une activité lucrative dans les limites cantonales suivantes :
      • délai d'attente : 6 mois à partir de la date de dépôt des papiers
      • obligation de l'employeur de faire une demande d'autorisation auprès de l'office de la main d'oeuvre du service des migrations
      • 15 heures d'activité lucrative maximum par semaine
      • plein temps possible uniquement durant les vacances d'été
         
    • Les étudiants étrangers UE/AELE peuvent exercer une activité lucrative dans les limites cantonales suivantes :
      • 15 heures d'activité lucrative maximum par semaine
      • plein temps possible uniquement durant les vacances d'été

    Pour plus d'informations : Service des migrations