Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Présentation

L'ethnologie, ou l'anthropologie - aujourd'hui les deux termes sont synonymes - étudie l'être humain en société. 

Elle observe et compare les sociétés humaines en partant du postulat qu'aucune ne peut se prévaloir d'être meilleure ou plus évoluée, et que l'étude de chacune permet d'éclairer les autres. Elle s'applique à décoder et dépasser l'ethnocentrisme, c'est-à-dire le fait d'appréhender et de juger les différences culturelles à travers le prisme de sa propre culture.

Les ethnologues (anthropologues) ont d'abord dirigé leurs investigations sur les sociétés dites « lointaines » en s'efforçant de comprendre leurs rationalités et de mettre en évidence leurs différences et similitudes avec les sociétés dites « occidentales ».

Aujourd'hui, ils/elles étudient tous types de groupes sociaux et s'attachent à en comprendre tant les productions matérielles et symboliques (croyances, rituels, technologies, institutions, arts, etc.) que les dynamiques et  transformations dans le temps.

L'ethnologie fournie des outils intellectuels et méthodologiques pour penser la diversité culturelle et sociale, et les questions de société qu'elle engendre.

  L'Institut d'ethnologie offrre des cours qui permettent de saisir la complexité du monde dans lequel nous vivons.

L'invention de nouveaux modes de vie qualifiés de « post-modernes », les innovations technologiques et artistiques, les nouvelles divisions internationales (sexuées et racialisées) du travail, la réinvention des « traditions » et la patrimonialisation des cultures, l'aide au développement et la bonne gouvernance, les défis environnementaux et les migrations, (...) sont tous des phénomènes contemporains, riches en sens et en histoire, qui ne peuvent être saisis sans le regard comparatif de l'ethnologie.

Notre formation veut donner aux étudiant-e-s des outils théoriques et méthodologiques permettant d'analyser la complexité de ces processus contemporains à la lumière d'une longue histoire de circulations de personnes, d'objets et de connaissances. Elle permet d'interroger et de dépasser certains repères simplificateurs - modernité / tradition ; développés / sous-développés ; culture lointaine / culture proche ; dominants / dominés  - qui constituent des grilles de lecture usuelles de cette complexité et de l'altérité. Elle encourage pour cela l'ouverture et le dialogue avec les autres disciplines des sciences sociales et humaines.

L'Institut encourage également les étudiant-e-s en ethnologie à se confronter aux expériences de terrain et aux formes nouvelles d'anthropologie appliquée. Ainsi, autant que possible, nous offrons à nos étudiant-e-s des possibilités de recherche sous mandat, des stages et des séjours de terrain. Dans le cadre d'une collaboration unique avec le Musée d'ethnographie, l'Institut offre également un ensemble de travaux pratiques dans les domaines du film ethnographique, de l'ethnomuséologie et de l'ethnomusicologie.

Pour une plus ample idée des terrains de recherche explorés par nos étudiant-e-s, consultez la liste des mémoires défendus en ethnologie.

L'ethnologie (ou l'anthropologie) - dont les objets d'étude sont désormais très proches de ceux d'autres disciplines en sciences humaines et sociales, notamment de la sociologie, de la science politique ou de la géographie humaine - se distingue traditionnellement par ses méthodes.

Les anthropologues pratiquent l' « observation participante », une approche fondée sur la compréhension en profondeur des situations, des phénomènes et des personnes étudiés. Participant autant que possible à la vie quotidienne - qu'il s'agisse d'un village himalayen ou d'une commission parlementaire - les ethnologues observent, enregistrent, filment et "vivent" des interactions sociales. Ils et elles produisent ainsi des matériaux bruts qui leur permettent ensuite de construire des interprétations du fonctionnement, du sens et des dynamiques des institutions humaines.

La production du savoir anthopologique se base sur une démarche scientifique inductive et principalement qualitative.