Fermer

Déterminer et organiser les contenus

Pour déterminer et organiser vos contenus vous devez  :

1. Lister tous les contenus qui doivent apparaître dans votre site web

  • Identifier vos publics cibles
  • Déterminer les questions qu'ils se posent
  • Déterminer les objectifs du site pour votre entité : « Le site doit permettre de... »

2. Catégoriser les informations précédemment listées = ranger les informations dans des groupes (méthode du tri par carte). Répondre à la question "où le public ira-t-il chercher l'information sur le site ?"

3. Structurer les groupes (hiérarchie et liens entre les groupes)

Lorsqu'un contenu nécessite des mises-à-jour, vous devez prévoir du temps et les ressources nécessaires.
 

Les menus

Un bon site ne doit pas avoir plus de 7 à 9 menus principaux.

Lorsque vous préparez vos menus, vous devez veiller à ce que vos visiteurs puissent choisir facilement, parmi l'ensemble des items du menu, celui qui l'intéresse. Pour cela les intitulés de vos menus doivent repecter les 3 critères suivants:

1. Etre signifiant: lorsque le visiteur lit un intitulé, il doit comprendre ce qu'il recouvre et pouvoir deviner le type de contenus appartenant à la rubrique.

2. Etre complémentaires : la somme de tous les items du menu doit recouvrir tout ce que le site proose à ses internautes. Il ne doit pas exister de contenu n'appartenant à aucune rubrique.

3. Etre exclusif: vos internautes doivent pouvoir choisir entre deux items sans hésiter. Un intitulé doit être le seul envisageable pour le visiteur qui cherche un contenu précis (par exemple, éviter un menu « les études » suivi d’un menu
« masters »).

Source: Amélie Boucher, Ergonomie Web, éditions Eyrolles, mars 2009.
 

Rangez vos sites !

Beaucoup de webmasters pensent qu'en mettant les informations importantes sur la page d'accueil (en dehors des menus), le visiteur la trouvera plus facilement. Et bien, c'est tout faux.

On peut comparer la page d'accueil d'un site, à un bureau. Imaginez qu'une personne doive venir chercher des documents à votre place de travail en votre absence. Vous avez le choix entre mettre les documents qui pourraient l'intéresser directement sur votre bureau et ranger les autres dans des classeurs, ou ranger tous les documents dans des classeurs.

  • Avec la première méthode, votre visiteur se retrouvera devant une dizaine de documents différents qu'il devra partiellement lire pour savoir si ça l'intéresse. Il devra tous les consulter pour être sur de ne rien manquer et ouvrir ensuite les classeurs qui pourraient l'intéresser.
  • En choisissant de ranger vos documents dans des classeurs, il se retrouvera devant 3 ou 4 classeurs (par exemple : "Faculté", "Formation", "recherche", "administratif"). Selon ses besoins, le choix du classeur sera rapide. Ensuite, des séparateurs le guideront immédiatement vers ce qu'il cherche.

Dans notre exemple, le bureau correspond à un site web, les classeurs sont les menus de gauche et les séparateurs sont des sous-menus. On pourrait même pousser la démonstration en ajoutant un post-it sur le document, c'est la colonne de droite du site web.

En d'autres termes, ce que le visiteur ira de toute manière chercher, rangez-le de manière logique. Réservez la page d'accueil pour les informations que vous souhaitez mettre en avant dans un but "promotionnel". Pour atteindre cet objectif, la page d'accueil doit être sobre et contenir uniquement les données indispensables.
 

Méfiez-vous de la règle des trois clics

La règle des 3 clics est la suivante " Dans notre site Internet, toute information doit être accessible en 3 clics au maximum". Cette règle énonce une idée qui paraît de prime abord assez logique, posant qu'une information est plus difficile à atteindre à mesure que le nombre de clics augmente. Or, c'est faux !

Voici les résultats d'une étude très sérieuse à ce sujet :  Testing the Three-Click Rule

  • il n’y a pas de rapport entre le nombre de clics et la réussite d’une recherche d’information
  • les utilisateurs ne sont pas plus tenté de quitter un site après 3 clics qu’après 12 clics
  • sur l’ensemble des tâches testées par les utilisateurs, un taux moyen de réussite de 80% a été atteint avec une moyenne de 12 clics
  • il n’y a aucun rapport entre le nombre de clics effectués par les utilisateurs et leur sentiment de satisfaction (ou de frustration) vis à vis d’un site Web

La conclusion de l’étude est la suivante : le nombre de clics importe peu, l’essentiel est que les utilisateurs arrivent à leur fin.

La règle des 3 clics élimine complètement la complexité qui peut se cacher derrière chaque clic. Avant d'opter pour un lien, le visiteur engage tout un processus mental de comparaison et de sélection. Votre objectif est de conserver à ce processus un caractère inconscient: le choix doit rester assez simple pour sembler une évidence. Si le visiteur doit réfléchir, vous avez perdu la première bataille. Or, plus vous réduisez le nombre de clics et plus vous devez augmenter le nombre de choix possibles par pages, c’est mathématique. En d’autres termes, en réduisant le nombre de clics (donc de choix) on augmente la charge cognitive, la réflexion que l’utilisateur devra mener pour choisir le bon lien. En clair, un utilisateur pour arriver à ses fins peut mettre 15 secondes et 3 clics ou alors 10 secondes et 5 clics. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il passera moins de temps à lire l’ensemble des liens disponibles, interpréter les choix possibles et prendre une décision.

Les visiteurs ne quittent pas votre site parce qu'ils estiment avoir cliqué trop de fois. Ils partent parce qu'ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent ou qu'ils ont l'impression d'être sur la mauvaise voie. C'est donc cela qu'il faut à tout prix éviter.

En voulant économiser un clic, vous risquer d'augmenter le nombre d'erreurs et le temps de réalisation de la tâche (choix entre les liens plus difficile).

La règle à retenir : 2 clics simples valent mieux qu'un seul compliqué.
Le plus important est que le visiteur sache où cliquer et qu'il ne se trompe pas.

Sources:

  • Amélie Boucher, Ergonomie Web, éditions Eyrolles, mars 2009.
  • SimpleWeb.fr