Fermer

Arthur Schneiter

arthur_schneiter_pic.jpg

Collaborateur scientifique

Bureau A215

Tel: +41 32 718 22 51

16.png

Intérêts en recherche

 

Les déchets électroniques représentent une problématique complexe englobant divers domaines de la science, ainsi que ses dimensions sociétales. Le problème-clé est que nous devons extraire d’énormes quantités de métaux rares pour les incorporer en quantités infinitésimales dans des objets que nous ne savons pas recycler correctement. Cette problématique et mon intérêt de toujours pour la biologie et les sciences informatiques m’ont conduit à explorer des solutions biologiques pour traiter ce problème, bien que mon parcours académique se porte à la base sur les sciences de l’environnement. Mon mémoire de master portait sur l’observation et la quantification des interactions bactéries-champignons en présence de déchets électroniques (smartphones réduits en poudre et circuits imprimés), sur l'essai de nouveaux milieux de culture (marc de café) et sur l'évaluation d'applications industrielles potentielles de matériaux biodégradables. Globalement, j'ai tenté de garder une approche à bas coût dans le but de faciliter la reproductibilité de ce travail dans le monde entier et parce que je crois en une science ouverte.
 
Actuellement, je travaille sur un projet Agora du FNS visant à promouvoir l’apprentissage-service (service-learning) en Suisse. Il s’agit d’un projet de médiation scientifique visant une transmission horizontale de la connaissance en microbiologie entre le milieu académique et la population suisse. Concrètement, dans un premier temps le but est à la fois à former des étudiant-e-s de bachelor en biologie à la communication scientifique et à éveiller l’intérêt des enfants aux sciences fondamentales et naturelles, via des ateliers dans les écoles. Dans un second temps, il est question de produire du matériel et du contenu pédagogique sur la base de ce qui a été fait en classe. Ma collaboration à ce projet s’articule autour de l’assistanat auprès des étudiant-e-s, la production de contenus et la gestion de la communication sur les réseaux sociaux.
 
En parallèle, j’écris un article sur la base de certains des résultats obtenus lors de mon mémoire, en collaboration avec l’EPFL et le CSEM.

 

Formation

 

  • 2018 – 2021: Master en Science orientation Biogeosciences (Université de Lausanne / Université de Neuchâtel)

 

  • 2013 –2017: Bachelor en Science orientation Géeosciences et Environement (Université de Lausanne)