A la une :

Plantes et climat : des problèmes en altitude

Plusieurs espèces de plantain au Jardin botanique de Neuchâtel

Le 20 janvier 2020. Le réchauffement climatique permet la germination et la croissance de certaines plantes à plus haute altitude. Mais les microorganismes du sol habituellement associés à ces espèces végétales ne se retrouvent pas forcément dans la nouvelle niche écologique. Une thèse de doctorat de l’Université de Neuchâtel que soutiendra le 23 janvier prochain Ludovico Formenti a mis en évidence ce phénomène qui pourrait présenter des conséquences négatives à long terme pour la vigueur des plantes. En savoir plus

  • 16dec2019_evolving_language185.jpg (Group of young adults outdoors holding empty placard copyspace thought bubbles)

    Nouveau PRN consacré aux origines et au futur du langage

    Le 16 décembre 2019. Le nouveau Pôle de recherche national (PRN) intitulé «Evolving Language» a pour objectif d’étudier les origines et l’évolution du langage, ainsi que de découvrir de nouvelles façons d’aborder ses pathologies. Co-piloté par les universités de Zurich (UZH) et de Genève (UNIGE), il fait partie d’une nouvelle série de Pôles de recherche nationaux annoncés ce matin à Berne. Primatologue à l’Université de Neuchâtel, Klaus Zuberbühler est le troisième membre de la direction de ce PRN aux côtés de Balthasar Bickel à l’UZH et d’Anne-Lise Giraud à l’UNIGE. Le PRN « Evolving Language » sera financé à hauteur de 34,6 millions de francs pour sa première phase de quatre ans.

  • 12dec2019_equipes_chirurgicales185.jpg

    Equipes chirurgicales : la source des accès de colère

    Le 12 décembre 2019. Lors d’interventions chirurgicales, le manque de coordination de l’équipe, générant de l’agacement et des paroles déplacées, constitue le premier facteur de tension. C’est l’une des conclusions d’une étude interdisciplinaire des universités de Neuchâtel, de Berne, et de l’Hôpital universitaire de l’Île à Berne, soutenue par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique (FNS) et qui paraît aujourd’hui dans la revue PLoS One. L’équipe de recherche a relevé 340 épisodes de tension sur 137 opérations chirurgicales, totalisant quelque 500 heures d’interventions.