Fermer
_flsh_archeologie_choix.jpg

Hamar (Éthiopie)

bandeau_option.jpg

Ethnoarchéologie du pastoralisme

Les recherches sur le royaume de Kerma au Soudan et ses liens avec le pastoralisme ont initié des enquêtes ethnographiques dans la basse vallée de l’Omo en Éthiopie, en vue d’élargir la réflexion sur les populations pastorales actuelles et leur apport à la compréhension du passé.

 

Le projet « Ethnoarchéologie du pastoralisme » a pour objectif de questionner l’apparente continuité, dans l’espace comme dans le temps, de pratiques et représentations en lien avec le bétail en Afrique. Pour de nombreuses personnes, le bétail a joué et joue encore un rôle fondamental dans la production et la reproduction de leur société. Il est le médium privilégié par lequel les hommes et les femmes expriment leur être, identité et statut, aussi bien que leurs relations les uns envers les autres. A travers lui, il est ainsi possible de toucher quasi tous les aspects de la vie.

Le projet s’appuie sur un outil heuristique et mode de raisonnement fondamental : l’analogie. Si des différences sont bien présentes entre les cultures matérielles, les activités technico-économiques, sociales ou rituelles des populations pastorales actuelles et passées, des similitudes remarquables peuvent également être mises en évidence grâce à une approche comparative et interdisciplinaire.

Depuis 2005, des terrains ethnographiques sont menés auprès des Hamar, un groupe composé d’environ 46'000 personnes vivant dans la basse vallée de l’Omo, à l’extrême sud-ouest de l’Éthiopie. Cette vallée tire son nom de la rivière Omo, longue de 760 km qui sillonne le plateau éthiopien pour se jeter dans le lac Turkana. La rivière et le lac ont été parmi les derniers en Afrique à être connus des Européens, cette région au carrefour des frontières avec le Soudan du Sud et le Kenya étant demeurée pratiquement hors d’atteinte, à l’exception de la conquête éthiopienne (1898-1899) et de l’occupation italienne (1937-38).

Paléoanthropologues, archéologues et anthropologues commencent à s’intéresser à la basse vallée de l’Omo à partir des années 1960-1970 seulement. Leurs travaux révèlent alors une diversité linguistique, culturelle, ethnique, environnementale parmi les plus riches au monde. Longtemps considérée comme le berceau de l’humanité et quasi isolée des influences occidentales “modernes”, la vallée abrite une mosaïque de peuples, tels les Arbore, Banna, Bashada, Bodi, Dassanetch, Hamar, Karo, Moguji, Mursi, Nyangatom ou encore Suri. Depuis 1980, elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le mode de vie des populations, bien que bouleversé par une agriculture toujours plus intensive et mécanisée sur leurs terres ancestrales, un “ethno” et “eco” tourisme croissant, une concurrence forte entre voisins pour les ressources, est resté largement traditionnel. Les populations dépendent à des degrés divers de l’agriculture mais considèrent le pastoralisme comme une activité économique supérieure. Certaines pratiquent en outre la pêche ou l’apiculture, et la plupart également chassent et cueillent pour compléter leur alimentation.

La possession du bétail est ici un signe de compétence, son acquisition en grand nombre, via divers mécanismes (razzias, échanges contre des céréales, du miel ou des chèvres, mariages, dons ou requêtes auprès des membres de la famille ou d’amis, héritage) est un symbole de réussite sociale et économique. Les Hamar se définissent d’ailleurs comme des “gens du bétail” (waki-edi) et, à l’instar d’autres groupes voisins qui vivent par, pour et avec le bétail, ils sont à associer au Cattle Complex. Cet ensemble de valeurs associées au bétail qui organisent les pratiques et les représentations de nombreuses sociétés est-africaines.

Sur le terrain, les méthodes et techniques de l’ethnologie et de l’archéologie sont combinées en vue, d’une part, de rentre compte de la culture matérielle et immatérielle des Hamar et, d’autre part, de réunir des informations pouvant générer de nouvelles idées et interprétations sur les vestiges des sociétés passées.

Les recherches ont porté ces dernières années sur les interactions Homme-Animal, les pratiques pastorales et savoirs locaux, les rituels funéraires et l’empreinte des activités humaines dans le paysage. Elles se poursuivent autour de nouvelles thématiques, comme la mobilité, le travail du cuir ou encore la symbolique des couleurs. La diversité des axes de recherche et l’approche interdisciplinaire sont des atouts majeurs pour le projet qui entend enrichir la compréhension du passé, présent et futur du pastoralisme en Afrique.

Des collaborations avec les archéologues et anthropologues travaillant dans le Sud Omo viennent compléter nos données et affiner notre projet.

https://southomoresearch.wordpress.com/

https://www.hsb-lab.org/omo-valley-project

https://www.jku.edu.et/

Publications

Dubosson, J. & Honegger, M. en cours. « Funerals as feasts. Past nubian mortuary practices in the light of anthropology », in : Kabacinski, J. (ed). Society and subsistence in the Prehistory of Northeastern Africa. Proceedings of the International Symposium, held July 1-4, 2019, Poznan.

Dubosson, J. 2018. « The Hamar : Living by, for and with the cattle », in : Clack, T. & Brittain, M. The River : Peoples and Histories of the Omo-Turkana Area. Archaeopress, Oxford : 125-132. [lien vers l'article]

Dubosson, J. 2018. « The practice of cattle horns deformation in past and present societies. A persistent pastoral tradition in Africa », in : Honegger, M. (ed). Nubian Archaeology in the XXIst Century. Proceedings of the 13th International Conference for Nubian Studies (Neuchâtel, 1-6 September 2014). Peeters Editions : 845-854.

Dubosson, J. 2018, « Cattle horn-shaping : a millennium tradition amongst north-eastern African pastoralits ». in : Girke, F. & Thubauville, S. (ed.). Festschrift for Ivo Strecker. Mainzer Beiträge zur Afrikaforschung. Köln, Rüdiger Köppe Verlag : 389-408.

Dubosson, J. 2016. Le bétail et sa représentation chez les pasteurs de l'Afrique du nord et de l'est. Une approche ethnoarchéologique. Thèse de doctorat sous la direction de M. Honegger. Université de Neuchâtel.

Dubosson, J. & Arnaud, B. 2015. « Des images vivantes de la préhistoire », Science et Avenir, 826 : 58-59. [lien vers l'article]

Dubosson, J. 2015. « Ethnoarchéologie du pastoralisme en Afrique de l’Est et confrontations aux données archéologiques du royaume de Kerma (Soudan) », in : Actes du 13e congrès de la Panaf et 20e conférence de la Safa à Dakar, 1-7 novembre 2010. Dakar, Université Cheikh Anta Diop : 239-244. [lien vers l'article]

Dubosson, J. 2014. « Human ‘self’ and animal ‘other’. The favourite animal among the Hamar », in : Girke, F. (ed.). Ethiopian Images of Self and Other. Schriften des Zentrums für Interdisziplinäre Regionalstudien. Halle, Zentrum für Interkulturelle Regionalstudien, Band 2. Universitätsverlag Halle-Wittenberg : 83-104. [lien vers l'article]

Dubosson, J. 2013. « Le rôle du bétail dans les rituels funéraires des sociétés pastorales est-africaines. L’exemple des Hamar du Sud-ouest Éthiopien », in : Baroin, C. & Michel, C. (éd.). Richesse et sociétés. Nanterre, Colloques de la Maison René-Ginouvès, 9 : 217-225.

Dubosson, J. 2013. « Esthétique et symbolique du bétail dans l’art rupestre : l’apport de l’anthropologie », Les Cahiers de l’AARS, 16 : 81-92. [lien vers l'article]

Chaix, L., Dubosson, J. & Honegger, M. 2012. « Bucrania from the Eastern Cemetery at Kerma (Sudan) and the practice of cattle horn deformation », in : Kabacinski, J., Chlodnicki, M. & Kobusiewicz, M. (eds.). Prehistory of Northeastern Africa. New ideas and discoveries. Studies in African Archaeology, vol. 11. Poznan, Poznan archaeological museum : 189-212. [lien vers l'article]

Dubosson, J. 2011. « Cattle sacrifice in the funerary rituals of the Kingdom of Kerma : the contribution of ethnoarchaeology », Documents de la mission archéologique suisse au Soudan, 2 : 18-24. [lien vers l'article]

 

 

Contact

Jérôme Dubosson  Lien web

Groupes ethniques proches de la rivière Omo

Traite dans un campement pastoral proche de la rivière Omo

Récolte de miel au sommet des arbres le soir

Tir à la fronde pour effrayer les oiseaux attirés par les grains de sorgho arrivés à maturité

Scène peinte réalisée par un jeune enfant sur la paroi interne de sa hutte

Eleveur et bœuf favori à pendeloque anatomique

Transport d’une pierre destinée à devenir une meule à grains

Le travail de mouture est une activité exclusivement féminine

Bâton woko utilisé pour construire des enclos et dans les cérémonies pour bénir et maudire