Fermer
_flsh_histoire_choix.jpg

Prof. Gianenrico Bernasconi

                                                                                                                                                                                                              

Prof. Gianenrico Bernasconi

Directeur de recherche en histoire des techniques (XVIIIe-XXe siècle)

Histoire des techniques

Espace Tilo Frey 1

2000 Neuchâtel

Bureau B1.N.07

Téléphone : +41 32 718 16 97

gianenrico.bernasconi@unine.ch

 

 

Parcours

Né à Chiasso en 1973. Études en histoire à l’Université de Genève et à l’Université Paris 1 (Panthéon-Sorbonne). Doctorat en histoire et en Kulturwissenschaft à l’Université Paris 1 et à l’Hermann von Helmholtz-Zentrum für Kulturtechnik de l’Humboldt Universität zu Berlin. Titre de la thèse : L’objet portatif : production, consommation et représentations à l’ère préindustrielle. Post-doc en tant que conservateur-assistant au Museum Europäischer Kulturen/Staatliche Museen de Berlin (2009-2011) et à l’Université de Zürich, Institut für Sozialanthropologie und Empirische Kulturwissenschaft/Populäre Kulturen (2012-2014).

Autres activités :

  • Membre du comité de réaction de la revue « Traverse ».
  • Membre du conseil scientifique international de la Rivista Ark.
  • Membre de la Société suisse d’histoire
  • Membre de la Society for the History of Technology
  • Membre de la Société suisse des traditions populaires
  • Membre du comité de l’Association Neuchâtel-Berlin

Recherche

Historien des techniques et de la consommation, je me suis intéressé à l’objet en tant que document matériel ; j’en ai développé l’analyse dans la perspective de l’histoire des pratiques sociales et culturelles, de l’histoire de l’innovation et de l’histoire des savoirs.  

Dans le cadre d’une longue collaboration avec des architectes d’intérieur, j’ai étudié l’espace comme objet épistémique des transformations sociales et culturelles, en m’intéressant en particulier à l’émergence du bureau en tant que lieu spécialisé du travail administratif à partir des dernières décennies du XIXe siècle.

Mes recherches actuelles portent sur l’étude des cultures de la mesure du temps et des cultures de la précision, selon une approche intégrant l’histoire de l’horlogerie et des garde-temps avec celle des modes d’appropriation et d’usage du temps mesuré. Je m’intéresse notamment au rapport entre science, technique et industrie au XIXe siècle à travers l’étude de l’histoire de l’Observatoire cantonal de Neuchâtel, et à la mesure du temps comme « technique culturelle », analysée à travers sa diffusion dans des pratiques de transformation des matériaux comme la cuisine et la chimie au XVIIe et au XVIIIe siècle.  

Visiting Scholar au Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte de Berlin (2005)
 Enseignant-chercheur à la SUPSI à Canobbio (Tessin) (2011-2014)
Chercheur associé dans le Nachwuchsforschergruppe “Vormoderne Objekte. Eine Archäologie der Erfahrung” de la Ludwig-Maximilians-Universität München (2015-2016)
Enseignant invité à l’Université de Bielefeld (2016)
Membre du GDR « Techniques et production dans l’histoire »

Enseignement

  • « Économie, culture et société au XVIIIe siècle » (Cours général d’histoire moderne BA)
  • avec Kristina Schulz « Introduction à l’histoire environnementale : réparer, recycler, jeter : réusage et littering (XIXe-XXe siècle) » (Séminaire BA)
  •  « Histoire de l’innovation (XVIIIe-XXe siècle) » (Cours MA)
  • « L’objet comme document :  Techniques d’enquête et production de savoirs » (Séminaire MA)

Publications

Distinctions

  • Lauréat du Hermann Diederiks Prize pour l’article « Le traitement judiciaire de la jeunesse délinquante à Genève de 1738 à 1792 » (2005)
  • Lauréat du Concours de thèses du Comité des travaux historiques et scientifiques (2010)