Fermer

Bienvenue

Bienvenue sur le site du laboratoire LATHEMA

(Laboratoire des Technologies pour les Matériaux du Patrimoine)

 

Nos objectifs

Les recherches au sein de notre laboratoire sont centrées sur la protection des biens culturels, à l’aide de biotechnologies.

Bien que souvent considérés comme nuisibles pour les biens culturels, les microorganismes peuvent aussi être utilisés pour leur protection. En effet, le développement de biotechnologies respectueuses de l’environnement (proches de la température ambiante et de la pression atmosphérique, pH neutre) et ne nécessitant pas l’utilisation de matériaux toxiques attirent de plus en plus l’intérêt des scientifiques en conservation. Des progrès sont attendus pour ce qui relève de la durabilité, de l’efficacité et de la toxicité. Durant les dernières décennies, le développement de méthodes biologiques et l’utilisation de microorganismes est devenue une alternative intéressante pour la restauration et la conservation de biens culturels. De plus, les biotechnologies ont montré leurs applications et résultats dans différents domaines, tels que la bio remédiation ou le contrôle de la corrosion. Plus particulièrement, diverses bactéries trouvées dans les sols ont été reportées comme traitement pour la conservation de pierre d’ornement, démontrant ainsi les opportunités offertes par ces alternatives. Les possibilités offertes par les microorganismes dans la restauration et conservation d’objets métalliques et organiques sont évalués dans notre laboratoire.

 

(Photograph courtesy of the archaeological service of Canton Bern, Switzerland)

 

  Microscope.png Bateau.jpg

                    (© CJacquet)                            Vasa Museum Stockholm)

 

Actualités

Interview d'Edith Joseph sur la RTS: http://www.avisdexperts.ch/videos/view/6664

 

Communiqué :

Archéologie : des bactéries contre la rouille                                                                                                                                                                                                                                                                     28 mars 2017 - Une souche spécifique de bactéries a permis de protéger des clous en fer datant de la période romaine tardive (IIIe s. apr. J.-C.). Cette nouvelle méthode de traitement a été développée par des chimistes et microbiologistes de l’Université de Neuchâtel. Elle s’avère plus rapide et moins polluante que les substances anticorrosion utilisées actuellement pour la conservation et la restauration d’objets anciens en fer. Ces résultats sont publiés dans la revue Applied and Environmental Microbiology.

Retrouvez ici le communiqué au format pdf

En savoir plus : Use of bacteria to stabilize archaeological iron. Appl Environ Microbiol 83: e03478-16.

Communiqué de l’éditeur en anglais: http://www.asm.org/index.php/newsroom/item/6240-bacteria-fight-corrosion-on-ancient-iron-artifacts

 

Félicitations à Magdalena Albelda-Berenguer: 2nd Best Talk Award pour le PhD Annual Meeting