Fermer
_flsh_geo_choix.jpg

Smart Cities: ’Provincializing’ the global urban age in India and South Africa

 

Requérant: Prof. O. Söderström, Institut de Géographie, Université de Neuchâtel
Co-requérante : Prof. Ayona Datta, Department of Geography, King’s College, London.

Collaborations:
 - Prof. Nancy Odendaal, School of Architecture, University of Cape Town.
 - Prof. Diganta Das, National Institute of Education, Nanyang Technological University, Singapore.
Partenaires :
 - Prof. Gillian Rose, Department of Geography, University of Oxford.
 - Prof. Federico Caprotti, Department of Geography, University of Exeter.
Doctorants :
- Persis Taraporevala, Department of Geography, King’s College, London.
- Evan Blake, Institut de Géographie, Université de Neuchâtel.

Durée : 3 ans
Budget : 624’000 CHF
Financement : FNS, Division 1.

 

Résumé

La question que pose cette recherche est: comment l'idée de smart city (ou de ville intelligente) contribue-t-elle à refaçonner les villes en Inde et en Afrique du Sud? Depuis 2000, l'idée de smart city - selon laquelle les données, les logiciels et les infrastructures de communication constituent les clés du succès de la gestion et du développement urbain - gagnent en importance dans de nombreuses régions à travers le monde. On sait cependant peu de choses sur les conséquences de ce modèle dans les villes du Sud, que ce soit du point de vue d'une redéfinition des priorités des municipalités ou des mouvements sociaux. C'est à cette lacune dans nos connaissances que cette recherche, menée par des chercheurs basés en Suisse, au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et à Singapour, entend répondre.

Cette recherche analyse de façon comparative comment le modèle global de la smart city transforme les stratégies de développement urbain et les mouvements sociaux urbains en Inde et en Afrique du Sud. Elle étudie :
 1) Comment les visions du développement urbain dans ces deux pays sont refaçonnées par les logiques et le pratiques de la smart city;
2) Comment, à travers le temps, ces visions acquièrent une crédibilité et redéfinissent les politiques nationales et locales en matière de développement urbain;
3) Si et comment ces développements récents sont liés à des logiques historiques et des "dépendances de chemin" (path dependency) dans les villes concernées;
4) Si et comment ces visions sont contestées et reformulées par des citoyens et la société civile à l'échelle locale.
La recherche est organisée en deux phases. La première consiste en une enquête systématique sur la smart city en Inde et en Afrique du Sud visant à comparer ses logiques d'émergence et de diffusion. Au cours de la seconde, la recherche se focalisera sur trois villes dans chaque pays où les stratégies et les débats publics en matière de smart city diffèrent. L'objectif sera de comparer à la fois les stratégies municipales et les formes de mobilisation sociale autour de la smart city. D'un point de vue méthodologique, la première phase reposera sur des méthodes mixtes (web-scraping, cartographie, analyse de documents textuels et visuels), la seconde reposera en outre sur un travail d'archives, des entretiens et de l'observation ethnographique. Les résultats contribueront à mieux saisir les risques et les opportunités des smart cities dans les villes du Sud et, plus généralement, à comprendre le rôle de ce modèle dans les politiques urbaines contemporaines.

 

Blog

https://provincialsmartcities.wordpress.com/