Fermer
_flsh_geo_choix.jpg

Rencontres scientifiques

 

Institut de géographie, Université de Neuchâtel
Semestre de printemps 2021, R.N.04, 12.15 - 14.00

Programme RS IGG automne 2019.bmp

Programme

Luca Gnaedinger, Assistant doctorant IGG

Racialisation et criminalisation : le contrôle de l’immigration dite « indésirable »
En septembre 2012, le Parlement fédéral votait la réintroduction d’une forme d’internement administratif pour les requérants d’asile « récalcitrants ». Faisant échos à des travaux similaires en Europe, des chercheur·ses identifiaient alors dans une telle évolution le retour à une « logique de camps » dans la politique d’immigration. Mon projet de thèse s’inscrit dans le prolongement de ces questionnements. Il se propose d’étudier le continuum carcéral qui traverse la constellation de lieux dédiés à la gestion de l’immigration dite « indésirable » en Suisse. Quelle place occupent le contrôle et l’enfermement – administratif ou pénal – dans un tel dispositif ? À travers la discussion de l’expérience que font les migrant·es illégalisé·es de ces lieux, le travail de terrain vise au demeurant à questionner les fonctions sociales latentes du dispositif. Que produit ce régime ? D’après nous, la question se pose sur deux plans au moins :l’inclusion subalterne sur le marché du travail et l’implicite racial dans la production de la nation.

Ola Söderström - Professeur IGG

La smart city pandémique : trois modes d’existence

Travaillant sur la smart city indienne et sud-africaine, les neuf membres de notre équipe de recherche ont été témoins dès mi-mars, alors que la pandémie Covid-19 se diffusait dans les cinq pays où nous vivons, de l’émergence d’une « smart city pandémique ». Les technologies, les institutions et les personnes que nous observions et avec lesquelles nous travaillions ont en effet été refaçonnées et réorientées ces derniers mois afin de gérer la crise sanitaire. Tirant parti de travaux dans le domaine des ontologies plurielles et des études postcoloniales urbaines, cette conférence analyse l’articulation dans les villes du Sud Global des trois modes d’existence de la smart city – soutenue par l’Etat, par les entreprises privées et par les citoyens – qui ont été à la fois révélés et réorganisés en ces temps pandémiques. En conclusion – et pour ouvrir la discussion – j’interrogerai plus généralement sur cette base un aspect de l’« effet pandémique  » : comment la pandémie accélère et légitime des transformations de la société par le numérique.

Laure Sandoz, Post-doctorante IGG / Projet IP32, nccr-on-the-move

Mobilities, moorings and inequalities: A research journey across highly skilled migration, transnational entrepreneurship and location independent  work

In this presentation, I reflect on my research journey of the past 7 years to highlight ongoing transformations regarding  the ways we relate to mobility, work and space in our neoliberal and digitalizing society. First, I discuss the case of highly skilled professionals’ mobility, and in particular the way various intermediaries from the public and private sector in Switzerland develop strategies to select, attract and retain specific categories of immigrants that have an economic value for them. I then explore the situation of self-employed individuals in Barcelona who use their migration experience to develop cross-border businesses. I focus on how specific resource environments shape possibilities and constraints for different categories of people, and to what extent informal strategies are used to circumvent disadvantaging norms. Finally, I investigate the case of location independent workers, that is, people who actively attempt to detach themselves from fix office locations by engaging in technology-enabled forms of flexible labour. I use these three examples as a gateway to explore the future of work, analysing the ambiguous relation between the flexibilisation of labour relations and the creative potential of new technologies and transportation means.