Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Marion Fert

Assistante doctorante

Assistante doctorante à l'Institut d'ethnologie, Marion Fert a entamé une thèse de doctorat sur les parcours de mobilité et les plans de carrière de jeunes réfugié.e.s diplômé.e.s dans la région des Grands Lacs en Afrique. Les études de cas incluent le Rwanda et la Tanzanie. 

MFert-2_nom-2.jpegMarion Fert a obtenu en 2017 une maîtrise en anthropologie sociale et culturelle à l'Université de Neuchâtel. Dans ce cadre, son travail mémoire a été mené en lien avec un projet de recherche financé par le FNS "L'éducation dans les espaces d'exception en Tanzanie et au Rwanda". Son travail s’est focalisé sur les parcours éducatifs et les expériences vécues de jeunes réfugié.e.s étudiant.e.s au sein d’une université rwandaise. Les questions clés ont porté sur les constructions identitaires et l'agencéité des étudiant.e.s  dans leur relation avec la bureaucratie humanitaire et de plus larges réseaux. La thèse actuelle de Marion prolonge cette recherche ethnographique et vise à mettre en lumière la façon dont de jeunes réfugié.e.s congolais.es diplômé.es d'une Université rwandaise ou tanzanienne naviguent à travers des logiques et des espaces bureaucratiques ambivalents, entre exclusion et inclusion structurelles, opportunités et incertitudes. 

Se concentrant sur la relation entre migrations forcées et (im)mobilités à la fois sociales et spatiales, cette recherche ambitionne de contribuer, d’un point de vue empirique, à une meilleure compréhension de ce que signifie être jeune, hautement qualifié-e et réfugié-e. En ce sens, son travail adopte une approche critique pour examiner les transformations sociales, politiques et identitaires générées par un déplacement forcé, une intervention humanitaire et l'assignation du statut de réfugié. En mettant l'accent sur les trajectoires et les narratifs d’individus hautement qualifiés, sa recherche entend explorer la manière dont ces jeunes adultes investissent le sens de l’exil ainsi que les actions et les stratégies employées pour (re)construire une vie, imaginer un futur et regagner une dignité perdue.

Afilliations représentatives

  • Membre du comité de rédaction de Tsantsa, Revue de la Société Suisse d’Ethnologie
  • Membre de la Société Suisse d’Ethnologie (SSE)
  • Membre de la Société Suisse d’Etudes africaines (SSEA)
  • Membre de International Association for the Study of Forced Migration (IASFM)

Marion-Fert.jpeg

Contact

Intérêts de recherche

  • Sociologie des trajectoires
  • (Forced) migration studies, mobility studies
  • Sociologie des élites
  • Dynamiques d’inclusion et d’exclusion
  • Education (supérieure)
  • Récits de vie