Fermer
Alpes sans texte 2.jpeg

Au Val-de-Travers

Les conférences à Fleurier

Collège du Val-de-Travers

Place Longereuse
2114 Fleurier

Ascenseur à disposition

Mercredi de 14h30-16h15


Responsable d’antenne
Pierrette Bobillier ; 
pierrette.bobillier@bluewin.ch ;
032 861 16 74

Secrétariat
universite.u3a@unine.ch ; tél. 032 718 11 60

Saison 2020-2021

 

Le programme complet en pdf


Le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les antennes, conformément aux nouvelles mesures sanitaires. Les autres mesures de protection (hygiène, distance, traçage) restent en vigueur.


 

Fleurier

Mercredi 21 octobre 2020, de 14h30 à 16h15

Marc-Antoine Kaeser, directeur du Laténium, professeur à l’Université de Neuchâtel

La Tène, aux origines de l’archéologie celtique

Découvert en 1857 sur les rives du lac de Neuchâtel, le site de La Tène a joué un rôle décisif dans l’émergence de l’archéologie celtique en Europe. Or, plus d’un siècle et demi après les premières explorations, les archéologues se disputent encore à propos de l’interprétation du site : habitat fortifié, poste de douane, lieu de bataille, ou sanctuaire dédié aux divinités celtiques de la guerre ?

Retraçant le parcours de l’histoire des recherches, notre conférence présentera les premiers enseignements d’un vaste projet de recherche conduit depuis 2007 au Laténium, avec la collaboration de nombreuses institutions, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.


 

Fleurier

Mercredi 28 octobre 2020, de 14h30 à 16h15

Alain Schaerlig, professeur honoraire de l’Université de Lausanne
Jérôme Gavin, enseignant de mathématiques au collège Voltaire à Genève et directeur de l’Association des Répétitoires AJETA

Sur les doigts, jusqu’à 9’999 !

Qui n’a jamais montré un nombre sur ses doigts ? Pour nous, c’est une pratique courante. Mais notre limite, c’est 10… Les Anciens, eux, montaient jusqu’à 99 sur une seule main. Et jusqu’à 9’999 sur les deux mains en cas de besoin. Et ils l’ont fait pendant au moins deux mille ans.

C’est ce que nous expliqueront les deux conférenciers : ils ont trouvé, et décrit dans leur livre, des traces de la numération digitale depuis les anciens Grecs jusqu’aux Persans du XVIIe siècle, en passant par des bas-reliefs romains, un docteur de l’Église du VIIIe siècle et des icônes byzantines.

Rassurez-vous : il n’y aura rien à calculer, même pas sur les doigts. Les conférenciers se limiteront à montrer comment les Anciens utilisaient leurs doigts pour représenter des nombres… et passer discrètement certains messages.


 

Fleurier

Mercredi 4 novembre 2020, de 14h30 à 16h15

Claire Le Bayon, professeure titulaire à l’Université de Neuchâtel

Les vers de terre, ingénieurs du sol

Les « intestins de la terre » : c’est ainsi qu’Aristote qualifiait les vers de terre. Véritables laboureurs et recycleurs hors pair de nos déchets alimentaires, ces animaux sont reconnus depuis longtemps pour leur rôle essentiel dans la fertilité des sols. Toutefois, de nombreuses questions restent en suspens du point de vue de leur implication dans la mise en place de la structure du sol. Si leur rôle de bioturbateurs est clairement identifié, quelques zones d’ombre persistent concernant leur influence sur la stabilité des sols. Des recherches récentes apportent de nouvelles pistes et mettent en évidence un effet combiné des vers de terre et des racines de plantes.


 

Fleurier

Mercredi 11 novembre 2020, de 14h30 à 16h15

Aurélie Reusser Elzingre, collaboratrice scientifique à l’Université de Neuchâtel

Contes et légendes du Jura : un patrimoine immatériel à préserver et à transmettre

Des géants, des animaux fantastiques, des villages entiers de nigauds, des diablotins querelleurs, des revenants effrayants, de jeunes et jolies sorcières... autant de personnages attachants qui caractérisent les contes et légendes du Jura. Ces histoires, qui ont été collectées durant la première moitié du siècle dernier, ont été traduites du patois. Celles-ci nous parlent de coutumes, de traditions, de peurs ancestrales qui reflètent une vie et une langue d’autrefois. À l’heure de la rapidité et de la compétitivité, arrêtons-nous un instant et plongeons dans ces récits qui nous sont à la fois familiers et pourtant si éloignés de notre monde actuel.


 

Fleurier

Mercredi 18 novembre 2020, de 14h30 à 16h15

Walter Tschopp, ancien conservateur du Musée d’art et d’histoire de la Ville de Neuchâtel, conservateur de la Fondation Ateliers d’Artiste
Jean Menthonnex, président de la Fondation Ateliers d’Artiste

Comment donner une nouvelle vie aux œuvres d’art oubliées d’artistes autrefois reconnus ?

Depuis 2004, la Fondation Ateliers d’Artiste (FAA) œuvre à la sauvegarde du patrimoine artistique de créateurs reconnus de Suisse romande. Elle cherche à préserver leurs fonds d’atelier, à les conserver et à les valoriser au moyen d’expositions temporaires et de publications. MM. Jean Menthonnex, président de la fondation, et Walter Tschopp, conservateur, vous présentent les objectifs et réalisations de cette institution pas comme les autres avec un large panorama d’images comprenant évidemment aussi des artistes neuchâtelois.


 

Fleurier

Mercredi 25 novembre 2020, de 14h30 à 16h15

Hédi Dridi, professeur à l’Université de Neuchâtel
Jean-Pierre Schneider, professeur émérite de l’Université de Neuchâtel

Les tribulations de l’alphabet : Du Proche-Orient à Rome en passant par l’Égée

Nous pratiquons l’alphabet comme Monsieur Jourdain la prose. Le succès planétaire de cette invention géniale a été tel qu’aujourd’hui la plupart des langues modernes se servent d’une écriture alphabétique, à l’exception notable de quelques-unes, comme le chinois. C’est que, avec ce système, il ne faut qu’un peu plus de vingt signes pour métamorphoser l’oral en écrit. On verra, entre autres, que ce petit miracle surgit au cours du deuxième millénaire avant notre ère quelque part au Levant et que les Phéniciens, sur la côte syro-libanaise actuelle, ont joué un rôle essentiel dans la transmission de ce système économe aux Grecs et aux Romains, et aux autres...


 

Fleurier

Mercredi 2 décembre 2020, de 14h30 à 16h15

Gilbert Greub, professeur à l’Université de Lausanne, directeur de l’Institut de Microbiologie du CHUV

Les microbes : amis, ennemis et pathogènes émergeants

Microbes, germes, virus, bactéries, parasites, … De quoi parle-t-on ? Est-ce pertinent de distinguer ces mots ? La découverte de nouveaux microbes dangereux pour la santé et mal connus du grand public et du personnel de santé a souvent lieu lors d’épidémies. Leurs divers modes de transmission – au contact d’animaux, à la suite de piqûres d’insectes, par l’ingestion d’aliments souillés ou par les systèmes de climatisation ou d’humidification – sont souvent moins connus et plus difficiles à détecter et à maîtriser que pour d’autres microbes (tel le virus de la grippe ou le staphylocoque doré) qui se transmettent de personne à personne. Les microbes sont-ils pour autant tous nos ennemis ? Quelle place occupent-ils dans notre mode de vie moderne et mondialisée ? Quels défis posent-ils à la science et aux chercheurs ? Ce sont là quelques-unes des pistes qu’abordera cette conférence largement illustrée.


 

Fleurier

Mercredi 9 décembre 2020, de 14h30 à 16h15

Aude Joseph, directrice du Département audiovisuel (DAV) de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds 
Roland Cosandey, historien du cinéma, enseignant à l’École cantonale d’art de Lausanne

Neuchâtel, un canton en images : une filmographie cantonale

Qu’est-ce qu’une filmographie cantonale ? En quoi peut-elle nous révéler certaines particularités et richesses d’une région, mais aussi esquisser un paysage cinématographique ?

Paru en novembre 2019 aux éditions Alphil, Neuchâtel un canton en images est le deuxième tome de la filmographie neuchâteloise, un projet mené depuis 2004 sous l’égide du Département audiovisuel de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (DAV), dont il traduit les efforts de documentation et de transmission des films qu’il conserve.

Ce volume couvre les années 1950 et 1960. Il rend compte de la production de cinéastes reconnus comme Henry Brandt ou André Paratte, mais également celle de nombreux amateurs soucieux de filmer personnes, activités ou lieux familiers, ou encore des grandes entreprises, comme Suchard, Zenith ou Dubied, qui eurent recours au cinéma comme moyen publicitaire.

Que filmait-on de Neuchâtel ou à Neuchâtel durant ces deux décennies de prospérité ? Que nous raconte le patrimoine cinématographique du canton ? Des réponses seront données par l’anthologie préparée pour l’occasion et le commentaire qui accompagnera la projection.


 

Fleurier

Mercredi 16 décembre 2020, de 14h30 à 16h15

Thierry Malvesy, conservateur en sciences de la Terre au Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel

Histoire(s) des oiseaux

Cette conférence se découpe en deux parties très différentes contrairement à ce que pourrait laisser croire leur intitulé. Une première partie sera consacrée à l’histoire de l’ornithologie. Nous évoquerons, depuis la préhistoire, les rapports qui ont existé entre les humains et les oiseaux, de leur domestication et leur utilisation à outrance jusqu’au texte fondateur de leur protection.

Une seconde partie se penchera sur de curieuses histoires d’oiseaux :

  • L’Archéoptéryx 
  • Quand les oiseaux mangeaient du cheval !
  • Les oiseaux empoisonnés
  • L’outillage chez les oiseaux
  • Les oiseaux jardiniers de Nouvelle-Guinée
  • La sexualité des oiseaux

Autant d’histoires et d’anecdotes qui nous feront découvrir la richesse et la variété de comportements dans le groupe des oiseaux.


 

Neuchâtel

Vendredi 18 décembre 2020, à 14h15                                    lieu à confirmer

FÊTE DE NOËL, ouverte aux membres de toutes les antennes

La fête de Noël permet aux membres de toutes les antennes de se retrouver pour passer un moment festif et convivial, à savourer les petits plaisirs et souvenirs de l’existence. Nous vous réservons une formule pleine de surprises et de douceur(s). Un rendez-vous qui marie culture, intelligence et chaleur humaine.


 

Fleurier

Mercredi 13 janvier 2021, de 14h30 à 16h15

Livia Lüthi, assistante-doctorante à l’Université de Neuchâtel

« Comme disait ma grand-mère – et je crois bien qu’elle était un peu sorcière » : Savoirs et secrets féminins dans la médecine d’autrefois

Anciens recueils, grimoires et morceaux choisis de la littérature nous servent des recettes à déguster comme à psalmodier. Ainsi, les Observations de la sage-femme Louise Bourgeois (1563-1636) délivrent de précieux conseils quant à la mise au monde. Potions, prières et gestuelle, apprises au chevet des parturientes, témoignent d’un héritage séculaire sûr et éprouvé. N’en déplaise aux docteurs d’alors qui assistent à l’arrivée, sur la scène médicale, d’une femme plus douée qu’ils ne l’estimaient. 

Au croisement de la littérature et des études genre, notre intervention s’intéressera aux savoirs féminins et aux relations de pouvoir entre soignant·e·s, au début de l’obstétrique moderne.


 

Fleurier

Mercredi 20 janvier 2021, de 14h30 à 16h15

Valérie Wyssbrod, chargée d’enseignement à l’Université de Neuchâtel

Conserver la vie sauvage sans la mettre en cage

Chaque semaine, des nouvelles alarmantes sur la perte de biodiversité parviennent à nos oreilles. Des espèces, animales ou végétales, connues ou inconnues, disparaissent sans faire de bruit. Que faut-il mettre en place pour protéger la vie sauvage ? Créer des parcs, des réserves naturelles, des espaces protégés ? Oui, mais comment conserver la vie sauvage sans la mettre en cage ? Et comment à la fois protéger la vie sauvage, tout en respectant les droits des personnes qui occupent les espaces que l’on souhaite sauvegarder ? Et si le droit pouvait nous y aider ?


 

Fleurier

Mercredi 27 janvier 2021, de 14h30 à 16h15

Sylvain Malfroy, professeur à la Haute École de Musique de Genève/Neuchâtel et à la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften Winterthur

« Apprendre à voir l’architecture et la ville »

Le titre est placé entre guillemets car il fait allusion à un célèbre ouvrage de vulgarisation de l’architecte et théoricien italien Bruno Zevi, paru en traduction française aux éditions de Minuit en 1959 et régulièrement réimprimé depuis. 

L’architecture, comme les autres arts, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, a quelque chose à nous dire. Nous l’admirons parfois, nous la blâmons souvent, mais nous ne sommes pas toujours préparés à la comprendre. En décortiquant quelques édifices sélectionnés parmi les lauréats des quatre dernières éditions de la Distinction romande d’architecture, créée en 2006, nous tenterons d’expliquer ce qui fait la qualité d’un bon projet.


 

Fleurier

Mercredi 3 février 2021, de 14h30 à 16h15

Robert Kopp, professeur émérite de l’Université de Bâle

Ramuz/Stravinsky : L’Histoire du soldat, du folklore russe à l’avant-garde européenne

Comme d’autres artistes russes, Igor Stravinsky, au moment de la Révolution d’octobre, s’est réfugié en Suisse, où il fait la connaissance de Ramuz grâce au chef d’orchestre Ernest Ansermet. Trois œuvres naissent de cette rencontre : Renard, Les Noces, L’Histoire du soldat, qui toutes s’inspirent de contes populaires russes. L’Histoire du soldat, qui met en scène le pacte avec le diable que Ramuz avait déjà utilisé dans Le Règne de l’esprit malin, fut « lue, jouée et dansée » le 28 septembre 1918 au Théâtre municipal de Lausanne, mais la tournée qui était prévue a dû être annulée à cause de la grippe espagnole. Elle ne fut reprise qu’en 1923. Elle ne cesse depuis de séduire tous les grands chefs d’orchestre et metteurs en scène, car il s’agit d’une œuvre clef aussi bien pour l’écrivain que pour le compositeur.


 

Fleurier

Mercredi 10 février 2021, de 14h30 à 16h15

Jacques Aubert, médecin retraité, ancien chargé de cours à l’Université de Lausanne

Les secrets du sommeil

Nous dormons aujourd’hui, en moyenne, 1h30 de moins qu’il y a 50 ans ! Ce temps mystérieux, où « je m’absente de moi-même », occupe normalement un tiers de notre vie. 

Que penser de cette privation de sommeil ? Pourquoi le faisons-nous ? Avec quelles conséquences, quels risques ? Est-ce nécessaire de remettre du sommeil dans nos vies ? Est-ce possible ? Comment ? 

Les progrès de la biochimie, des neurosciences et de la neuro-imagerie fonctionnelle au cours des dernières décennies nous permettent aujourd’hui de décrypter les secrets du sommeil, de mieux comprendre ce qui se passe de si important pendant ce temps considéré à tort comme perdu. Nous lèverons le voile !


 

Fleurier

Mercredi 17 février 2021, de 14h30 à 16h15

Ellen Hertz Werro, professeure à l’Université de Neuchâtel

Que font nos multinationales à l’étranger ? Une analyse anthropologique de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises

La Suisse est le siège d’un nombre important d’entreprises multinationales, actives dans tous les pays du monde. À ce titre, elle influence les normes, formelles et informelles, qui régissent le respect des droits humains, sociaux et environnementaux dans l’économie mondialisée. Cette communication présentera les normes juridiques et managériales qui régissent le comportement des entreprises basées en Suisse et tentera de cerner les effets de ces normes. Nous verrons qu’un examen sérieux de ces questions nécessite de prendre du recul par rapport aux cadres formels et aux déclarations d’intention, pour examiner les pratiques des divers acteurs sociaux « sur le terrain », soit dans leurs activités professionnelles quotidiennes. Nous verrons que la situation actuelle est loin de garantir le respect de ces droits, et nous discuterons des possibles solutions à ce problème.


 

Fleurier

Mercredi 24 février 2021, de 14h30 à 16h15

Pascal Mahon, professeur à l’Université de Neuchâtel

Droit, travail, famille et égalité de la Révolution industrielle à nos jours

La révolution industrielle du début du XIXe a profondément modifié non seulement le mode de production, mais, avec lui, les structures sociale et familiale, la pensée politique et l’organisation de nos sociétés, transformant du même coup nos systèmes et institutions juridiques. À l’aube d’une nouvelle ère, qu’on appelle souvent, faute de mieux, « postindustrielle », il est intéressant et utile de se pencher sur ce que la révolution industrielle et deux siècles d’industrialisation nous ont apporté et de tenter de questionner les transformations actuelles, dont la pandémie de Covid-19 met du reste en évidence ou amplifie certains effets.


 

Fleurier

Mercredi 10 mars 2021, de 14h30 à 16h15

Jean Rime, chargé de cours à l’Université de Fribourg

La Suisse d’Alphonse Daudet

On associe généralement l’œuvre de Daudet aux cigales provençales plus qu’aux montagnes helvétiques. Pourtant, l’auteur des Lettres de mon moulin a séjourné à plusieurs reprises dans notre pays. Avec le sel de la caricature, son roman Tartarin sur les Alpes (1885) exacerbe tout le spectre des imaginaires du voyage en Suisse, entre le souvenir de la vision romantique de la nature et la satire d’une industrie touristique en plein essor. Au-delà de ce récit humoristique, l’écho local des textes de Daudet a accompagné l’histoire des échanges culturels franco-suisses, notamment avec les Neuchâtelois Philippe Godet et Édouard Guillaume, et a paradoxalement contribué à l’émancipation d’une littérature romande.


 

Fleurier

Mercredi 17 mars 2021, de 14h30 à 16h15

Jérémy Forney, professeur assistant à l’Université de Neuchâtel

Les agriculteurs dans les débats publics contemporains : quelles représentations, quels rôles, quels partenariats ?

Depuis quelques années, les débats publics et politiques autour de l’agriculture suisse se sont multipliés principalement en lien avec le nombre croissant d’initiatives fédérales touchant à l’agriculture et l’alimentation qui ont été soumises au vote des citoyens. Un constat s’impose : l’agriculture n’est plus la chasse gardée des experts et est devenue un thème qui parle à tout un chacun. C’est sans doute une excellente chose, tant les enjeux sont essentiels pour nos sociétés. Toutefois, ce changement de cadrage remet en question la manière dont les rapports entre agriculteurs, consommateurs et citoyens s’établissent. Cette présentation creusera cette nouvelle distribution des cartes autour de l’agriculture, quelques-uns de ses écueils et des pistes de renouvèlement.


 

Fleurier

Mercredi 24 mars 2021, de 14h30 à 16h15

Bastien Jakob, assistant-doctorant à l’Université de Neuchâtel

Prospections archéologiques : le passé du Val-de-Travers revisité

Depuis 2018, une équipe de l’Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel mène des prospections dans le Val-de-Travers. Cette région, qui constitue un axe de passage privilégié et stratégique à travers le Jura, est peu connue de l’archéologie. La conférence abordera les questions méthodologiques et techniques qui ont permis l’inventaire d’un nombre inattendu de vestiges. Les principales découvertes, datées pour l’essentiel entre l’époque romaine et le XXe siècle, seront présentées. Elles apportent de nouveaux éclairages sur l’histoire régionale, tout en faisant écho à d’autres projets archéologiques mis en place récemment dans l’Arc jurassien.


 

Neuchâtel

Vendredi 26 mars 2021, de 14h00 à 16h00                           salle à confirmer

DICTÉE TOUS ÂGES, ouverte à chacun·e !

Dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie

Venez tester vos compétences en orthographe, dans un esprit ludique et curieux ! La dictée tous âges, qui attire chaque année plus d’une centaine de participant·e·s, s’adresse non seulement aux retraité·e·s, mais aussi aux lycéen·ne·s, aux enseignant·e·s et au grand public. Des prix seront décernés. Bienvenue à toutes et à tous !


 

Fleurier

Mercredi 31 mars 2021, de 14h30 à 16h15

Pierre Cornu, juge au Tribunal cantonal de Neuchâtel

L’organisation P-26 – une armée secrète ?

En 1990, les travaux d’une commission d’enquête ont révélé l’existence de la P‑26, organisation secrète de résistance en cas d’occupation de la Suisse. Cette organisation était dirigée par un ancien colonel, « Rico », et comprenait un état-major professionnel et environ 400 miliciens. Si le chef de l’état-major général de l’armée était bien informé à son propos, ce n’était pas forcément le cas du Conseil fédéral et encore moins du Parlement. Qui étaient les membres de l’organisation ? Le but était-il seulement de résister en cas d’occupation militaire ? Les armes et munitions avaient-elles déjà servi à des actions et pas seulement à des exercices ? La P-26 était-elle intégrée à un réseau de l’OTAN, soit « Gladio » ? Tout cela valait-il un scandale ?


 

Fleurier

Mercredi 21 avril 2021, de 14h30 à 16h15

Paul Delsalle, maître de conférences à l’Université de Besançon

Quand les villages du Val-de-Travers s’approvisionnaient en sel de Salins

Pendant plusieurs siècles, les habitants des villages du Val-de-Travers furent approvisionnés en sel venant de Salins dans le comté de Bourgogne (Franche-Comté). Le sel était indispensable à la vie quotidienne : il permettait de conserver les viandes et les poissons, d’améliorer l’ordinaire du bétail et de fabriquer les fromages. À Salins, deux usines produisaient du sel à partir de sources d’eau extrêmement salées. Des femmes spécialisées étaient chargées de confectionner des pains de sel supportant le voyage. Amener le sel dans les villages du Val-de-Travers, sur des chariots tirés par des chevaux, à travers la chaîne du Jura, en été comme en hiver, était toute une expédition pour les charretiers. L’auteur fera revivre cette épopée grâce aux archives retrouvées en France et à Neuchâtel.


 

Fleurier

Mercredi 28 avril 2021, de 14h30 à 16h15

Rossella Baldi, collaboratrice scientifique à l’Université de Neuchâtel

Les horlogers de Voltaire : la Manufacture Royale de montres de Ferney

À l’âge des Lumières, un lien particulier semble unir le monde des Lettres à l’horlogerie. Ainsi, Voltaire, l’auteur le plus célébré de son temps, devient un homme d’affaires vers la fin de sa vie. En 1770, il accueille en effet à Ferney des centaines d’artisans « natifs » genevois, dont les chefs avaient été bannis par la Cité de Calvin. Ces artisans donnent vie à une véritable manufacture grâce au soutien financier de l’écrivain. Ils produisent des montres décorées et bon marché, que Voltaire vend aux souverains du continent dans l’espoir de concurrencer, voire de ruiner le commerce horloger de Genève. C’est donc cette vocation insoupçonnée du philosophe pour l’établissage et un épisode peu connu de l’histoire horlogère du XVIIIe siècle que notre conférence va raconter.


 

Actualités & Informations importantes

Panneau-ATTENTIONpetit.jpgLe port du masque est désormais obligatoire dans toutes les antennes, conformément aux nouvelles mesures sanitaires. Les autres mesures de protection (hygiène, distance, traçage) restent en vigueur.

Programme 2020-2021

Coverture_1_2020-2021 petite.jpg