Fermer
Alpes sans texte 2.jpeg

À Neuchâtel

Les conférences à Neuchâtel

 

Mardi de 14h15 à 16h00 

* * *

Vendredi de 14h15 à 16h00 

 


En raison des contraintes sanitaires, les conférences de la saison 2020-2021 à Neuchâtel se dérouleront sur plusieurs sites différents.

Les salles prévues à Neuchâtel sont détaillées dans le Mémento qui peut également être demandé auprès de notre secrétariat.


 

 

Responsable d’antenne :
André Perrinjaquet 
aperrinj@net2000.ch ;
032 731 79 49

Secrétariat
universite.u3a@unine.ch
tél. 032 718 11 60

Saison 2020-2021

Le programme complet en pdf

Mémento des salles pour 2020


Le port du masque est désormais obligatoire dans toutes les antennes, conformément aux nouvelles mesures sanitaires. Les autres mesures de protection (hygiène, distance, traçage) restent en vigueur.


Information_importante_2.jpg Réserver sa place à Neuchâtel (minimum un jour à l'avance)

Afin de vous garantir le meilleur accueil en cas de forte affluence, nous vous conseillons de réserver votre place pour les conférences à Neuchâtel.

La réservation est possible en ligne, au moyen du formulaire ci-dessous ou par téléphone auprès de notre secrétariat (tél. 032 718 11 60).

Formulaire de réservation pour les conférences à Neuchâtel

Neuchâtel

Mardi 20 octobre 2020, de 14h15 à 16h00                       AJR                              

Stéphane Kronenberger, chercheur associé à l’Université d’Aix-Marseille

Les nouvelles routes de la soie

Maritimes et terrestres, les nouvelles routes de la soie, encore trop méconnues du grand public, constituent une des priorités du président chinois Xi Jinping et ont pour vocation d’assurer l’approvisionnement du pays en matières premières, tout en projetant encore davantage la puissance chinoise à l’extérieur de ses frontières, notamment par le biais d’investissements massifs dans les infrastructures et par l’établissement de relations plus étroites avec les pays traversés. Leur progressive mise en place depuis quelques années a déjà et aura encore davantage à brève échéance un impact non négligeable sur l’Asie, l’Afrique mais aussi le Moyen-Orient ou l’Europe. Cette initiative chinoise de grande ampleur et à long terme mérite donc une analyse précise et circonstanciée.


 

Neuchâtel

Vendredi 23 octobre 2020, de 14h15 à 16h00                          UniMail                      

Ellen Hertz Werro, professeure à l’Université de Neuchâtel

Que font nos multinationales à l’étranger ? Une analyse anthropologique de la responsabilité sociale et environnementale des entreprises

La Suisse est le siège d’un nombre important d’entreprises multinationales, actives dans tous les pays du monde. À ce titre, elle influence les normes, formelles et informelles, qui régissent le respect des droits humains, sociaux et environnementaux dans l’économie mondialisée. Cette communication présentera les normes juridiques et managériales qui régissent le comportement des entreprises basées en Suisse et tentera de cerner les effets de ces normes. Nous verrons qu’un examen sérieux de ces questions nécessite de prendre du recul par rapport aux cadres formels et aux déclarations d’intention, pour examiner les pratiques des divers acteurs sociaux « sur le terrain », soit dans leurs activités professionnelles quotidiennes. 

Nous verrons que la situation actuelle est loin de garantir le respect de ces droits, et nous discuterons des possibles solutions à ce problème.


 

Neuchâtel

Mardi 27 octobre 2020, de 14h15 à 16h00                             AJR                        

Marc-Antoine Kaeser, directeur du Laténium, 
professeur à l’Université de Neuchâtel

La Tène, aux origines de l’archéologie celtique

Découvert en 1857 sur les rives du lac de Neuchâtel, le site de La Tène a joué un rôle décisif dans l’émergence de l’archéologie celtique en Europe. Or, plus d’un siècle et demi après les premières explorations, les archéologues se disputent encore à propos de l’interprétation du site : habitat fortifié, poste de douane, lieu de bataille, ou sanctuaire dédié aux divinités celtiques de la guerre ?

Retraçant le parcours de l’histoire des recherches, notre conférence présentera les premiers enseignements d’un vaste projet de recherche conduit depuis 2007 au Laténium, avec la collaboration de nombreuses institutions, en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis.


 

Neuchâtel

Vendredi 30 octobre 2020, de 14h15 à 16h00                     UniMail                           

Nicolas Balzamo, maître assistant à l’Université de Neuchâtel

Pèlerinages et miracles au Moyen Âge

Le pèlerinage est au Moyen Âge ce que le tourisme est à l’époque contemporaine : un phénomène massif, qui touchait l’ensemble de la société. Chaque année, des foules d’hommes et de femmes quittaient leur domicile pour se rendre dans des sanctuaires bien précis, certains très célèbres, comme Jérusalem, Rome ou Compostelle, et d’autres plus modestes. Parmi les motivations qui étaient à l’origine d’une telle démarche, une place à part revient à la quête du surnaturel : bon nombre de pèlerins allaient vénérer des reliques et des images dont ils espéraient une aide concrète, autrement dit un miracle.


 

Neuchâtel

Mardi 3 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                    AJR                               

Adrien Wyssbrod, historien, docteur de l’Université de Neuchâtel, chercheur invité à l’Université de Cambridge

La valse des ambassadeurs durant la guerre de Succession d’Espagne, un bal masqué

La paix de Westphalie en 1648 entraîne des changements dans les rapports entre les États et pousse les ambassadeurs au premier plan des relations internationales. Peu après, la Guerre de succession d’Espagne confirme cette évolution. Ambassadeurs, envoyés spéciaux et élites locales s’observent, se mesurent et s’allient ou se déchirent dans une Europe explosive. À Neuchâtel, la succession de 1707 est pour les princes un moyen d’affirmer leur puissance. Les ambassadeurs y voient une opportunité d’expérimenter cette nouvelle diplomatie. Tous les moyens semblent bons pour obtenir la succession, tout en évitant la guerre.


 

Neuchâtel

Vendredi 6 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                   UniMail                           

Jean Rime, chargé de cours à l’Université de Fribourg

La Suisse d’Alphonse Daudet

On associe généralement l’œuvre de Daudet aux cigales provençales plus qu’aux montagnes helvétiques. Pourtant, l’auteur des Lettres de mon moulin a séjourné à plusieurs reprises dans notre pays. Avec le sel de la caricature, son roman Tartarin sur les Alpes (1885) exacerbe tout le spectre des imaginaires du voyage en Suisse, entre le souvenir de la vision romantique de la nature et la satire d’une industrie touristique en plein essor. Au-delà de ce récit humoristique, l’écho local des textes de Daudet a accompagné l’histoire des échanges culturels franco-suisses, notamment avec les Neuchâtelois Philippe Godet et Édouard Guillaume, et a paradoxalement contribué à l’émancipation d’une littérature romande.


 

Neuchâtel

Mardi 10 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                      AJR              

Thierry Malvesy, conservateur en sciences de la Terre
au Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel

Histoire(s) des oiseaux

Cette conférence se découpe en deux parties très différentes contrairement à ce que pourrait laisser croire leur intitulé. Une première partie sera consacrée à l’histoire de l’ornithologie. Nous évoquerons, depuis la préhistoire, les rapports qui ont existé entre les humains et les oiseaux, de leur domestication et leur utilisation à outrance jusqu’au texte fondateur de leur protection.

Une seconde partie se penchera sur de curieuses histoires d’oiseaux :

  • L’Archéoptéryx 
  • Quand les oiseaux mangeaient du cheval !
  • Les oiseaux empoisonnés
  • L’outillage chez les oiseaux
  • Les oiseaux jardiniers de Nouvelle-Guinée
  • La sexualité des oiseaux

Autant d’histoires et d’anecdotes qui nous feront découvrir la richesse et la variété de comportements dans le groupe des oiseaux.


 

Neuchâtel

Vendredi 13 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                      UniMail                      

Emmanuelle Reuter, professeure assistante à l’Université de Neuchâtel

Management de l’innovation responsable et durable

Digitalisation, durabilité, inégalités sociales, transition énergétique sont autant d’enjeux majeurs pour les cadres d’entreprise d’aujourd’hui. Ils représentent des défis énormes, mais ouvrent aussi d’importantes opportunités pour innover. La question se pose alors de savoir quelles sont les compétences qui facilitent la capacité d’innovation des cadres d’entreprise. Cet exposé vise à introduire les connaissances actuelles sur les obstacles auxquels se heurte l’innovation et à démontrer le rôle que joue la cognition. Cet exposé dessinera un champ de recherche permettant une étude systématique des compétences, processus et structures cognitives qui facilitent l’innovation.


 

Neuchâtel

Mardi 17 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                        AJR                         

Claire Le Bayon, professeure titulaire à l’Université de Neuchâtel

Les vers de terre, ingénieurs du sol

Les « intestins de la terre » : c’est ainsi qu’Aristote qualifiait les vers de terre. Véritables laboureurs et recycleurs hors pair de nos déchets alimentaires, ces animaux sont reconnus depuis longtemps pour leur rôle essentiel dans la fertilité des sols. Toutefois, de nombreuses questions restent en suspens du point de vue de leur implication dans la mise en place de la structure du sol. Si leur rôle de bioturbateurs est clairement identifié, quelques zones d’ombre persistent concernant leur influence sur la stabilité des sols. Des recherches récentes apportent de nouvelles pistes et mettent en évidence un effet combiné des vers de terre et des racines de plantes. 


 

Neuchâtel

Vendredi 20 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                      UniMail                      

Hédi Dridi, professeur à l’Université de Neuchâtel
Jean-Pierre Schneider, professeur émérite de l’Université de Neuchâtel

Les tribulations de l’alphabet : Du Proche-Orient à Rome en passant par l’Égée

Nous pratiquons l’alphabet comme Monsieur Jourdain la prose. Le succès planétaire de cette invention géniale a été tel qu’aujourd’hui la plupart des langues modernes se servent d’une écriture alphabétique, à l’exception notable de quelques-unes, comme le chinois. C’est que, avec ce système, il ne faut qu’un peu plus de vingt signes pour métamorphoser l’oral en écrit. On verra, entre autres, que ce petit miracle surgit au cours du deuxième millénaire avant notre ère quelque part au Levant et que les Phéniciens, sur la côte syro‑libanaise actuelle, ont joué un rôle essentiel dans la transmission de ce système économe aux Grecs et aux Romains, et aux autres...


 

Neuchâtel

Mardi 24 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                              AJR                   

Aurélie Reusser Elzingre, collaboratrice scientifique à l’Université de Neuchâtel

Contes et légendes du Jura : un patrimoine immatériel à préserver et à transmettre

Des géants, des animaux fantastiques, des villages entiers de nigauds, des diablotins querelleurs, des revenants effrayants, de jeunes et jolies sorcières... autant de personnages attachants qui caractérisent les contes et légendes du Jura. Ces histoires, qui ont été collectées durant la première moitié du siècle dernier, ont été traduites du patois. Celles-ci nous parlent de coutumes, de traditions, de peurs ancestrales qui reflètent une vie et une langue d’autrefois. À l’heure de la rapidité et de la compétitivité, arrêtons-nous un instant et plongeons dans ces récits qui nous sont à la fois familiers et pourtant si éloignés de notre monde actuel.


 

Neuchâtel

Vendredi 27 novembre 2020, de 14h15 à 16h00                       UniMail                     

Pierre Gresser, professeur émérite de l’Université de Franche-Comté, docteur honoris causa de l’Université de Neuchâtel

Regard sur les croisades des XIIe et XIIIe siècles

Entre 1095 et 1291, huit croisades mirent en contact les croisés d’Occident avec les populations du Proche-Orient. Un regard d’ensemble sur ce temps fort des relations entre chrétiens et musulmans permet d’en expliquer les causes, le déroulement et les conséquences.

Si ces dernières se traduisirent par la création de principautés et du royaume de Jérusalem, elles revêtirent aussi des aspects importants dans le domaine économique, humain et religieux.

Parmi d’autres, la forteresse chrétienne du Krak des chevaliers et la citadelle musulmane d’Alep (qui seront décrites avec projection) sont actuellement des témoignages architecturaux éclatants de deux siècles de rapports complexes.


 

Neuchâtel

Mardi 1er décembre 2020, de 14h15 à 16h00                    AJR                             

Loris Petris, professeur à l’Université de Neuchâtel

Folie du monde, sagesse de la folie : Érasme, maître du paradoxe

L’aisance avec laquelle l’auteur de l’Éloge de la folie (1511) joue avec les codes pour les retourner contre eux-mêmes traduit non une légèreté de débutant mais le savoir et la sagesse de qui comprend et maîtrise en profondeur la religion, la philosophie et la philologie. Helléniste, éditeur du Nouveau Testament (1516) et auteur du best-seller que sont les Adages (1500-1536), Érasme (1469-1536) est plongé autant dans les textes d’une Antiquité redécouverte que dans les soubresauts d’une Renaissance qui fonde la modernité. Attaqué par l’Église comme par Luther, le maître de Rotterdam pose les fondements du pacifisme, de la douceur dans l’éducation et d’un humanisme exigeant, ouvrant ainsi la voie à Marguerite de Navarre, Rabelais et Montaigne.


 

Neuchâtel

Vendredi 4 décembre 2020, de 14h15 à 16h00                     UniMail                         

Juliette Milbach, docteure en histoire de l’art et chercheuse associée à École des hautes études en sciences sociales de Paris (EHESS)

Louis Aragon (1897-1982), le Parti communiste et les peintres

Aragon poète, écrivain, journaliste. Aragon compagnon d’Elsa Triolet, parent de Lili Brik et de Maïakovski. Aragon communiste et engagé dans les débats sur le réalisme en peinture depuis les années 1930. Il sera question de sa présence dans les débats soviétiques et de ses relations avec les grands artistes comme Léger ou Picasso. On verra aussi son rôle dans les journaux : L’Humanité et Les Lettres françaises bien sûr, mais aussi Ce soir et Commune : comment y parle-t-il des peintres ? Quand se lève-t-il pour les défendre, à l’instar de ce jour de 1953 où il risqua beaucoup en publiant un portrait de Staline par Picasso ?


 

Neuchâtel

Mardi 8 décembre 2020, de 14h15 à 16h00                       AJR                            

Paul Jolissaint, professeur à l’Université de Neuchâtel

Les maths sont partout

Les mathématiques sont présentes, souvent sous forme cachée, dans des domaines extrêmement nombreux de la vie courante. Certaines applications sont abordables par les non-spécialistes, d’autres le sont moins. L’objectif de cette conférence est de présenter quelques-unes de ces applications en tâchant d’en présenter des aspects ne nécessitant que peu de connaissances. À la fin de l’exposé, certains sujets plus pointus pourront être abordés.


 

Neuchâtel

Vendredi 11 décembre 2020, de 14h15 à 16h00            UniMail                                

Pierre Cornu, juge au Tribunal cantonal de Neuchâtel

L’organisation P-26 – une armée secrète ?

En 1990, les travaux d’une commission d’enquête ont révélé l’existence de la P‑26, organisation secrète de résistance en cas d’occupation de la Suisse. Cette organisation était dirigée par un ancien colonel, « Rico », et comprenait un état-major professionnel et environ 400 miliciens. Si le chef de l’état-major général de l’armée était bien informé à son propos, ce n’était pas forcément le cas du Conseil fédéral et encore moins du Parlement. Qui étaient les membres de l’organisation ? Le but était-il seulement de résister en cas d’occupation militaire ? Les armes et munitions avaient-elles déjà servi à des actions et pas seulement à des exercices ? La P-26 était-elle intégrée à un réseau de l’OTAN, soit « Gladio » ? Tout cela valait-il un scandale ?


 

Neuchâtel

Mardi 15 décembre 2020, de 14h15 à 16h00                              AJR                    

Nicolas Vernot, docteur de l’École pratique des Hautes Études (Paris), secrétaire général de l’Académie internationale d’Héraldique

Le cœur et ses images : histoire symbolique (et palpitante) d’un organe pas comme les autres

Qui n’a jamais dessiné de cœur ? Le motif – ou signe – du cœur est probablement un des plus répandus aujourd’hui à l’échelle de la planète. Pourtant, et contrairement à ce qui est encore trop souvent affirmé, la figuration du cœur et la symbolique qui lui est liée ne sont ni naturelles, ni universelles. Faire du cœur le siège des sentiments, et notamment de l’amour et de la foi, est en réalité une construction culturelle élaborée au fil des siècles. Événement majeur de l’histoire culturelle occidentale, la diffusion du motif appelé « cœur » connaît une promotion sans précédent à compter de la fin du Moyen Âge. Jusqu’alors demeuré plutôt secondaire, l’organe voit alors ses représentations se multiplier, à tel point qu’au XVIIIe siècle, le cœur s’est imposé partout, et notamment dans l’art dit populaire : renversé, dédoublé, marqué, percé, vidé, pénétré, empli, fleuri, enflammé, grillé, sanctifié… quel organe peut se prévaloir d’autant de mises en scène ?

Pour comprendre ce succès, il convient de rassembler les images cordiales tant profanes que sacrées, tant urbaines que rurales, et de les éclairer à l’aide de méthodes relevant aussi bien de l’histoire que de la sémiologie ou de l’ethnologie. Coudre un cœur sur son vêtement, l’arborer sur ses armoiries, le graver sur un tronc, l’offrir sur une bague ou l’apposer sur sa porte, voilà autant de gestes qui conduisent à nous interroger sur le rôle du signe dans les sociétés d’hier et d’aujourd’hui. Qu’on en mange ou qu’on le prie, le cœur est, à n’en pas douter, un symbole à nul autre pareil…


 

Neuchâtel

Vendredi 18 décembre 2020, à 14h15                                Lieu à préciser                           

FÊTE DE NOËL, ouverte aux membres de toutes les antennes

La fête de Noël permet aux membres de toutes les antennes de se retrouver pour passer un moment festif et convivial, à savourer les petits plaisirs et souvenirs de l’existence. Nous vous réservons une formule pleine de surprises et de douceur(s). Un rendez-vous qui marie culture, intelligence et chaleur humaine.


 

Neuchâtel

Mardi 12 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Jacques Aubert, médecin retraité, ancien chargé de cours à l’Université de Lausanne

Les secrets du sommeil

Nous dormons aujourd’hui, en moyenne, 1h30 de moins qu’il y a 50 ans ! Ce temps mystérieux, où « je m’absente de moi-même », occupe normalement un tiers de notre vie.

Que penser de cette privation de sommeil ? Pourquoi le faisons-nous ? Avec quelles conséquences, quels risques ? Est-ce nécessaire de remettre du sommeil dans nos vies ? Est-ce possible ? Comment ? 

Les progrès de la biochimie, des neurosciences et de la neuro-imagerie fonctionnelle au cours des dernières décennies nous permettent aujourd’hui de décrypter les secrets du sommeil, de mieux comprendre ce qui se passe de si important pendant ce temps considéré à tort comme perdu. Nous lèverons le voile !


 

Neuchâtel

Vendredi 15 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Arnaud Besson, chargé d’enseignement à l’Université de Neuchâtel

L’universalisation de la citoyenneté romaine : quelles conséquences ?

En 212 de notre ère, l’empereur Antoninus « Caracalla » octroie la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l’Empire. Cette décision impériale est saluée comme un bienfait universel, mais les détails de son application sont perdus. Quelles transformations a subies cette institution si importante qu’est la citoyenneté, entre l’époque de Cicéron – alors qu’elle est le privilège d’un peuple en train de bâtir son empire – et le moment où elle devient le lot de tous ? Une plongée dans les sources littéraires et juridiques, dans les inscriptions et papyrus, nous permet de nous faire une idée de ce qu’être citoyen romain pouvait réellement signifier pour les habitants de l’Empire.


 

Neuchâtel

Mardi 19 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Robert Kopp, professeur émérite de l’Université de Bâle

Ramuz/Stravinsky : L’Histoire du soldat, du folklore russe à l’avant-garde européenne

Comme d’autres artistes russes, Igor Stravinsky, au moment de la Révolution d’octobre, s’est réfugié en Suisse, où il fait la connaissance de Ramuz grâce au chef d’orchestre Ernest Ansermet. Trois œuvres naissent de cette rencontre : Renard, Les Noces, L’Histoire du soldat, qui toutes s’inspirent de contes populaires russes. L’Histoire du soldat, qui met en scène le pacte avec le diable que Ramuz avait déjà utilisé dans Le Règne de l’esprit malin, fut « lue, jouée et dansée » le 28 septembre 1918 au Théâtre municipal de Lausanne, mais la tournée qui était prévue a dû être annulée à cause de la grippe espagnole. Elle ne fut reprise qu’en 1923. Elle ne cesse depuis de séduire tous les grands chefs d’orchestre et metteurs en scène, car il s’agit d’une œuvre clef aussi bien pour l’écrivain que pour le compositeur.


 

Neuchâtel

Vendredi 22 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Valérie Wyssbrod, chargée d’enseignement à l’Université de Neuchâtel

Conserver la vie sauvage sans la mettre en cage

Chaque semaine, des nouvelles alarmantes sur la perte de biodiversité parviennent à nos oreilles. Des espèces, animales ou végétales, connues ou inconnues, disparaissent sans faire de bruit. Que faut-il mettre en place pour protéger la vie sauvage ? Créer des parcs, des réserves naturelles, des espaces protégés ? Oui, mais comment conserver la vie sauvage sans la mettre en cage ? Et comment à la fois protéger la vie sauvage, tout en respectant les droits des personnes qui occupent les espaces que l’on souhaite sauvegarder ? Et si le droit pouvait nous y aider ?


 

Neuchâtel

Mardi 26 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Sylvain Malfroy, professeur à la Haute École de Musique de Genève/Neuchâtel et à la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften Winterthur

« Apprendre à voir l’architecture et la ville »

Le titre est placé entre guillemets car il fait allusion à un célèbre ouvrage de vulgarisation de l’architecte et théoricien italien Bruno Zevi, paru en traduction française aux éditions de Minuit en 1959 et régulièrement réimprimé depuis. 

L’architecture, comme les autres arts, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique, a quelque chose à nous dire. Nous l’admirons parfois, nous la blâmons souvent, mais nous ne sommes pas toujours préparés à la comprendre. En décortiquant quelques édifices sélectionnés parmi les lauréats des quatre dernières éditions de la Distinction romande d’architecture, créée en 2006, nous tenterons d’expliquer ce qui fait la qualité d’un bon projet.


 

Neuchâtel

Vendredi 29 janvier 2021, de 14h15 à 16h00

Nathalie Vuillemin, professeure à l’Université de Neuchâtel

Savoirs barbares : l’intégration des savoirs indigènes dans les discours savants coloniaux (XIIIe siècle)

On sait combien l’entreprise coloniale européenne a été, de tout temps, intéressée. Qu’il s’agisse d’ouvrir de nouvelles voies commerciales, de s’assurer des relais d’approvisionnement sur les routes des voyages au long cours, d’exploiter les ressources – y compris humaines – spécifiques à certaines contrées, le choix de s’approprier une terre étrangère relève depuis la Renaissance de stratégies économiques et géopolitiques complexes. Cette conférence sera plus spécifiquement consacrée à la manière dont les savoirs et savoir-faire indigènes furent observés et intégrés à la culture européenne : comment décrivait-on ces derniers ? Par quels biais les rendait-on crédibles – compte tenu du jugement dépréciatif qu’on appliquait en principe aux « sauvages » ? Comment la voix de ces derniers, les explications qu’ils donnent de leurs pratiques et de leurs savoirs, passent-elles dans les textes ? Nous parcourrons ensemble quelques textes de voyageurs savants, essentiellement en Amérique, et nous intéresserons à divers cas d’étude tels que la découverte du caoutchouc, l’acquisition des compétences botaniques et médicales des indigènes, certaines pratiques de chasse, de pêche ou d’agricultures.


 

Neuchâtel

Mardi 2 février 2021, de 14h15 à 16h00

Gilles Landini, pianiste et professeur au Conservatoire de musique neuchâtelois

Tableaux d’une exposition, tableaux du peuple

Pour Moussorgski : Qu’est-ce que le Beau ? À cette question Moussorgski répond : « C’est le vrai ». Faisant fi de toutes réflexions esthétisantes, le compositeur, inspiré par l’exposition des tableaux de son ami défunt Viktor Hartmann, utilise ces dessins, esquisses, peintures, souvent assez faibles, pour décrire des personnes ou le peuple. Ce chef-d’œuvre affirme ainsi que l’Artiste jamais ne s’embarrasse de classifications ou de discours sur la pertinence esthétique. L’Artiste porte en lui quelque chose d’authentique qui doit s’exprimer, ou il en crève ! L’urgence de ses pièces, leur force parfois originelle en fait une composition exceptionnelle et unique dans le répertoire pianistique.

En deuxième partie, Gilles Landini interprétera au piano les Tableaux d’une exposition de Moussorgski.


 

Neuchâtel

Vendredi 5 février 2021, de 14h15 à 16h00

Audrey Doyen, attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’Université de Paris-Sorbonne Nouvelle

Les dessous du marché de l’art africain

L’ouverture du Musée du quai Branly-Jacques Chirac en 2006 à Paris a suscité des débats houleux qui se sont notamment cristallisés autour de l’influence du marché de l’art sur cette ouverture et sur le type d’objets présentés. Cette conférence propose de revenir sur l’histoire mouvementée de ces relations et de dresser la cartographie de ce marché : qui sont ces marchands d’art ? Quels objets vendent-ils, à quel(s) prix et pourquoi ? Ces questions nous permettront de comprendre comment se fixe aujourd’hui la valeur d’un objet d’art africain, sur la base de quels critères et quelles sont les conséquences pour les musées d’ethnographie aujourd’hui.


 

Neuchâtel

Mardi 9 février 2021, de 14h15 à 16h00

Karim Érard, enseignant, voyageur

Corée du Nord : le royaume ermite

Énigmatique, mystérieux, nébuleux… Ces termes sont souvent employés pour décrire la Corée du Nord… Il est vrai que bon nombre d’aspects extraordinaires constituent le pays de Kim Jong Un. Ils vous seront présentés de manière synthétique à partir de photos prises sur place, de cartes animées, de vidéos, d’animations sonores. Un parcours historique, les « grands » leaders et des spécificités politiques – uniques au monde – sont l’objet de la présentation. L’occasion de pénétrer l’opacité du « Royaume ermite » non sans stupeur…


 

Neuchâtel

Vendredi 12 février 2021, de 14h15 à 16h00

Didier Patel, professeur émérite du Conservatoire de Bourg-en-Bresse

Musiques des cathédrales et des cours princières (XIIe/XIIIe siècles)

Dans l’extraordinaire renaissance politique, économique et culturelle qui balaie le XIIe siècle, la polyphonie, portée par les progrès de l’écriture, atteint un premier sommet avec l’École de Notre-Dame de Paris. Les audaces des constructions sonores de Pérotin répondent à celles, vertigineuses, des cathédrales gothiques.

Mais dès le début du siècle en Aquitaine, foyer artistique de premier plan, naît un art poétique et musical en langue vulgaire, apanage d’une petite société aristocratique en quête d’un mode de vie raffiné. Cet art des troubadours allait essaimer dans toute l’Europe, ouvrant le nouveau chapitre de la musique savante profane. 


 

Neuchâtel

Mardi 16 février 2021, de 14h15 à 16h00

Sophie Baertschi Delbarre, chargée d’enseignement à l’Université de Neuchâtel et de Fribourg, conservatrice du Musée romain d’Avenches

Les mosaïques romaines en Suisse

À ce jour, plusieurs milliers de mosaïques ont été mises au jour dans le monde romain, et près de six cents sur le territoire suisse. Ces revêtements aux motifs variés, datés du Ier au VIIe siècle après J.-C., illustrent parfois des scènes tirées de la mythologie ou de la vie quotidienne. Les mosaïques décoraient avant tout les maisons riches et les édifices de bains publics de nombreux sites du Plateau suisse, des bords du Rhin et du Rhône, des basses vallées du Jura et des Alpes. Et qu’en est-il du canton de Neuchâtel ?


 

Neuchâtel

Vendredi 19 février 2021, de 14h15 à 16h00

Pascal Mahon, professeur à l’Université de Neuchâtel

Droit, travail, famille et égalité de la Révolution industrielle à nos jours

La révolution industrielle du début du XIXe a profondément modifié non seulement le mode de production, mais, avec lui, les structures sociale et familiale, la pensée politique et l’organisation de nos sociétés, transformant du même coup nos systèmes et institutions juridiques. À l’aube d’une nouvelle ère, qu’on appelle souvent, faute de mieux, « postindustrielle », il est intéressant et utile de se pencher sur ce que la révolution industrielle et deux siècles d’industrialisation nous ont apporté et de tenter de questionner les transformations actuelles, dont la pandémie de Covid-19 met du reste en évidence ou amplifie certains effets.


 

Neuchâtel

Mardi 23 février 2021, de 14h15 à 16h00

Philippe Terrier, professeur émérite de l’Université de Neuchâtel

« De deux choses lune, l’autre c’est le soleil » (J. Prévert) : Humour et jeux de mots dans la poésie française du XXe siècle

Si au XXe siècle la majorité des poètes français continuent de considérer le langage comme sacré et digne de respect, étant en quelque sorte le reflet du Verbe par lequel Dieu a créé le monde, d’autres le conçoivent comme un simple matériau avec lequel on peut s’amuser – parfois jusqu’à le désintégrer – en se livrant à toutes sortes de jeux et d’artifices. De Max Jacob à Francis Ponge, de Tristan Tzara à Jean Tardieu en passant par les Surréalistes, Henri Michaux, Jacques Prévert, Raymond Queneau ou Georges Perec, ils sont nombreux à emprunter cette voie comme on le verra en parcourant un choix de textes à l’humour parfois grinçant.


 

Neuchâtel

Vendredi 26 février 2021, de 14h15 à 16h00

Walter Tschopp, ancien conservateur du Musée d’art et d’histoire de la Ville de Neuchâtel, conservateur de la Fondation Ateliers d’Artiste
Jean Menthonnex, président de la Fondation Ateliers d’Artiste

Comment donner une nouvelle vie aux œuvres d’art oubliées d’artistes autrefois reconnus ?

Depuis 2004, la Fondation Ateliers d’Artiste (FAA) œuvre à la sauvegarde du patrimoine artistique de créateurs reconnus de Suisse romande. Elle cherche à préserver leurs fonds d’atelier, à les conserver et à les valoriser au moyen d’expositions temporaires et de publications. MM. Jean Menthonnex, président de la fondation, et Walter Tschopp, conservateur, vous présentent les objectifs et réalisations de cette institution pas comme les autres avec un large panorama d’images comprenant évidemment aussi des artistes neuchâtelois.


 

Neuchâtel

Mardi 2 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Aude Joseph, directrice du Département audiovisuel (DAV) de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds
Roland Cosandey, historien du cinéma, enseignant à l’École cantonale d’art de Lausanne

Neuchâtel, un canton en images : une filmographie cantonale

Qu’est-ce qu’une filmographie cantonale ? En quoi peut-elle nous révéler certaines particularités et richesses d’une région, mais aussi esquisser un paysage cinématographique ?

Paru en novembre 2019 aux éditions Alphil, Neuchâtel un canton en images est le deuxième tome de la filmographie neuchâteloise, un projet mené depuis 2004 sous l’égide du Département audiovisuel de la Bibliothèque de la Ville de La Chaux-de-Fonds (DAV), dont il traduit les efforts de documentation et de transmission des films qu’il conserve.

Ce volume couvre les années 1950 et 1960. Il rend compte de la production de cinéastes reconnus comme Henry Brandt ou André Paratte, mais également celle de nombreux amateurs soucieux de filmer personnes, activités ou lieux familiers, ou encore des grandes entreprises, comme Suchard, Zenith ou Dubied, qui eurent recours au cinéma comme moyen publicitaire.

Que filmait-on de Neuchâtel ou à Neuchâtel durant ces deux décennies de prospérité ? Que nous raconte le patrimoine cinématographique du canton ? Des réponses seront données par l’anthologie préparée pour l’occasion et le commentaire qui accompagnera la projection.


 

Neuchâtel

Vendredi 5 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Vincent Arlettaz, professeur à la Haute École de Musique de Genève/Neuchâtel et à la Haute École de Musique Lausanne (Sion), rédacteur en chef de la Revue Musicale de Suisse Romande

Le cor anglais : une voix romantique

Comment imaginer l’orchestre romantique sans la voix veloutée, mystérieuse et nostalgique du cor anglais ? À quel autre instrument Dvorák aurait-il pu confier le sublime largo de sa Symphonie du Nouveau Monde ? Inconnu de l’orchestre de Mozart et de Beethoven, le cor anglais fait une entrée fracassante dans notre culture musicale avec la Symphonie Fantastique d’Hector Berlioz (1830). Pourtant, son histoire était alors déjà ancienne : apparu vers le milieu du XVIIIe siècle, il s’était fait une place, modeste certes, dans l’opéra italien de l’époque classique, et même – dans une moindre mesure – dans la musique de chambre. Rien à voir cependant avec la véritable frénésie qu’il suscita dans les décennies suivantes. Petit retour sur une merveilleuse aventure au pays du son !


 

Neuchâtel

Mardi 9 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Gilbert Greub, professeur à l’Université de Lausanne, directeur de l’Institut de Microbiologie du CHUV

Les microbes : amis, ennemis et pathogènes émergeants

Microbes, germes, virus, bactéries, parasites, … De quoi parle-t-on ? Est-ce pertinent de distinguer ces mots ? La découverte de nouveaux microbes dangereux pour la santé et mal connus du grand public et du personnel de santé a souvent lieu lors d’épidémies. Leurs divers modes de transmission – au contact d’animaux, à la suite de piqûres d’insectes, par l’ingestion d’aliments souillés ou par les systèmes de climatisation ou d’humidification – sont souvent moins connus et plus difficiles à détecter et à maîtriser que pour d’autres microbes (tel le virus de la grippe ou le staphylocoque doré) qui se transmettent de personne à personne. Les microbes sont-ils pour autant tous nos ennemis ? Quelle place occupent-ils dans notre mode de vie moderne et mondialisée ? Quels défis posent-ils à la science et aux chercheurs ? Ce sont là quelques-unes des pistes qu’abordera cette conférence largement illustrée.


 

Neuchâtel

Vendredi 12 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Simona Pekarek Doehler, professeure à l’Université de Neuchâtel

Sup’hair – Orch’Idée ! Le bricolage plurilingue dans la communication par SMS/WhatsApp

La communication par téléphone portable représente aujourd’hui un lieu central d’échange communicatif et un vecteur clé de socialisation. Les usagers pianotent sur leurs claviers avec bonne humeur et inventivité, en prenant des libertés avec les contraintes habituelles de l’écrit. Ils mélangent les registres (standard, familier), écrivent les mots en abrégé ou de manière « inventive », et ils naviguent allègrement non seulement entre ressources sémiotiques (écriture et images), mais aussi entre les langues. C’est ce dernier point qui nous intéressera dans cet exposé.

La communication écrite par SMS ou WhatsApp est devenue un lieu où émergent de nouvelles pratiques plurilingues qui défient les définitions classiques tant du sujet plurilingue que de l’alternance des langues. Quelles sont les formes de ce plurilinguisme émergent, et quelles sont ses fonctions communicatives, voire identitaires ?


 

Neuchâtel

Mardi 16 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Bastien Jakob, assistant-doctorant à l’Université de Neuchâtel

Prospections archéologiques : le passé du Val-de-Travers revisité

Depuis 2018, une équipe de l’Institut d’archéologie de l’Université de Neuchâtel mène des prospections dans le Val-de-Travers. Cette région, qui constitue un axe de passage privilégié et stratégique à travers le Jura, est peu connue de l’archéologie. La conférence abordera les questions méthodologiques et techniques qui ont permis l’inventaire d’un nombre inattendu de vestiges. Les principales découvertes, datées pour l’essentiel entre l’époque romaine et le XXe siècle, seront présentées. Elles apportent de nouveaux éclairages sur l’histoire régionale, tout en faisant écho à d’autres projets archéologiques mis en place récemment dans l’Arc jurassien.


 

Neuchâtel

Vendredi 19 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Malika Wyss, collaboratrice scientifique à l’Université de Neuchâtel

La grandparentalité contrariée : le bien-être des grands‑parents face au manque de leurs petits-enfants

Les relations entre les grands-parents et leurs petits-enfants contribuent fortement au bien-être des membres de chaque génération familiale. Cependant, certaines circonstances (conflits familiaux, éloignement géographique, ou encore pandémie de Covid-19) peuvent contrarier ce rôle grandparental, engendrant de la frustration voire de la souffrance chez les grands-parents concernés. Nous présenterons les résultats d’une recherche qui se base sur les témoignages de grands-parents pour mettre en lumière la manière dont ils vivent et gèrent la privation (temporaire ou durable) de contacts avec leurs petits-enfants.


 

Neuchâtel

Mardi 23 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Jérémy Forney, professeur assistant à l’Université de Neuchâtel

Les agriculteurs dans les débats publics contemporains : quelles représentations, quels rôles, quels partenariats ?

Depuis quelques années, les débats publics et politiques autour de l’agriculture suisse se sont multipliés principalement en lien avec le nombre croissant d’initiatives fédérales touchant à l’agriculture et l’alimentation qui ont été soumises au vote des citoyens. Un constat s’impose : l’agriculture n’est plus la chasse gardée des experts et est devenue un thème qui parle à tout un chacun. C’est sans doute une excellente chose, tant les enjeux sont essentiels pour nos sociétés. Toutefois, ce changement de cadrage remet en question la manière dont les rapports entre agriculteurs, consommateurs et citoyens s’établissent. Cette présentation creusera cette nouvelle distribution des cartes autour de l’agriculture, quelques-uns de ses écueils et des pistes de renouvèlement.


 

Neuchâtel

Vendredi 26 mars 2021, de 14h00 à 16h00

DICTÉE TOUS ÂGES, ouverte à chacun·e !

Dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie

Venez tester vos compétences en orthographe, dans un esprit ludique et curieux ! La dictée tous âges, qui attire chaque année plus d’une centaine de participant·e·s, s’adresse non seulement aux retraité·e·s, mais aussi aux lycéen·ne·s, aux enseignant·e·s et au grand public. Des prix seront décernés. Bienvenue à toutes et à tous !


 

Neuchâtel

Mardi 30 mars 2021, de 14h15 à 16h00

Livia Lüthi, assistante-doctorante à l’Université de Neuchâtel

« Comme disait ma grand-mère – et je crois bien qu’elle était un peu sorcière » : Savoirs et secrets féminins dans la médecine d’autrefois

Anciens recueils, grimoires et morceaux choisis de la littérature nous servent des recettes à déguster comme à psalmodier. Ainsi, les Observations de la sage-femme Louise Bourgeois (1563-1636) délivrent de précieux conseils quant à la mise au monde. Potions, prières et gestuelle, apprises au chevet des parturientes, témoignent d’un héritage séculaire sûr et éprouvé. N’en déplaise aux docteurs d’alors qui assistent à l’arrivée, sur la scène médicale, d’une femme plus douée qu’ils ne l’estimaient. 

Au croisement de la littérature et des études genre, notre intervention s’intéressera aux savoirs féminins et aux relations de pouvoir entre soignant·e·s, au début de l’obstétrique moderne.


 

Neuchâtel

Mardi 6 avril 2021, de 14h15 à 16h00

Stuart Patterson, ténor, professeur de chant à la Haute école de musique de Genève/Neuchâtel
Étienne Anker, ténor, étudiant à la Haute école de musique de Genève/Neuchâtel

Chanteur lyrique : esclave de la partition ou interprète libre ?

Si la critique se met d’accord pour dire que l’interprétation de tel morceau lyrique a été réussie, certains attribueront son succès au compositeur de génie, au service de la voix humaine, un cadeau pour les cordes vocales, sans mentionner l’interprète ; d’autres diront qu’il est dû à un interprète de génie, au service du compositeur, un cadeau pour l’art lyrique. Après une carrière de 40 ans à naviguer entre ces deux pôles, Stuart Patterson planche sur des questions qui pourront éclaircir la voie (sans jeu de mots) : jusqu’où l’interprète peut-il raisonnablement s’emparer d’une partition, se la procurer, s’y investir, voire la réécrire dans sa « défense » de l’œuvre ?


 

Neuchâtel

Vendredi 9 avril 2021, de 14h15 à 16h00

Christophe Champod, professeur à l’École des sciences criminelles de l’Université de Lausanne

Jeux Olympiques de Sotchi : de la signification des traces d’outils dans les capuchons des bouteilles anti-dopage

En mai 2016, le NY Times dénonce un système de dopage à l’œuvre durant les Jeux Olympiques de Sotchi. Le lanceur d’alerte, le Dr Rodchenkov, y explique comment des spécialistes des services secrets, avec des outils adaptés, rouvraient les bouteilles sécurisées pour remplacer l’urine. Sur mandat du Comité International Olympique (CIO), nous avons été chargés d’investiguer ces allégations. Fort d’une équipe ayant compté plus de 15 personnes, nous avons investigué sur les moyens de réouverture, développé une méthodologie puis examiné plus de 300 bouteilles. La présentation présentera la méthode, les conclusions obtenues et leur appréciation par les commissions du CIO et le tribunal arbitral du sport.


 

Neuchâtel

Mardi 13 avril 2021, de 14h15 à 16h00

Alexis Drahos, historien de l’art, docteur de l’Université de Paris-Sorbonne, conférencier à l’École du Louvre

L’art et les sciences naturelles

L’art et la science. Deux domaines à priori incompatibles et qui pourtant connaissent de fortes correspondances le plus souvent cachées. C’est notamment le cas à partir de la Renaissance où les artistes plus que jamais s’informent des découvertes scientifiques dans le domaine des sciences naturelles. En parallèle à cela, on assiste – et notamment à l’orée du XVIIIe siècle – à un essor sans précédent de la vulgarisation scientifique et dont l’influence ne tardera pas longtemps à se faire sentir dans les arts. Conférences, presse, ouvrages, tout est désormais prétexte à dévoiler les nouveaux secrets de la science. Même les hommes d’État s’y intéressent à l’image par exemple de Thomas Jefferson féru de paléontologie. De quelle manière les peintres interprètent-ils dans leurs tableaux l’évolution de la science ? Quels en sont les réels échos ? Comment décrire une œuvre à la lumière des connaissances scientifiques ? De Léonard de Vinci à Cézanne en passant par Turner ou encore à travers d’autres artistes moins connus comme Jean-Pierre Houel ou John Martin, cette conférence aura pour objectif de jeter un nouveau regard sur les tableaux au prisme du développement de la géologie, de la zoologie ou encore de la paléontologie et de leur influence à travers les siècles.


 

Neuchâtel

Vendredi 16 avril 2021, de 14h15 à 16h00

Paul Delsalle, maître de conférences à l’Université de Besançon

Quand Neuchâtel s’approvisionnait en sel de Salins

Pendant plusieurs siècles, les habitants de Neuchâtel et sa région furent approvisionnés en sel venant de Salins dans le comté de Bourgogne (Franche-Comté). Le sel était indispensable à la vie quotidienne : il permettait de conserver les viandes et les poissons, d’améliorer l’ordinaire du bétail et de fabriquer les fromages. À Salins, deux usines produisaient du sel à partir de sources d’eau extrêmement salées. Des femmes spécialisées étaient chargées de confectionner des pains de sel supportant le voyage. Amener le sel à Neuchâtel, sur des chariots tirés par des chevaux, à travers la chaîne du Jura, en été comme en hiver, était toute une expédition pour les charretiers. L’auteur fera revivre cette épopée grâce aux archives retrouvées en France et à Neuchâtel.


 

Neuchâtel

Mardi 20 avril 2021, de 14h15 à 16h00

Étienne Piguet, professeur à l’Université de Neuchâtel
Loïc Brüning, assistant-doctorant à l’Université de Neuchâtel

Changements climatiques au Sahel : vers des déplacements massifs de populations ?

À l’horizon de quelques décennies, les changements climatiques pourraient mettre en péril de nombreuses populations et les pousser à l’exil. Le Sahel est souvent considéré comme particulièrement menacé. Des millions de réfugiés du climat vont-ils tenter de gagner l’Europe ? Dans cet exposé, nous ferons la part des choses entre inquiétudes justifiées et fantasmes. Nous présenterons un état des lieux des perspectives climatiques au Sahel et des risques de déplacements de populations en nous basant sur la littérature scientifique récente. Dans un deuxième temps, nous prendrons la mesure des enjeux de déplacements déjà bien réels de la région de Saint-Louis du Sénégal où l’Institut de géographie mène des recherches avec des partenaires locaux.

Dans le cadre du Printemps Culturel 2021 « Sahel »


 

Actualités & informations importantes

Panneau-ATTENTIONpetit.jpgLe port du masque est désormais obligatoire dans toutes les antennes, conformément aux nouvelles mesures sanitaires. Les autres mesures de protection (hygiène, distance, traçage) restent en vigueur.

Lieux des conférences

 

Mémento des salles

 

Reportage de Canal Alpha du 13 octobre 2020 à l'U3a de Neuchâtel

 

 http://www.canalalpha.ch/actu/luniversite-du-3e-age-repart-malgre-le-virus/

Information_importante_2.jpg Réserver sa place à Neuchâtel
(minimum un jour à l'avance)

 

Formulaire de réservation pour les conférences à Neuchâtel


 

Programme 2020-2021

Coverture_1_2020-2021 petite.jpg