Fermer
_fs_nccr_choix.jpg

The International Society of Chemical Ecology meets in Neuchâtel

press releases in English

biochemistry of human odours 

plant defence: the wound, a survival mechanism

fight against diseases vectored by flies and mosquitoes

a pollinator attracted to an imitation of its prey's odour 

summary in French

Du 23 au 27 août, l'Université de Neuchâtel accueille le 25e congrès annuel de la Société internationale d'écologie chimique (International Society of Chemical Ecology ou ISCE). Organisé par le Pôle de recherche national (NCCR) Survie des plantes, l'événement rassemblera quelque 300 scientifiques du monde entier.

L'écologie chimique a pour objet d'étude la forme la plus ancestrale et la plus universelle de communication entre les êtres vivants : l'échange de substances chimiques générées de manière naturelle. Elle consiste notamment à identifier les molécules impliquées dans la reproduction, la recherche de nourriture ou la défense contre des prédateurs ou des maladies. Les mécanismes d'adaptation, les activités de symbiose, ou encore la préférence alimentaire sont autant de phénomènes dus aux molécules que les protagonistes échangent entre eux. L'approche ne se limite pas au monde terrestre : les poissons, les invertébrés marins et les algues communiquent aussi de cette manière. L'équilibre d'un écosystème donné dépend de la bonne régulation de ces interactions chimiques.

A Neuchâtel, un riche programme attend les participants autour de cinq thèmes principaux. La chimie des odeurs chez les vertébrés fera par exemple le point sur la différence des odeurs émises par les hommes et les femmes. Le chapitre consacré aux phéromones sexuelles des insectes a des applications dans la lutte contre les ravageurs des cultures. Quant aux mécanismes de défense des plantes, ils passent par l'émission de substances odorantes qui font office d'appel au secours. On évoquera également l'importance des signaux chimiques chez les vecteurs de maladies tropicales, comme la mouche tsétsé ou la malaria. Le congrès s'achèvera par une session consacrée à la pollinisation, où les plantes rivalisent d'astuces pour attirer papillons, guêpes ou autres abeilles indispensables à leur reproduction.