Fermer
_fs_nccr_choix.jpg

Biologie végétale : Neuchâtel à la une d’une revue scientifique

News du 30 juin 2011

Une étude de l’Institut de biologie de l’Université de Neuchâtel portant sur les liens entre différents mécanismes de défense du maïs contre les ravageurs figure en couverture de la revue Plant, Cell and Environment (PCE). La photo pleine page du numéro de juillet est l’œuvre de Matthias Held, adjoint à la coordination du Pôle de recherche national (NCCR) Survie des plantes, un réseau de scientifiques piloté par l’Université de Neuchâtel. Elle se réfère à une étude entreprise par Matthias Erb et ses collègues.
 
Les moyens de défense que déploie le maïs contre les pathogènes et les insectes herbivores constituent un thème d’étude majeur du NCCR Survie des plantes.  Pour l’article scientifique qui fait la une de PCE, Matthias Erb et ses collègues du laboratoire FARCE* dirigé par Ted Turlings se sont associés au groupe de Brigitte Mauch-Mani, phytopathologiste au sein du laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire.
 
Les deux équipes ont démontré que les plantes qui présentent une bonne ligne de défense directe contre des insectes, en produisant des substances toxiques, sont également très efficaces au niveau des défenses indirectes, à travers la production d’odeur qui, au moment de l’attaque, attire les ennemis du ravageur. Cette découverte d’une corrélation positive entre différents types de défenses  constitue une première dans le domaine des interactions entre plantes et insectes. Cependant, l’étude révèle également une corrélation négative : les lignées de maïs qui résistent bien contre les insectes ont de la peine à se défendre contre des champignons pathogènes, et vice-versa.
 
Pour aboutir à ces résultats, les scientifiques ont passé en revue 20 lignées génétiquement différentes de maïs fournies par le semencier fribourgeois DSP- Delley Semences et Plantes. Ce projet a exigé un grand effort de coordination de la part de Matthias Erb pour réunir des experts en chimie végétale, entomologie, écologie et phytopathologie.
 
*Acronyme anglais pour «Fundamental and Applied Research in Chemical Ecology».
(Recherche fondamentale et appliquée en écologie chimique).

 

More infos

Chenille Spodoptera en train de dévorer une feuille de maïs


(c) Matthias Held, Université de Neuchâtel