Fermer
_fs_nccr_choix.jpg

Rencontre entre agriculteurs, viticulteurs et chercheurs, 9.04.2002

A l'occasion de son premier anniversaire, le Pôle de recherche national (PRN) Survie des plantes en milieux naturels et agricoles organise mardi 9 avril à l'Université de Neuchâtel une rencontre entre agriculteurs, viticulteurs et chercheurs.

Pour célébrer sa première année d'activité, le PRN Survie des plantes a convié des agriculteurs et des viticulteurs à une visite de ses laboratoires. La mise sur pied de cette manifestation répond à une demande initialement formulée par Laurent Debrot, président de l'association Bio-Neuchâtel et député cantonal du Parti des Verts. "En tant qu'agriculteur bio, j'estime qu'il devient urgent d'intégrer des arguments écologiques dans tout le secteur agricole. Je pense notamment au fait que le sol ne peut pas être considéré comme un simple substrat. Il s'agit d'un milieu vivant, riche en interactions subtiles entre plantes, insectes, vers de terre que les agriculteurs se doivent de gérer au mieux". Or ce sont précisément ces mécanismes qu'étudient les scientifiques du PRN Survie des plantes. D'où l'envie évidente d'échanger les préoccupations des uns et des autres, afin d'établir un dialogue utile aux deux milieux professionnels.

Nutrition et maladies des plantes

Le programme du 9 avril aborde tout d'abord la question de la nutrition des plantes, autrement dit des échanges de composés chimiques entre les racines et le sol. Suivent deux exposés sur la vigne, sujet de nombreuses investigations du PRN Survie des plantes. Le premier traite des facteurs qui rendent certaines variétés de vigne résistantes à un champignon pathogène bien connu: le mildiou. Le second se focalise sur une forme de lutte biologique contre des papillons ravageurs de la vigne. La stratégie consiste à piéger les insectes nuisibles par des phéromones qui sont en l'occurrence les signaux chimiques d'attraction sexuelle des papillons ravageurs.

"L'avantage de cette méthode, c'est qu'elle est écologiquement irréprochable et qu'elle peut s'appliquer à n'importe quelle variété de vigne, observe Eric Beuret, chef du Service cantonal de la viticulture qui a répondu présent à la manifestation. En effet, la réputation d'un terroir viticole est intimement liée à la variété du raisin qu'on y cultive. Aussi, planter une variété résistante au mildiou en lieu et place du traditionnel Pinot noir me paraît impensable pour la région de Neuchâtel. Car nous produirions un vin totalement différent. A plus long terme, j'attends beaucoup des recherches sur le génome de la vigne. Si l'on parvenait à identifier des gènes de résistance aux pathogènes, nous pourrions modifier en conséquence le génome des cépages que nous utilisons. Nous obtiendrions alors, sans avoir recours à des produits phytosanitaires, une vendange saine qui préserve à la fois la qualité et la typicité du vin."

Le dernier thème présenté par les chercheurs du PRN Survie des plantes concerne la biodiversité dans les milieux agricoles résultant de l'implantation entre les champs de zones "sauvages" appelées "jachères florales". Le bouquet de plantes qui compose ces zones doit être choisi de manière à assurer leur pérennité. A terme, une jachère florale peut même constituer une réserve d'organismes (plantes, insectes) susceptibles de lutter contre les mauvaises herbes. "Les agriculteurs sont placés devant une nouvelle vision de la productivité, affirme Laurent Debrot. Car l'élimination radicale des organismes nuisibles est une idée aujourd'hui dépassée. Il faut apprendre à tolérer jusqu'à un certain seuil la présence de plantes malades avant d'utiliser des pesticides. En laissant des chances de survie à des insectes nuisibles, on maintient la population des prédateurs qui s'en nourrissent à un niveau suffisamment élevé pour préserver les cultures. C'est à ce prix que nous pourrons envisager une agriculture durable et respectueuse de l'environnement".

Renseignements:
Dr. Susanne Vogelgsang, chargée du transfert de technologies
NCCR Plant Survival
Université de Neuchâtel
tel +41 32 718 2506/ 2500
susanne.vogelgsang(at)unine.ch

Programme du 9 avril

13:00 Accueil (Université de Neuchâtel, site d'Unimail, Emile Argand 11) Prof. Martine Rahier (directrice du PRN)

Visites et présentations des projets

13:20 Nutrition des plantes sous stress
13:45 Résistance de la vigne au mildiou
14:10 Lutte contre des papillons ravageurs de la vigne par des phéromones
14:35 Biodiversité dans les jachères florales et lutte contre les mauvaises herbes
15:00 Pause café
15:30 Discussion générale
16:30 Fin

Les journalistes sont cordialement invités à suivre l'ensemble de la manifestation.

pour plus d'informations

Rédacteur: Igor Chlebny