Fermer
_fs_nccr_choix.jpg

Survie des plantes: une histoire de sexe, violence et lumière

communiqué de presse du 21 janvier 2013

Doté d’un financement total de 74 millions de francs sur douze ans, le Pôle de recherche national (PRN)* Survie des plantes arrivera au terme de son mandat au printemps 2013. Une fierté pour l’Université de Neuchâtel qui a assuré la coordination depuis avril 2001 de ce réseau auquel ont contribué quelque 170 scientifiques. Une conférence de clôture intitulée Plant Survival : a story of sex, violence and light se tiendra les 23 et 24 janvier à l’Aula des Jeunes-Rives, en présence de Martine Rahier, rectrice de l’UniNE et co-fondatrice de ce PRN.

Se reproduire, se défendre et se nourrir. Ces trois impératifs incontournables pour assurer la pérennité de tout organisme vivant sont au coeur des recherches menées depuis douze ans par le PRN Survie des plantes. Pas étonnant que les thèmes traités portent sur des sujets aussi différents que le renforcement des défenses naturelles des cultures, une meilleure compréhension de la façon dont les végétaux accèdent à leur nourriture et s’adaptent aux changements de lumière, l’étude des mécanismes de pollinisation, ou encore le contrôle naturel des plantes invasives.

Le PRN Survie des plantes piloté par l’Université de Neuchâtel a pu compter sur l’appui d’équipes des universités de Fribourg, Berne, Lausanne, Genève et Zurich, des deux Ecoles polytechniques, ainsi que des stations fédérales de recherche comme Agroscope.

Les travaux entrepris par quelque 170 chercheuses et chercheurs avancés ont donné lieu à 875 publications dans des revues à comité de lecture (peer-review), 120 autres articles scientifiques et une quarantaine de contributions à des livres spécialisés. Quelque 200 doctorantes et doctorants de toute la Suisse ont par ailleurs bénéficié du soutien du PRN Survie des plantes, que ce soit dans leurs recherches ou en suivant les cours de l’Ecole doctorale créée dans son sillage et qui fait désormais partie de l’Institut de biologie de l’UniNE.

S’agissant de transfert de technologies, le PRN Survie des plantes a également permis des contacts avec l’industrie via la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI), l’agence de la confédération qui encourage la transition des découvertes scientifiques vers l’économie. Quatre partenariats public-privé ont été ainsi signés, générant des subsides externes pour un total de cinq millions de francs. Ils abordaient des thèmes concernant les moyens naturels de contrôle de ravageurs du maïs et de la vigne, ainsi que des stratégies de lutte contre les mauvaises herbes.

Le dynamisme engendré par le PRN Survie des plantes ne restera pas sans suite. Un Centre d’excellence en écologie chimique devrait lui succéder. Figurant parmi les sept «Pôles d’excellence» du plan d’intentions 2012-2016 de l’UniNE, ce champ d’études s’intéressera au rôle des substances chimiques dans les interactions entre les organismes, qui n’est autre que la première forme de communication du monde vivant.

Contacts

Prof. Martine Rahier
Rectrice de l’Université de Neuchâtel
martine.rahier@unine.ch
Tél. 032 718 10 20

 

Prof. Ted Turlings
Directeur du PRN Survie des plantes
ted.turlings@unine.ch
Tél. 032 718 31 58

 

Prof. Jean-Marc Neuhaus
Vice-directeur du PRN Survie des plantes
jean-marc.neuhaus@unine.ch
Tél. 032 718 22 07

En savoir plus:

www2.unine.ch/plantsurvival2013

À lire aussi : Uninews 29

Brochure NCCR Plant Survival 2001-2013