Fermer
_flsh_geo_choix.jpg

Loic Bruening

Thèse en cours
 

Sous la direction du professeur Etienne Piguet

"Érosion des côtes au Sénégal : migrations et stratégies d’adaptation. Étude de cas dans la commune de Gandiol"

 

Résumé

En 2003, la ville de Saint-Louis au Sénégal fit face à de menaçantes inondations. Pour lutter contre les vagues de crue du fleuve Sénégal, les autorités décidèrent dans la hâte de creuser un canal d’écoulement vers l’océan Atlantique dans la Langue de Barbarie. Malgré l’atteinte des résultats escomptés de cet ouvrage, un nombre de conséquences négatives sur les écosystèmes voisins s’ensuivirent. L’agrandissement imprévu et non-contrôlé de la brèche provoqua un processus d’érosion côtière dans la commune de Gandiol qui se situe au sud de la ville de Saint-Louis. Comme un enchaînement logique d’événement désastreux, plusieurs villages furent détruits par l’avancée de la mer tandis que d’autres sont maintenant menacés et en sursis. Cette submersion marine provoqua une baisse des ressources halieutiques mais aussi une salinisation des sols et des nappes phréatiques dans une région qui vit essentiellement de la pêche, de l’agriculture et de l’élevage.

L’avancée de la mer couplée à l’augmentation de la salinité provoque une perte d’habitats et des moyens de subsistance pour les populations locales. Face à ces dégradations environnementales, l’utilisation de la migration fait partie du système des stratégies d’adaptation pour répondre aux dégradations environnementales mais elle n’est pas nécessairement la première stratégie déployée et utilisée. D’autres moyens peuvent être mis en place pour s’adapter aux changements environnementaux. Le cas de Gandiol représente donc un véritable laboratoire pour étudier les impacts de la migration dans un contexte de changement climatique. Ainsi, après avoir documenté le processus érosif et les conséquences environnementales qui en découlent, cette recherche va s’intéresser aux impacts de la migration sur les stratégies d’adaptation. L’objectif est donc d’analyser dans quelle mesure la migration peut favoriser et supporter l’adaptation. En s’inspirant du cadre méthodologique développé par le projet Migration, Environnement et Changement Climatique : données à l’usage des Politiques (MECLEP) de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), cette étude a comme objectifs de décrire, mesurer, et expliquer les impacts des migrations, dans un contexte d’érosion des côtes, sur les stratégies d’adaptation. Elle se décline sur trois niveaux d’analyse : les migrants eux-mêmes, les communautés d’origine et les communautés de destination.
 

Mots clés 

Migration /Adaptation / Vulnérabilité / Changements climatiques / Dégradations environnementales / Erosion côtière / Salinisation  / Afrique de l’Ouest / Sénégal
 

Tâches d’enseignement

Suivi de mémoires de Master et travaux de Bachelor

Expertises d’examens (BA/MA)

Travaux pratique d’introduction à la géographie humaine

Géographie économique et urbaine (questions spéciales)

Terrain urbain

Suivi confrontation de recherches (MA)

 

Publications

Changements environnementaux et migration en Afrique de l’Ouest. Une revue des études de cas

 

 

Contact

Bruning_Loic.jpg

 

Assistant doctorant
Bureau 2.S.39
Tél. +41(0)32 718 17 93
e-mail: loic.bruening@unine.ch