Fermer
farce_bande.jpg

Recherche

In the laboratory, we mainly work on below- and aboveground plant defence, our expertise in chemical ecology is also applyied on sub-project like human or human odors.

Les prédateurs ainsi que les parasitoïdes sont comptés parmi les causes de mortalité majeures des insectes herbivores. Une plante soumise à une attaque d'herbivore peut voir son fitness augmenter en présence de ces organismes du troisième niveau trophique. Les études des interactions entre les trois niveaux trophiques ont mis en évidence de spectaculaire adaptations autant chez les plantes que chez les prédateurs ou les parasitoïdes. Notre domaine de recherche est concentré principalement sur la fonction défensive de certains signaux chimiques émis par les plantes endommagées. Ces signaux ont la particularité d'être volatiles et peuvent ainsi signaler aux prédateurs ou aux parasitoïdes la présence d'une proie ou d'un hôte potentiel.

En combinant de la chimie analytique, de la physiologie végétale, de l'écologie comportementale et des techniques de statistique multivariée, nous tentons de comprendre comment le troisième niveau trophique influence la pression sélective à laquelle sont soumis les modes de défense des végétaux.

Les plantes communiquent...
... par leurs feuilles

Nous travaillons principalement avec des plantes de maïs (Zea mays, L.), ses variétés sauvages et plusieurs cultivars. Dans les zones climatiques chaudes, les mites du genre Spodopteraattaquent les cultures de maïs. Pour notre part, nous étudions différents aspects des interactions chimiques entre la plante, la chenille de S. littoralis et trois espèces de parasitoïdes (Cotesia marginiventris et Campoletis sonorensis (USA) et Microplitis rufiventris(Europe)). L'utilisation d'olfactomètres à six bras nous permet de réaliser à la fois un échantillonnage d'odeurs émises par les plantes et une analyse du comportement du troisième niveau trophique.

En utilisant des techniques d'analyse chimiques novatrices et la statistique multivariée, nous étudions l'importance respectives des molécules chimiques composant les odeurs attirant les parasitoïdes. Les autres projets de notre groupe concernent entre autre l'influence des micro-organismes édaphiques sur le phénomène d'induction de défense indirecte de végétaux et l'indentification des composés-clefs par modifications in-situ des bouquets d'odeurs, la génétique des populations de différentes espèces de parasitoïdes et la recherche d'hôtes par une guêpe parasitoïde dans des conditions naturelles et l'utilisation du miellat comme source de nourriture par certains parasitoïdes.

...ou leurs racines

Récemment, nous avons étendu notre domaine de recherche aux interactions sous-terraines entre les racines du maïs et un coléoptère ravageur de ces mêmes racines (Diabrotica virgifera virgifera) dernièrement introduit en Europe. Grâce à un nouvel olfactomètre permettant l'observation d'interactions sous-terraines, et ont découvert que le nématode entomopathogène Heterorhabditis megidisest fortement attiré par des racines endommagée par les larves de Diabrotica. Des expériences supplémentaire ont permis de mettre en évidence un sesquiterpène produit par les racines endommagées, composé-clef pour l'attraction des nématodes. L'identification de ces interactions sous-terraines nous permet actuellement d'améliorer l'efficacité des nématodes dans le cadre de la lutte biologique.

...bientôt disponible...

...bientôt disponible...