Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Julie Perrin

Shaping Swiss “Folk Medicine”: Marginalization, Commodification and Heritage Making  

Notre recherche examine les tensions entre discours et pratiques qui se concentrent sur la notion de tradition dans le domaine riche et varié de la « médecine populaire » dans le contexte suisse, une catégorie d'activités incluant les prières de guérison, l’usage de plantes médicinales, le magnétisme et le reboutement.

Souvent décrites en des termes essentialistes comme étant « aussi vieilles que le monde », ces pratiques ont été constamment marginalisées à travers le 20ème siècle en Suisse. Depuis une vingtaine d’année, la marchandisation de ces pratiques s’est intensifiée à travers notamment le développement de formations payantes, d’ouvrages tout public et de grandes manifestations. Récemment, certains acteurs du champ cherchent à faire reconnaître ces pratiques à travers la notion de patrimoine culturel immatériel, promue par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO, ratifiée par la Suisse en 2008.

Dans les discours sur ces pratiques, nous trouvons des références constantes aux représentations collectives de la dichotomie tradition/modernité . Ainsi, nous examinons non seulement qui les pratique, où, comment et sur quelles représentations du monde, mais également qui les classe en tant que savoirs traditionnels (ou pas). En retour, l’analyse de ces pratiques met clairement en lumière les prémices implicites de leur marchandisation et patrimonialisation.

A travers cette étude de cas, notre recherche espère ainsi contribuer aux réflexions anthropologiques sur les processus de patrimonialisation, sur les liens « tradition » et changement culturel, sur la marchandisation globale des savoirs locaux, ainsi que sur l'histoire du folklore en Suisse.

Publications

Peer-reviewed publications
Perrin Julie. (submitted). “De la suspicion de charlatanisme au patrimoine culturel immatériel: la patrimonialisation de la « médecine populaire » en Suisse”, Anthropology & Santé.
 
Journal articles (non peer-reviewed)
Perrin Julie. 2011. “Collaborer, documenter, transmettre… Limites et enjeux du processus d’inventorisation du patrimoine culturel immatériel en Suisse”, in Folklore suisse. Basel: Schweizerische Gesellschaft für Volkskunde, pp. 2-7.
 
Book chapters (non peer-reviewed)
Perrin Julie. 2011. “Le savoir-toucher du rebouteux. Réflexions autour d’un apprentissage sensoriel propre à une pratique « traditionnelle » de guérison en Suisse romande”, in Adell Nicolas, Pourcher Yves (éds), Transmettre : quel(s) patrimoine(s) ?, Paris : Michel Houdiard Editeur, pp. 99-109.
 
Perrin Julie. 2010. “Sennentuntschi : un récit populaire sur l’alpe”, in Gonseth Marc-Olivier, Laville Yann et Mayor Grégoire, Helvetia Park, Neuchâtel : GoLM éditeurs, pp. 296-309.
 
Other pertinent publications
Ethical and Deontological Think Tank of the Swiss Ethnological Society. 2010. “Une charte éthique pour les ethnologues? Projet de prise de position de la SSE”, Tsantsa (15), pp. 148-165.
Fierz Gaby, Keller Barbara, Liebling Carolina, Perrin Julie (Guest Editor), Sunier Sandra (ed.). 2010. “L’objet de l’immatérialité”, Museums.ch (5).

 

D'autres infos

1986 : Elle découvre l’anthropologie au Museo Nacional de Antropología de Mexico D.F. à travers les reconstitutions préhistoriques et les mises en scènes de la vie quotidienne.

2003 : Avec Fabien, elle partage sa première expérience de terrain à Madagascar. Depuis, on les appelle Tombo et Vavizara.

2012 : Elle participe à « la plus vieille manifestation sportive genevoise », la Coupe de Noël dans le Léman. A la nage.

.

CV, contact, liens