Fermer

Définitions

Êtes-vous la cible de harcèlement sexuel, environnemental ou moral et/ou de sexisme? Ou en êtes-vous témoin? 

Comprendre et définir ce qui arrive est fondamental afin de trouver les ressources et/ou les outils nécessaires pour agir de manière adéquate. 

Ainsi, nous vous invitons à prendre connaissance des définitions suivantes: 

  • Harcèlement sexuel

    Le harcèlement sexuel dans la loi

    « Tout comportement importun de caractère sexuel ou tout autre comportement fondé sur l’appartenance sexuelle, qui porte atteinte à la dignité de la personne sur son lieu de travail (ou d’étude), en particulier le fait de proférer des menaces, de promettre des avantages, d’imposer des contraintes ou d’exercer des pressions de toute nature sur une personne en vue d’obtenir d’elle des faveurs de nature sexuelle. ». Loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes (RS 151.1)

    A noter que :

    • Ce n’est pas l’intention de l’autrice ou de l’auteur du comportement problématique qui sera prise en compte pour déterminer s’il s’agit de harcèlement, mais bien le ressenti de la personne qui en est la cible.
    • Le harcèlement sexuel n’est pas soumis à la condition de la répétition.

    Le harcèlement sexuel peut être l’action d’:

    • Une seule personne contre une autre
    • Une seule personne contre un groupe de personnes
    • Un groupe de personnes contre une seule personne
    • Un groupe de personnes contre un autre groupe de personnes

    Le harcèlement sexuel peut être:

    • Vertical descendant : un-e supérieur-e hiérarchique harcèle un-e subordonné-e
    • Horizontal : un-e collègue de travail ou d’étude en harcèle un-e autre
    • Vertical ascendant : un-e subordonné-e harcèle un-e supérieur-e hiérarchique

  • Harcèlement environnemental

    Le harcèlement environnemental 

    Le harcèlement environnemental est une forme de harcèlement qui n’est pas ciblé sur une personne, mais généré par une ambiance de travail sexiste et stéréotypée.

    Il peut s’agir d’un service ou d’un laboratoire où l’on placarde des photos osées, où l’on pratique des blagues de potaches et où l’on dénigre, soi-disant sur le ton de l’humour.

    Il peut s’agir aussi de calendriers sexy ou d’une affiche franchement sexiste invitant à une fête estudiantine, l’ensemble conçu sous l’étiquette du second degré.

    Tout cela génère un climat d’études ou de travail qui dénigre au fond toutes les femmes.


  • Sexisme

    Le sexisme sur le lieu de travail ou d'étude

    Le sexisme au travail s’entend comme, d’une part, toute croyance ou conviction qui conduit à considérer des personnes comme inférieures en raison de leur sexe, genre ou orientation sexuelle ou à les réduire de quelque manière que ce soit à leur dimension sexuelle.

    Le sexisme s’entend d’autre part par tout propos, geste, comportement ou pratique, fondés sur une distinction injustifiée entre les personnes en raison de leur sexe, genre ou orientation sexuelle, qui entraînent des conséquences préjudiciables en termes de bien-être, de conditions de travail, voire d’emploi.

    Croire par exemple que les femmes seraient plus douées pour les fonctions subalternes multitâches ou administratives ou qu’elles seraient trop émotionnelles pour des postes à responsabilités, relève du sexisme.

    Le sexisme ordinaire

    Le sexisme ordinaire au travail se définit comme l’ensemble des propos, attitudes et comportements fondés sur des stéréotypes de sexe, de genre, directement ou indirectement, dirigé contre une personne, ou un groupe de personnes, en raison de leur sexe et de leur genre.

    Bien qu’en apparence anodin, le sexisme ordinaire a pour objet ou pour effet, de façon consciente ou inconsciente, de les délégitimer, de les inférioriser, de façon insidieuse, voire bienveillante, et d’entraîner une altération de leur santé psychologique ou physique.

    Ce sexisme se manifeste au quotidien, par exemple, à travers des blagues et commentaires sexistes, des remarques sur la maternité, des stéréotypes négatifs, des incivilités ou des marques d’irrespect, des compliments ou critiques sur l’apparence physique non sollicités, des pratiques d’exclusion.

    Le sexisme ambivalent

    Le sexisme ambivalent comprend deux dimensions distinctes, mais reliées :

    • Le sexisme hostile
    • Le sexisme bienveillant

    Le sexisme hostile

    Le sexisme hostile est traditionnellement une hostilité envers les femmes. Il véhicule des idées telles que :

    « Les femmes n’ont pas les capacités intellectuelles pour entamer une carrière académique »

    « Les femmes sont trop émotionnelles pour occuper des postes à responsabilités »

    « Les femmes doivent rester cantonner aux activités domestiques »

    Le sexisme bienveillant

    Le sexisme bienveillant est bien plus subtil. Il s’agit d’être galant et protecteur envers les femmes, car elles sont plus faibles. Ce sexisme véhicule des idées telles que : 

    « Les femmes ne devraient pas porter les classeurs, car elles risquent de se blesser plus facilement »

    « Les femmes sont de meilleures enseignantes, secrétaires ou bibliothécaires, car elles savent mieux s’organiser et écouter »

    « Les femmes ne devraient pas exercer le métier de ramoneuse, car elles risqueraient de se salir et d’être moins belles »


  • Harcèlement moral

    Le harcèlement moral

    Selon le Tribunal fédéral le harcèlement psychologique ou mobbing est « un enchaînement de propos et/ou d’agissements hostiles, répétés fréquemment pendant une période assez longue, par lesquels une ou plusieurs personnes cherchent à isoler, à marginaliser, voire à exclure une personne sur son lieu de travail ».

    L’autrice ou l’auteur peut être un groupe ou une personne seule et le mobbing peut concerner les relations entre collègues de même niveau hiérarchique ou de niveaux hiérarchiques différents.

    Le harcèlement moral peut prendre plusieurs formes :

    • Agir de manière à empêcher la victime de s'exprimer (critiques répétées, menaces verbales, présence ignorée, etc.)
    • Agir de manière à isoler la victime (ne pas lui parler ou lui adresser la parole, nier la présence physique de la victime, etc.)
    • Agir de manière à déconsidérer la victime auprès de ses collègues (calomnier, lancer des rumeurs, moqueries, injures, remise en question continuelle de ses actes, etc.)
    • Discréditer la victime dans son travail (ne pas lui confier des tâches, la contraindre à des tâches absurdes, lui faire faire des travaux humiliants etc.), la dénigrer, la rabaisser, l’agresser, commettre des abus de pouvoir
    • Compromettre la santé de la victime (menaces, agressions physiques)
    • Agir de manière à isoler la victime (ne pas lui parler ou lui adresser la parole, nier la présence physique de la victime, etc.), voire à l'exclure
    • Exercer des pressions visant à faire démissionner la victime

    A noter que :

    L’on observe que lorsqu’une personne refuse une proposition à connotation sexuelle, ce harcèlement sexuel se mue souvent en harcèlement moral sous forme de remarques désobligeantes sur la qualité du travail ou de la recherche, de mise à l’écart, etc.

    Le harcèlement moral peut être l’action d’:

    • Une seule personne contre une autre
    • Une seule personne contre un groupe de personnes
    • Un groupe de personnes contre une seule personne
    • Un groupe de personnes contre un autre groupe de personnes

    Le harcèlement moral peut être:

    • Vertical descendant : un-e supérieur-e hiérarchique harcèle un-e subordonné-e
    • Horizontal : un-e collègue de travail ou d’étude en harcèle un-e autre
    • Vertical ascendant : un-e subordonné-e harcèle un-e supérieur-e hiérarchique

UNINE_har_confiance2.png

A télécharger