L'Université

Leçon inaugurale

Esprits sans parole

Klaus Zuberbühler, Faculté des sciences

Mercredi 22 mai 2013 à 18h15, Aula d'Unimail, rue Emile-Argand 11

Les primates non-humains ne sont pas doués de parole et sont également incapables d’acquérir un langage articulé, même à la suite d’efforts d’apprentissages intensifs. Bien qu’ils ne possèdent que peu de contrôle moteur sur leurs muscles articulateurs, nos recherches ont mis en évidence qu’ils sont capables de transmettre des informations en utilisant des signaux distincts et gradués, qui peuvent parfois être associés en séquences. De plus, ils sont capables d’extraire la signification d’un signal communicatif en se basant sur le contexte dans lequel il a été émis, ainsi que sur la connaissance qu’il possède de l’individu émetteur du signal et de son intention. Ils sont conscients de la présence et de l’identité de leur audience et comprennent l’impact de leurs signaux sur celle-ci. Je discute ici l’ensemble des résultats qui indiquent que le langage humain a évolué sur la base de capacités phylogénétiquement plus anciennes, capacités qui auraient émergé au sein de l’ordre des primates avant l’avènement de l’homme moderne.

Klaus Zuberbühler

Professeur ordinaire en primatologie

Diplôme en zoologie à l’Université de Zurich

Doctorat en psychologie à l’Université de Pennsylvanie aux Etats-Unis

Post-doctorat à l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig en Allemagne

Professeur assistant puis professeur ordinaire en psychologie à l’Université de St Andrews en Ecosse

Chaire en primatologie à l’Université de Neuchâtel, directeur du laboratoire de cognition comparée

 

Domaines de recherche

Les origines évolutives de l’esprit humain. En examinant les capacités cognitives des primates non humains, nous essayons de distinguer les capacités uniques à l’Homme de celles partagées avec d’autres primates.

A télécharger

Leçon inaugurale, Klaus Zuberbühler (450.98 KB)