Fermer

À la Chaux-de-Fonds

Saison 2017-2018

Les conférences à la Chaux-de-Fonds

Aula du CIFOM
Rue de la Serre 62
2300 La Chaux-de-Fonds

Ascenseur à disposition

Mardi, de 14h15 à 16h00

Programme 2017-2018

Programme complet en version pdf

La Chaux-de-Fonds

Mardi 24 octobre 2017, de 14h15 à 16h00

Patrick Crispini, chef d’orchestre, compositeur et pédagogue

CASANOVA, LIBERTIN DES LUMIÈRES

Avec le vénitien Giacomo Casanova (1725-1798), rien n'est simple : les cartes du jeu se redistribuent sans cesse. On invoque l'aventurier, mais c'est l'alchimiste qui apparaît. On rougit des exploits romanesques du fornicateur, mais c'est le séducteur raffiné qui reprend la main. Violoniste, joueur professionnel, escroc, financier, bibliothécaire, libre-penseur, occultiste, ce diable d'homme n'a pas fini de nous surprendre ! Libertin cultivé, adepte du plaisir et des plaisirs, inventeur de la loterie et du profit par les jeux, il n'en fut pas moins philosophe et philanthrope, achevant une existence itinérante dans un oubli et une solitude absolus. Sa vie n'est que paradoxes, fantasmagories, hyperboles sensuelles. Le catalogue de ses exploits amoureux - qu'un style brillant dans ses « Mémoires » ne cessera d'embellir et de célébrer - nous tend un miroir précieux sur les mœurs d'une société aristocratique enivrée par le progrès des sciences et des commodités, dans un XVIIIe siècle où les Lumières annoncent déjà les terreurs de la Révolution à venir. Pour comprendre le génie casanovien, il faut savoir décrypter les illusions de miroirs, les tourbillons de corps gourmands, les assauts de beaux esprits, au milieu desquels Casanova fut à la fois maître à danser, marionnettiste, illusionniste, moraliste. Un voyage passionnant dans le labyrinthe d'un séducteur aventurier...


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 31 octobre 2017, de 14h15 à 16h00

Jean-Paul Fournier, audiologiste, chargé d’enseignement à l’Université de Lyon 2

LES ACOUPHÈNES

Ça siffle, ça bouillonne, ça chuinte, ce sont les acouphènes, des bruits qui ne sont entendus que par nous et qui peuvent affecter notre vie. Les acouphènes sont des bruits que l’on entend dans une oreille (ou les deux) ou dans la tête sans qu'ils aient été émis par une source extérieure. Ces symptômes sont souvent liés à des traumatismes sonores ou au vieillissement de l’oreille. Ou trouvent-ils leur origine ? Comment surviennent les acouphènes ? Quelles sont les conséquences de ces affections et des solutions existent-elles pour s’en débarrasser ou du moins les apaiser ? Plus de 10% de la population rencontrent ces problèmes. Nous allons tenter de répondre à ces questions et faire le point sur la recherche médicale dans ce domaine.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 7 novembre 2017, de 14h15 à 16h00

Klaus Zuberbühler, professeur à l’Université de Neuchâtel

ESPRITS SANS PAROLES

Les primates, non humains notoirement, ne parlent pas et ainsi sont incapables d’acquérir la parole, même avec des efforts de formation considérables. Bien que les primates aient peu de contrôle sur leurs articulateurs, notre recherche a montré qu’ils sont capables de coder des séquences. Iils sont également capables d’extraire du sens en déduisant le contexte associé à un signal ainsi que par la connaissance du signaleur et de son intention. Ils sont conscients de leur audience et ils comprennent l’impact de leurs signaux. J’interprète ces résultats comme une évidence que la langage humain a évolué sur un substrat de capacités phylogénétiquement plus anciennes, émergées dans la lignée des primates avant l’avènement de l’homme moderne.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 14 novembre 2017, de 14h15 à 16h00

Jean Kaempfer, professeur honoraire de l’Université de Lausanne

LE ROMAN POLICIER, UN MAUVAIS GENRE ?

Depuis ses origines au XIXe siècle, puis sous les nombreuses formes qu'il a connues jusqu'à aujourd'hui - roman à énigme, roman noir, thriller, etc. - le roman policier tient en haleine ses lecteurs. Avec leurs criminels sans scrupules, leurs assassins psychopathes, leurs policiers véreux ou leurs détectives désabusés, ces romans non seulement nous passionnent, mais nous aident à réfléchir au monde tel qu'il (ne) va (pas). En effet, les romans policiers fonctionnent comme des sismographes très sensibles : ils nous donnent à voir les visages variés du Mal, tant psychologique que social ou politique. Ce faisant, ils contribuent - pour les meilleurs d'entre eux - à aiguiser puissamment notre esprit critique.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 21 novembre 2017, de 14h15 à 16h00

Pilar Junier, professeure, et Saskia Bindschedler, maître assistante, à l’Université de Neuchâtel

LA LOGISTIQUE DU SOL : AUTOROUTES FONGIQUES ET TRANSPORT DE BACTÉRIES

Les bactéries et les champignons sont les principaux acteurs biologiques dans les sols. Or, l’absence d’eau limite fortement la dispersion des bactéries. Les champignons résolvent ce problème en offrant aux bactéries un moyen de transport via des « autoroutes fongiques ». Cette forme d’association originale entre bactéries et champignons, récemment découverte, apparaît comme fondamentale pour comprendre le fonctionnement des sols.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 28 novembre 2017, de 14h15 à 16h00

Loris Petris, professeur à l’Université de Neuchâtel

LES LANGUES DANS LA LITTÉRATURE FRANÇAISE DE LA RENAISSANCE : TRANSFERTS, TENSIONS ET EXPÉRIMENTATIONS.

Le rapport aux choses passe toujours par une relation à la langue, et la littérature en est, à toute époque, le lieu d’observation privilégié puisque distancié, à la fois réaliste et purement fictif. Cela est particulièrement le cas à la Renaissance, période dynamique et troublée. De Boccace à Shakespeare, la littérature met en scène les langues, qui deviennent un lieu d’échange mais aussi de débat et de jeux, dans une liberté qui n’aura plus cours après Descartes et Vaugelas. De la redécouverte des langues anciennes par les philologues aux langues imaginaires de Rabelais en passant par les langues étrangères du Nouveau Monde, la parole devient un lieu d’approfondissement mais aussi de questionnement de la relation à autrui et à soi.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 5 décembre 2017, de 14h15 à 16h00

Gilles Landini, pianiste et professeur au Conservatoire de musique neuchâtelois

BARTOK, LE CHANT DE LA TERRE, OU PARCOURS D'UN HUMANISTE

Le parcours de vie du compositeur hongrois Béla Bartók, de la Transylvanie où il naquit en 1881 à New York où il mourut en 1945, s'est doublé d'un parcours artistique qui l'emmena bien plus loin encore. De la découverte de la musique folklorique puis la mise en valeur et la conservation de la musique ethnique de son pays, jusqu'à l'ouverture et la recherche extra-européenne, c'est l'itinéraire d'un passionné de l'humain, d'un homme qui croyait en l'identité des peuples et détestait le nationalisme et le racisme, qui tenait aux traditions et fut un des grands génies innovateurs de la musique qui va nous être conté.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 12 décembre 2017, de 14h15 à 16h00

François Bohnet, professeur à l’Université de Neuchâtel

COMMENT CONSACRER SES DROITS EN JUSTICE ?
PRÉSENTATION DE LA NOUVELLE PROCÉDURE CIVILE SUISSE.

Un litige avec un voisin, un bailleur ou un médecin ? Comment agir devant les tribunaux dans de tels cas ? La conférence du Professeur Bohnet, spécialiste du procès civil, comme chercheur et avocat, visera à présenter la procédure civile suisse, qui n’est unifiée dans notre pays que depuis le 1er janvier 2011 et à sensibiliser les participants aux différentes considérations à prendre en compte au moment d’envisager un procès.


 

Neuchâtel

Mardi 19 décembre 2017, à 14h15, Aula des Jeunes-Rives

FÊTE DE NOËL, ouverte aux membres de toutes les antennes

La fête de Noël permet à tous nos membres de passer un moment agréable et convivial, à savourer les petits plaisirs et souvenirs de l’existence. Nous vous réservons une formule pleine de poésie, de musique et de douceur(s). Un rendez-vous qui marie culture, intelligence et chaleur humaine.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 9 janvier 2018, de 14h15 à 16h00

Jean Claude Métraux, pédopsychiatre, chargé de cours à l’Université de Lausanne

POUR LES MIGRANTS DU SUD, LE TERME MÊME DE SANTÉ A-T-IL ENCORE UN SENS ?

Travaillant comme psychiatre depuis plus de vingt ans avec des personnes migrantes, requérants d’asile et réfugiés entre autres, j’ai eu le privilège d’en rencontrer beaucoup. Ces rencontres m’ont amené à interroger notre manière de concevoir la relation avec eux, d’imaginer d’autres manières de créer des liens. Ces rencontres ont aussi transformé ma manière de concevoir la santé. La « santé » en état de survie n’est pas la même que la « santé » en état de vie. Et, lorsque les naufragés en Méditerranée ne cessent de s’accumuler, nous devons même nous demander si la santé a encore un sens, et alors lequel. Finalement, penser la santé des migrants du Sud nous conduit à repenser notre manière de réfléchir notre propre santé. 


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 16 janvier 2018, de 14h15 à 16h00

Alain Corbellari, professeur aux Universités de Lausanne et Neuchâtel

L’ANTIQUITÉ DANS LA BANDE DESSINÉE

Si le corpus des bandes dessinées mettant en scène l’Antiquité est moins foisonnant que celui qui utilise l’époque médiévale, il ne manque pas pour autant de richesse et de variété et pose des questions passionnantes sur les usages que l’on fait de notre passé lointain. Du sérieux et compassé Alix au désopilant Astérix, en passant par des séries moins connues mettant en scène la Grèce, l’Egypte, la Palestine, voire la Mésopotamie, ces albums entretiennent un rapport tantôt respectueux, tantôt parodique, mais jamais indifférent, à la documentation et à l’archéologie. En outre, l’Antiquité, et en particulièrement la période romaine, permet souvent de faire passer des contenus politiques liés à la question de l’autorité et du pouvoir : si on peut préférer au collaborationniste Alix le message d’insoumission d’Astérix, on peut aussi découvrir dans d’autres séries des réflexions nuancées sur les périls de la force, qui nous montrent bien que l’Antiquité peut aujourd’hui encore tendre un miroir à notre Modernité.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 23 janvier 2018, de 14h15 à 16h00

Vincent Adatte, co-directeur de La Lanterne Magique et de Passion Cinéma, critique de cinéma

UN FUSILIER, UNE SALAMANDRE ET UNE COURGETTE : A LA RENCONTRE DU CINÉMA SUISSE

Quand il s’agit de cinéma suisse, il s’en trouve toujours quelques-uns pour paraphraser le fameux mot d’esprit de l’artiste Ben et affirmer que le cinéma suisse n’existe pas. Bien sûr, il n’en est rien, mais la provocation a ceci d’utile qu’elle fait réfléchir.

Multiple, critique, poétique, conservateur, avant-gardiste, polémique, populaire, sous-estimé, célébré, le cinéma suisse a une histoire qui vaut la peine d’être mille fois racontée ! Emaillée de nombreux extraits de films d’hier et d’aujourd’hui, sa restitution ne manquera pas de surprendre, avec une ère muette méconnue, un cinéma d’état voué à la défense spirituelle du pays, une Nouvelle Vague frondeuse, une veine documentaire admirée bien au-delà des frontières, une courgette césarisée, et tant de choses encore.

Le cinéma suisse existe bel et bien et nous allons même le rencontrer !

La Chaux-de-Fonds

Mardi 30 janvier 2018, de 14h15 à 16h00

Régine Bonnefoit, professeure à l’Université de Neuchâtel

QUAND LES OBJETS D’ART PRENNENT VIE : ANIMATION D’ŒUVRES D’ART À L’ÈRE NUMÉRIQUE

Depuis le mythe antique de Pygmalion, le rêve de rendre « vivant » un objet statique ne cesse de hanter les artistes. A l’ère numérique, des vidéastes et réalisateurs animent des œuvres d’art. En 1983, Lesley Keen a produit le film Taking a line for a walk qui fait danser les lignes des dessins de Paul Klee au rythme de la musique de Lyell Cresswell. Après avoir mis en mouvement La Cène de Léonard de Vinci dans sa projection The Last Supper (2008), le cinéaste britannique Peter Greenaway a fait défiler sur les quatre murs d’une salle du Pavillon italien de la Biennale de Venise de 2015 les œuvres les plus célèbres de l’histoire de l’art italien. Cette conférence propose de questionner les raisons, les méthodes et les limites du désir d’animer des œuvres d’art qui sont par définition statiques.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 6 février 2018, de 14h15 à 16h00

Pierre-Henri Béguin, ancien professeur au Lycée Denis-de-Rougemont à Neuchâtel

GEORGE SAND, UNE GRANDE FEMME NÉCESSAIRE…

Quand George Sand reçoit la visite d’Eugène Delacroix, elle perce aussitôt le toit de sa maison, installe une verrière, aménage un atelier – et la visite du grand peintre dure six mois… George Sand est tout entière résumée dans cette anecdote : inspiratrice de presque tous les grands artistes du XIXe siècle, elle ne met aucune limite à sa générosité. Flaubert, Dumas, Balzac, Liszt, Musset, Chopin l’ont côtoyée et admirée. Engagée pour la reconnaissance des Droits de la Femme, elle a été une des premières voix vraiment féminines dans le monde des Lettres. Romancière géniale, elle a laissé, avec Consuelo, un des plus remarquables romans romantiques. Victor Hugo l’affirmait : George Sand a été « une grande femme nécessaire ».


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 13 février 2018, de 14h15 à 16h00

Didier Patel, professeur émérite du Conservatoire de Bourg-en-Bresse

DIMITRI CHOSTAKOVITCH : UN MUSICIEN SOUS LA DICTATURE.
2E PARTIE (1945-1971).

L’URSS sort de la guerre saignée à blanc ; les artistes comme le peuple rêvent d’un répit. Il n’en sera rien. Staline secondé par le fidèle Jdanov organise la remise au pas du monde artistique.

Avec d’autres, Chostakovitch est cloué au pilori, humilié, et condamné à une autocritique publique par un régime pour lequel il n’est désormais qu’un instrument de propagande voué à la plus grande docilité. Les œuvres qui vont suivre portent la marque de cette tragédie intérieure et du jeu complexe de ses relations avec le pouvoir. Contraint aux concessions, souvent incompris, il réussira pourtant à s’imposer comme un des grands musiciens du XXe siècle. Son œuvre poignante est un défi à la barbarie, elle porte les souffrances et les rêves d’un peuple martyrisé par l’Histoire ; elle est profondément russe et universelle.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 20 février 2018, de 14h15 à 16h00

Pierre Bühler, professeur émérite de l’Université de Zurich 

IL Y A 500 ANS, MARTIN LUTHER PUBLIAIT SES 95 THÈSES SUR LES INDULGENCES :
QUELS ENJEUX, JADIS ET AUJOURD’HUI ?

Le 31 octobre 1517, Martin Luther publiait des 95 thèses contre les indulgences. Cet événement a déclenché tout le processus de la Réformation, dont nous fêtons cette année le 500e anniversaire. Pourquoi ce thème des indulgences a-t-il eu un tel impact ? Quels étaient les enjeux, à l’époque, de cette pratique de la vente des indulgences ? Et pourquoi l’affrontement est tel qu’il suscite une rupture dans la chrétienté d’alors ?

Et aujourd’hui ? A l’occasion de l’année sainte de la miséricorde (2015-2016), le pape François a promulgué une indulgence plénière que l’on pouvait obtenir dans les grandes églises jubilaires ?

Pourquoi aujourd’hui encore des indulgences ? Qu’est-ce qui a changé et qu’est-ce qui est resté ? Et quels sont les enjeux présents d’une telle pratique ?


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 27 février 2018, de 14h15 à 16h00

Jérôme Dubosson, collaborateur scientifique à l’Université de Neuchâtel

ESTHÉTIQUE ET SYMBOLIQUE DU BÉTAIL EN AFRIQUE : DE LA PRÉHISTOIRE À NOS JOURS

Lors de cette conférence, nous examinerons des pratiques pastorales africaines singulières, leurs fonctions et significations, ainsi que leurs éventuelles origines. Ces pratiques témoignent de relations homme-animal d’une rare intensité. Elles peuvent être révélées par l’observation minutieuse des milliers de bovins figurés dans les arts rupestres africains ou par l’étude des vestiges archéologiques relatifs au domaine rituel et funéraire. En mettant en relation les données archéologiques et ethnographiques, nous verrons que ces pratiques semblent liées à une conception spécifique du bovin, de son esthétique et de son importance symbolique, et qu’il existe une chaîne de diffusion assez largement étendue dans le temps et l’espace pour parler de traditions pastorales millénaires en Afrique.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 6 mars 2018, de 14h15 à 16h00

Yvan Matthey, biologiste, chargé d’affaires à Pro Natura Neuchâtel, ingénieur conseil

LES MILIEUX NATURELS NEUCHÂTELOIS : LIENS ENTRE STATUTS DE PROTECTION ET VALEURS NATURELLES

La Suisse possède des réserves naturelles ayant des statuts de protection légale fort divers, fédéralisme oblige. Il y a des objets naturels d’importance nationale dont la protection est imposée aux cantons par des ordonnances fédérales (tourbières, prés maigres), des aires protégées par les cantons, par les communes voire par des privés, comme Pro Natura ou des agriculteurs. D’importants milieux naturels emblématiques à haute valeur écologique et avec une riche biodiversité ne bénéficient pas de statut de protection légale. Qu’en est-il dans notre région ? Nous vous proposons un tour d’horizon des milieux naturels neuchâtelois sous l’angle de leur valeur et de leur protection pour découvrir divers lieux connus ou plus cachés, leurs caractéristiques et leurs espèces typiques.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 13 mars 2018, de 14h15 à 16h00

Michel Aragno, professeur honoraire de l’Université de Neuchâtel

ENTRE SULTANS ET EMPEREURS : TÉMOIGNAGES DE L’ARCHITECTURE MUSULMANE EN INDE, ENTRE DELHI ET AGRA.
2E PARTIE : L’EMPIRE MOGHOL (1526–1854)

En 1526, la noblesse afghane de la cour de Delhi invita Babur, descendant de Gengis Khan et de Tamerlan, à prendre le pouvoir. Ibrahim Lodi, dernier sultan de la dynastie fut tué lors d’une ultime bataille. Babur fonda alors l’empire Moghol, inaugurant une dynastie dont l’apogée coïncida tout à la fois avec un pouvoir humaniste et des monuments comptant parmi les chefs d’œuvre de l’architecture mondiale : du tombeau d’Humayun (XVIe siècle) à celui de Safdarjang (XVIIIe siècle), à Delhi, cette véritable « renaissance » culmine avec le Fatehpur Sikri, construit par l’empereur Akbar, et le Taj Mahal, à Agra, édifié par son petit-fils Shah Jahan. 


 

Neuchâtel

Panneau-ATTENTIONpetit.jpgChangement de date: La dictée aura lieu le
vendredi 16 mars 2018, de 14h00 à 16h00, Aula des Jeunes-Rives
(et non pas le vendredi 23 mars comme annoncé dans le programme imprimé)

DICTÉE TOUS ÂGES, ouverte à chacun(e) !

Dans le cadre de la Semaine de la langue française et de la francophonie

Cet événement, qui attire chaque année plus d’une centaine de participants, entend bien en 2018 encore intéresser non seulement les retraités, mais aussi les lycéens, les enseignants et le public en général. Des prix seront décernés.

Bienvenue à toutes et à tous !


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 20 mars 2018, de 14h15 à 16h00

Raphaël Krajka, pianiste et théoricien

LES POÈTES DE LA CHANSON FRANÇAISE

Tout le monde connaît (ou croit connaître) la chanson française, mais lorsqu’il s’agit d’en donner une définition, d’en retracer l’histoire, ou ne serait-ce que d’en définir l’origine, les réponses se font rares. C’est qu’en réalité, les styles et les genres musicaux ont des frontières poreuses et les domaines sont plus ou moins étendus suivant les définitions retenues. Nous concentrerons ici nos efforts sur la chanson française du XXe et XXIe siècle, regarderons l’héritage et l’influence des poètes du XIXe siècle (comme Verlaine et Rimbaud), analyserons et écouterons des extraits de chansons écrites par des auteurs tels que Barbara, Aznavour, Ferré, Gainsbourg ou encore Grand Corps Malade.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 27 mars 2018, de 14h15 à 16h00

Fabien Langenegger, archéologue, responsable du Laboratoire de dendrochronologie de Neuchâtel (Laténium)

LA MÉMOIRE DES ARBRES ÉCLAIRE NOTRE VISION DU PASSÉ

La dendrochronologie est l’étude du temps par les arbres. C’est une méthode de datation absolue, utile pour l’étude de thématiques très diverses liées à l’homme et à son environnement. Découverte à la fin du XIXe siècle, cette science est basée sur l’analyse des cernes de croissance des arbres, en s’attachant essentiellement à la mesure de leur largeur, à leur description et à leur ordonnancement dans le temps. Basé dans les locaux du Laténium, Musée cantonal d'archéologie, le Laboratoire de dendrochronologie de Neuchâtel a été fondé en 1973.  Dès l’origine, ses recherches se sont concentrées tant sur la datation et la compréhension des vestiges en bois issus des villages lacustres préhistoriques que sur l'archéologie du bâti.


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 3 avril 2018, de 14h15 à 16h00

Rossella Baldi, doctorante à l’Université de Neuchâtel

LES ROLAND : DU DRAME AMOUREUX A LA TRAGÉDIE POLITIQUE

Le 8 novembre 1793 meurt guillotinée Manon Roland, plus connue sous le nom de Madame Roland. Sa mort tragique et sa figure n’ont cessé depuis de fasciner historiens et écrivains qui l’ont considérée comme l’égérie du cercle des Girondins, à la fois Jeanne d’Arc luttant pour les humbles et incarnation de la mère bourgeoise. Dès lors, le succès de Madame Roland a relégué dans l’ombre son mari, l’inspecteur des manufactures et ministre de l’intérieur girondin Jean-Marie Roland de la Platière. Mais qui était-il donc ? Quelle est l’histoire de cet homme, qui fut de son vivant un des plus grands techniciens du royaume français ? Et quelle est l’histoire de ce couple célèbre, très souvent racontée à travers les yeux de Madame Roland et non pas ceux de son mari ? 


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 10 avril 2018, de 14h15 à 16h00

Adrien Wyssbrod, doctorant à l’Université de Neuchâtel

GOUVERNER OU RÉGNER, LES RELATIONS ENTRE BERLIN ET LA PRINCIPAUTÉ DE NEUCHÂTEL AU XVIIIE SIÈCLE

En 1707, Frédéric Ier, alors roi de Prusse, obtient la succession de la Principauté de Neuchâtel, qu'il possèdera à titre personnel. Comment ce souverain et ses descendants vont-ils administrer une Principauté distante de mille kilomètres et séparée par des États étrangers ? Résidants à Berlin, ils donnent leurs ordres au moyen de lettres, s'appuyant sur un gouverneur et les autorités locales. Cette gestion à distance, sous un régime d'union personnelle, pose de nombreuses interrogations. Quel cadre institutionnel faut-il donner à un tel État ? Le souverain est-il en mesure d'imposer son autorité ? Quelle part prend-il dans la gestion de la Principauté et laquelle abandonne-t-il aux autorités locales ? En somme, ces monarques gouvernent-ils Neuchâtel, ou ne font-ils que régner ?


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 17 avril 2018, de 14h15 à 16h00

Jérémie Forney, professeur à l’Université de Neuchâtel

L’ENVIRONNEMENT DANS NOS ASSIETTES ? PRODUCTION ALIMENTAIRE ET MULTIPLICITÉ DES APPROCHES ENVIRONNEMENTALES

La question environnementale s’invite de plus en plus dans le débat sur l’avenir de l’alimentation humaine. Les états « écologisent » leurs politiques agricoles ; dans les étalages des supermarchés, les labels environnementaux fleurissent. Des pratiques de gouvernance fort différentes ont ainsi vu le jour dans le domaine de l’agriculture et de l’alimentation. Elles reposent sur des logiques multiples et hybrides qui transforment les rapports entre les acteurs de nos systèmes alimentaires. Cet exposé s’attachera à décrire et analyser d’un point de vue socio-anthropologique cette évolution en suivant trois étapes : 1. Le rapport, souvent problématique, qui se construit entre alimentation et environnement ; 2. Trois dimensions essentielles à la transformation de ce rapport (alimentation, savoirs, autonomie) ; 3. Trois approches environnementales liées à trois types d’acteurs différents (Etat, commerce, société civile).


 

La Chaux-de-Fonds

Mardi 24 avril 2018, de 14h15 à 16h00

Grégoire Oguey, archiviste à l’état de Neuchâtel et historien

DES RUINES D’AVENCHES AU MONASTÈRE DE CERLIER : LES PREMIERS ARCHÉOLOGUES « ROMANDS » À LA RENAISSANCE

Dès la fin du XVe siècle, des ecclésiastiques et des érudits se sont intéressés aux vestiges matériels en Suisse romande. On les voit ainsi s’émerveillant devant les ruines d’Avenches, fouillant le sol d’un monastère ou relevant des inscriptions anciennes. Grâce à leurs découvertes, qui élargissent le champ des sources à disposition, ils réécrivent l’histoire de leur région. Nous verrons que l’intérêt « archéologique » de ces hommes pour le passé ne tombe pas de nulle part, mais qu’il est la conséquence directe de la diffusion d’une nouvelle culture humaniste, d’inspiration essentiellement italienne.


 

Actualités & Informations importantes


Panneau-ATTENTIONpetit.jpg La dictée tous âges aura lieu le
vendredi 16 mars 2018, de 14h00 à 16h00, Aula des Jeunes-Rives
(et non pas le vendredi 23 mars comme annoncé dans le programme imprimé)