Gaël Curty

Critique de l'économie et économie de la critique. Le cas des critiques sociologiques du capitalisme.

Contact

Thèse acceptée le 5 juillet 2013 avec la mention « magna cum laude » : 
M. Christian Suter, professeur de sociologie, Université de Neuchâtel, directeur de thèse
M. Franz Schultheis, professeur, Université de Saint-Gall, rapporteur
M. Yves Sintomer, professeur, Université de Paris 8, rapporteur
M. Olivier Voirol, maître d’enseignement et de recherche, Université de Lausanne, rapporteur

Mots-clefs - Keywords

sociologie du capitalisme, sociologie de la critique, sociologie de la sociologie, critique du capitalisme, reconnaissance.

sociology of capitalism, sociology of critique, sociology of sociology, critique of capitalism, recognition

Résumé

Dès ses débuts, le champ sociologique a procédé à une critique systématique du capitalisme (Bourdieu, 1992, 1997; Boltanski et Chiapello, 1999; Honneth, 2006; Laval, 2002). En relation de continuité avec les pères fondateurs de la discipline (Marx, Weber, Durkheim, Tönnies, Simmel), d’importantes traditions philosophiques et sociologiques – parmi lesquelles la “sociologie critique”, la “sociologie de la critique” et la “Théorie critique” occupent une place d’importance – ont continué le projet critique de la sociologie jusqu’à aujourd’hui. Dans un geste inspiré de la “psychanalyse de l’esprit scientifique” de Bachelard et de la socioanalyse de Bourdieu, notre thèse de doctorat a pour but de soumettre à une analyse réflexive ce phénomène social particulier.
 
Notre recherche empirique qualitative basée sur des entretiens semi-directifs avec des sociologues suisse-romands a pour objectif de faire l’analyse des critiques sociologiques du capitalisme au moyen de la théorie de la lutte pour la reconnaissance de Honneth. Elle explique ainsi ces critiques comme un manque de reconnaissance dans les sphères de reconnaissance de la société bourgeoise-capitaliste et définit leurs formes et normativités au moyen des appuis normatifs au fondement de ces dernières (Honneth; 2006). En ce sens, au niveau empirique, elle permet de définir la manière dont les sociologues vivent et considèrent l’idéologie de « l’employé entrepreneur de lui-même » diffusée par le nouvel esprit du capitalisme aujourd’hui. Au niveau théorique, en s’inscrivant dans le débat théorique sur la critique, elle autorise la discussion et l’évaluation de la validité respective des différents modèles de celle-ci établis par la “sociologie critique” (Bourdieu), la “sociologie de la critique” (Boltanski et Thévenot) et la “Théorie critique” (Honneth). Enfin, dans le débat épistémologique sur la relation qu’entretient la sociologie et la critique, elle contribue à la mise en lumière d’une partie de la normativité de cette discipline académique particulière.