Thomas Zannin

Quel était votre parcours éducatif et/ou professionnel avant de faire de la sociologie à l’UniNE ?  Quel a été votre cursus à l’Université de Neuchâtel ? Quel(s) diplôme(s) avez-vous obtenu et en quelle(s) année(s) ?

Après avoir obtenu ma maturité au Lycée Denis-de-Rougemont, en option physique et application des mathématiques, il était assez évident pour moi que j’allais continuer dans les sciences « dures ». C’est ainsi que je suis entré à l’Université de Lausanne en Sciences criminelles. Malheureusement, j’ai constaté que ce n’était pas fait pour moi. En conséquence, de retour à Neuchâtel, je souhaitais changer totalement d’orientation et je suis entré en Lettres et sciences humaines, d’abord en Anglais et en ‘Infocom’. C’est seulement en pilier secondaire que j’ai découvert la Sociologie, et en particulier le cours de démographie qui a été pour moi le déclic. Après l’obtention de mon Bachelor en 2011, je suis parti pour 10 mois d’armée. A mon retour, j’ai décidé me lancer en Master de Sociologie, auquel j’ai ajouté Migrations et citoyenneté dans une envie d’élargir encore un peu mon horizon. C’est à l’été 2015 que j’ai terminé mes cours, puis j’ai obtenu mon titre avec le rendu de mon mémoire en janvier 2016.


Quels ont été les points forts de la formation en sociologie à l’UniNE ?

Je pense que ce que j’ai le plus apprécié durant mes études est la proximité et la familiarité que génère la petite taille de l’institut. L’accessibilité du corps enseignant a été pour moi un atout majeur. On a alors la sensation d’un vrai suivi, en particulier au travers de l’atelier des mémorants, ce qui motive vraiment à avancer dans ce parcours. Au-delà de ça, et je fais référence ici plus généralement à l’ensemble de la MAPS, le niveau de qualification et d’implication des professeur-e-s dans d’autres organisations est exceptionnel à cette échelle. Finalement, je constate à présent que la formation pratique et surtout méthodologique est sensiblement plus poussée, ou du moins plus complète, que ce qu’on peut trouver ailleurs.
A la suite de votre passage en sociologie à l’UniNE, qu’avez-vous entrepris (formations, emplois, …) ?
Une fois tous mes cours de Master terminés, je me suis concentré à la rédaction de mon mémoire, en parallèle de mon job d’étudiant. J’ai eu la chance que mon directeur de mémoire, avec qui je travaille aujourd’hui, me propose un emploi dans la recherche alors que je n’étais encore qu’au début de la rédaction. Sautant sur l’occasion, j’ai donc eu l’opportunité d’entrer dans la vie professionnelle avant même d’avoir terminé ma formation.
 

Quelles sont vos occupations actuelles ?

Je travaille à l’Ecole d’études sociales et de pédagogie (EESP – HES-SO) à Lausanne en tant que chargé de recherche et assistant d’enseignement. Nous sommes quatre personnes à travailler sur un projet de la DIV-1 du FNS, qui s’intitule « Faire ‘petite société’ par l’activité de loisir » et qui porte sur 3 ans. Nous nous concentrons sur des clubs de sport de proximité et leur vie associative, en particulier chez les jeunes filles. Je suis personnellement en charge des contacts et des terrains dans le football féminin. Parallèlement à cela, j’ai accepté un poste d’assistant dans un séminaire de recherche, dans le cadre du Master en travail social, qui traite des socialisations juvéniles.
 

Selon vous, quelles compétences la sociologie vous a-t-elle permis d’acquérir ? Lesquelles sont utiles pour votre pratique professionnelles et comment ?

Très clairement, je suis sorti de ce Master en sociologie avec un solide bagage méthodologique et des expériences pratiques très représentatives. Travailler dans la recherche en sciences sociales est dans un sens le prolongement presque logique de cette formation, et cela me permet plus que jamais de mobiliser à peu près tout ce que j’ai pu apprendre durant ces quelques semestres. Il est d’ailleurs fréquent que je ressorte mes anciennes notes de cours et autres articles de mon Master pour creuser les différents éléments que je rencontre dans mon travail !

Titres obtenus au sein de notre Institut

  • Bachelor en lettres et sciences humaines : options anglais, information & communication et sociologie (2011)
  • Master en sciences humaines et sociales : orientation sociologie (2016)