Patrick Ischer

Thèse de doctorat

Des dispositions du goût en matière d’habiter : les couples face à leur logement. Sédimentations, définitions, matérialisations, représentations et négociations des codes esthétiques mobiliers


Thèse acceptée le 6 mars 2015 avec la mention « summa cum laude » à l'unanimité du jury :
M. François Hainard, Professeur à l’Université de Neuchâtel, directeur de thèse ;
M. Philippe Coulangeon, Directeur de recherche CNRS, Observatoire sociologique du changement, Sciences politiques, Paris, rapporteur ;
M. Vincent Kaufmann, Professeur à l’EPFL, rapporteur ;
M. Eric Widmer, Professeur à l’Université de Genève, rapporteur.

Interrogeant les théories « post-bourdieusiennes » relatives aux styles de vie, mon travail de thèse investigue, dans un premier temps, la relation d’affinité élective entre l’habitat et l’habitus à la lumière de la pluralisation des modes de vie, et vise à comprendre comment les goûts en matière d’habiter se sédimentent chez les individus au cours de leurs socialisations esthétiques mobilières. Dans un second temps, mon objectif est de rendre compte des mécanismes à l’œuvre dans la mise en ménage du couple et de cerner les registres dans lesquels les partenaires vont puiser pour faire valoir les codes esthétiques qu’ils défendent. Les analyses réalisées s’appuient sur des entretiens semi-directifs conduits avec trente individus (et, de fait, quinze couple) au bénéfice d’une formation supérieure, mais ayant des origines sociales variées et évoluant professionnellement dans des champs très différents.
Les résultats obtenus se distribuent selon les deux temps de mon projet. En premier lieu, il apparaît que le milieu d’origine des individus (si l’on considère notamment la profession de leurs parents et leur prime socialisation aux pratiques culturelles) s’avère être une condition déterminante de leurs prédispositions esthétiques mobilières. Ainsi, ceux et celles qui sont issus d’un milieu fortement doté en capitaux économiques, mais surtout culturels, font preuve, plus que les autres, de sécurité esthétique. C’est-à-dire qu’ils sont davantage enclins à élaborer un univers domestique qui corresponde à leurs aspirations esthétiques. Ils se distinguent de ceux qui se trouvent être dans une situation de relative insécurité esthétique et qui sont de fait inscrits dans un processus de rétention. Ceci dit, il convient d’examiner les expériences socialisatrices qui ponctuent la trajectoire biographique des acteurs. A ce propos, la profession, le contact avec des autrui significatifs (amis, partenaire) ou l’appartenance à une communauté de pratique spécifique peuvent jouer un rôle primordial (davantage d’ailleurs que d’autres supports tels que la télévision, les magazines, les catalogues, les vitrines, etc.).
En second lieu, il ressort des analyses que l’autorité à laquelle peut prétendre l’un des deux partenaires pour faire valoir ses biens est largement corrélée avec son patrimoine culturel familial et son inscription professionnelle dans le domaine artistique (ce qui revient à dire que les individus tendent, pour la plupart, à s’affranchir des rôles sexuées). Il résulte de cela une inégalité dans la représentation matérielle de l’un ou de l’autre dans la sphère domestique. Dans le dessein voir apparaître leurs meubles et leurs objets ou d’évincer ceux de l’autre, les partenaires usent de stratégies et adoptent des attitudes qui peuvent être de trois ordres. Premièrement, certains s’autocensurent et se débarrassent – avant la cohabitation – des éléments qu’ils estiment être problématiques. Deuxièmement, d’autres dissimulent les objets de l’autre ou exposent les leurs en l’absence de leur partenaire. La troisième attitude relève de la concertation et de la discussion. Chacun mobilise un appareil argumentatif susceptible de convaincre l’autre, en évitant cependant de dévaloriser les codes esthétique de leur partenaire. C’est pourquoi ils évoquent bien souvent des critères d’ordre pratique, fonctionnel, confortable et, en dernier recours, affectif pour emporter cette lutte symbolique.

Mots Clés – Keywords
Goûts en matière d’habiter, socialisations esthétiques mobilières, (in)sécurité esthétique, légitimité, mobilier, cohabitation conjugale
Housing taste, aesthetic socialisation, aesthetic (in)security, legitimacy, furniture, marital cohabitation

Intérêts de recherche

  • Sociologie du goût et de la culture
  • Sociologie de l'habitat
  • Sociologie du couple
  • Sociologie de la jeunesse