Fermer
images_bandeau_flsh_sociologie.jpg

Ionela Vlase

L'analyse de la migration européenne contemporaine par l'approche genre. Le cas d'une population rurale roumaine travaillant à Rome

Thèse acceptée le 8 décembre 2008 avec la mention « magna cum laude »
Jury : M. Christian Suter, Professeur à l'Université de Neuchâtel, directeur de thèse
          M. François Hainard, Professeur à l'Université de Neuchâtel, rapporteur
          M. Vintila Mihailescu, Professeur à l'Ecole Nationale d'Etudes Politiques et Administratives, Bucarest, rapporteur
          Mme. Janine Dahinden, Professeure à l'Université de Neuchâtel, rapporteur

Mots-clés: migration de travail, genre, pouvoir, réseaux migratoires, capital social, ressources
Keywords: labour migration, gender, power, migration networks, social capital, ressources

Résumé : l'objectif de cette thèse est d'explorer, d'une part, la façon dont la migration est influencée par le genre (à savoir le système de croyances selon lequel les gens attribuent des rôles, statuts et attributs psychologiques différents aux femmes et aux hommes) et, d'autre part, la manière dont le rapport de pouvoir hommes-femmes change en migration ou après la migration. Afin d'illustrer cette double influence, la recherche est centrée sur une étude de cas d'une population roumaine d'origine rurale installée dans la région de Latium-Rome, en Italie. La théorie de la structuration de Giddens (1984) fournit de nombreux concepts utiles (agency, conscience pratique/conscience discursive, ressources d'allocation/ ressources d'autorité) dans l'explication de ce processus migratoire où les femmes et les hommes occupent des places différentes. Leur migration contribue, en effet, à la réduction de certaines inégalités de sexe et au développement social, économique et culturel de la communauté d'origine.