Fermer

Rédaction à domicile

 

Certain-e-s doctorant-e-s ne sont pas ou que partiellement dépendant-e-s de l'université. Les personnes qui travaillent à temps partiel rédigent généralement leur thèse chez elles, les jours de la semaine où elles ne sont pas salariées.

Gérer le temps devient alors primordial dans la mesure où ce dernier repose uniquement sur les épaules du/de la doctorant-e. En effet, s'ils/elles ont plus d'autonomie par rapport aux assistant-e-s pour aménager leur temps de travail comme bon leur semble, ne pas dépendre des horaires d'un laboratoire ou d'une section demande de trouver un rythme personnel de travail qui permette de tenir sur le long terme.

Quelques pistes pour trouver son rythme :

  • Certain-e-s doctorant-e-s adoptent des rituels qui leur permettent de structurer leur journée (repas et pauses-café à heures fixes ; activité X à tel moment de la journée ; etc.).
     
  • Pour certaines personnes, reproduire un « horaire de bureau » a fait ses preuves. Mais vouloir se l'imposer à tout prix peut être contre-productif.
     
  • Toutefois, être en décalage avec le reste de la société sur le long terme peut s'avérer très déprimant. Il est donc conseillé de se fixer un horaire de travail qui permette de poursuivre les activités sociales auxquelles on tient (repas entre ami-e-s, activités associatives et culturelles, loisirs, sorties etc.).
     
  • Ne pas oublier qu'il existe différentes offres d'encadrement qui permettent de se socialiser et de rencontrer d'autres doctorant-e-s avec lesquel-le-s il peut être enrichissant de partager ses expériences.