Fermer
ISLC5.gif

La scriptologie lexicale : le cas du domaine oïlique oriental

But

Notre projet se situe dans le prolongement de la collaboration franco-suisse consacrée à l’élaboration du FEW (Französisches Etymologisches Wörterbuch), le grand dictionnaire étymologique du français et des parlers galloromans (25 volumes publiés + indexes), fondé et rédigé, pour sa plus grande part, par le Suisse Walther von Wartburg (1888–1971). L’objectif du projet proposé est de renouveler en profondeur notre approche de la variation diatopique du français, notamment lexicale, en donnant une description à une échelle encore inusitée.

D'autre part, le projet vise à consolider la formation en étymologie/lexicologie historique et dialectologie galloromanes de la relève suisse.

 

Conception et réseau d'enquête

Les modèles à suivre sont fournis par les travaux sur la régionalité lexicale en moyen français, sur les chartes de l’Est de la France, qui a démontré l’intérêt d’étudier les faits scriptologiques au niveau microscopique, ainsi que par les travaux et réalisations récents en scriptologie.

Le projet réunit le Centre de dialectologie et d'étude du français régional, l'Université de Lorraine, en particulier le laboratoire Atilf (Unité mixte de recherche INALF - CNRS) et associe le Glossaire des patois de la Suisse romande.

Le FEW et le GPSR sont associés dans un Working Group de l’action COST 1305, European Network of e-Lexicography

 

Etat des travaux

la recherche menée par les doctorants porte sur la variation du français au Moyen Âge, étudié :

  • Dans une région déterminée (le sud-est du domaine d’oïl, en interaction avec le domaine francoprovençal exploré au cours de la période précédente).
  • Dans des textes non documentaires. Les modèles à suivre est fourni par les travaux de Greub (2003) sur la régionalité lexicale en moyen français, de Glessgen (2008) sur les chartes de l’Est de la France, qui a démontré l’intérêt d’étudier les faits scriptologiques au niveau microscopique, ainsi que par les travaux et réalisations récents en scriptologie (Gärtner et al. 2001, Holtus et al. 2003, Völker 2003, Videsott 2009; cf. également Dees 1980 et 1987, NCA). Les dernières années ayant vu des progrès considérables de la description de la langue des documents administratifs, en particulier pour la région considérée, une partie du travail consistera à comparer les mêmes paramètres de variation dans les textes appartenant à divers genres.