Fermer
ISLC5.gif

Centre de linguistique appliquée

Présentation

Le Centre de linguistique appliquée (CLA) est une unité de recherche et d'enseignement rattachée administrativement à l'Institut des sciences du langage et de la communication (ISLC) et à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Neuchâtel. Il fait partie de la Maison des sciences du langage et de la communication (SciLAC). Le CLA fait également partie du Centre de Compétence sur les Interactions Sociales (CRIS), un domaine-clé de l’Université de Neuchâtel.

Les recherches menées au CLA portent sur les interactions verbales uni- et plurilingues, l'acquisition des langues premières et secondes, la notion de compétence en langue et de compétence d’interaction, ainsi que l'articulation entre grammaire et interaction.

Les collaborateurs du CLA dispensent des enseignements aux étudiants en sciences du langage, en linguistique française, en logopédie, en ethnologie et en sciences de l’information et de la communication. Le CLA propose également des modules ponctuels aux (futurs) enseignants du secondaire.

Qu'est-ce que la linguistique appliquée ?

La linguistique appliquée s'occupe des pratiques sociales du langage. Il s'agit, par ce fait, d'une science à la fois foncièrement empirique et interdisciplinaire. Elle est empirique dans la mesure où elle s'intéresse au langage (et aux langues individuelles) non pas en tant que système abstrait montrant des régularités internes, mais en tant que ressource mise en opération dans les pratiques sociales les plus diverses, allant de la conversation entre amis aux discours professionnels et médiatiques. La linguistique appliquée est par définition interdisciplinaire, dans la mesure où elle accorde une importance centrale aux dimensions sociales et psychologiques du langage.

Parmi ces objets d'étude, on compte l'acquisition des langues et leur enseignement, les langues en contact et le bi-/plurilinguisme, le rôle du langage dans les rapports interpersonnels, dans la construction d'identités individuelles (par exemple de migrant) et de relations de pouvoir, ou encore dans la configuration de savoirs et d'interprétations du monde à travers les discours. Par ces objets, la linguistique appliquée répond à des enjeux sociaux concrets, comme la place du langage dans les migrations ou la mise en évidence de conditions d'apprentissage scolaire et non scolaire d'une langue.

Contrairement à ce que le nom linguistique appliquée pourrait faire croire, il ne s'agit pas dans cette discipline d'appliquer des théories linguistiques à des pratiques (enseignement des langues, orthophonie...), mais d'élaborer des réflexions théorisant ces pratiques, en s'appuyant sur des notions développées dans différents domaines des sciences du langage (linguistique de l'acquisition, sociolinguistique, psychologie du langage...). Cela permet de mieux comprendre (et de mieux théoriser) le langage à travers l'étude des pratiques sociales, et de mieux comprendre (et de mieux théoriser) ces pratiques à travers le langage.

La linguistique appliquée est ainsi un lieu de rencontres privilégié entre les pratiques sociales liées d'une manière ou d'une autre aux événements langagiers et une réflexion théorique caractérisée par une vision linguistique et sociale du langage, accordant une large place à ses dimensions contextuelles.

Activités et équipes partenaires

Au fil des années, le Centre de linguistique appliquée s’est tissé des liens avec des équipes travaillant sur les interactions uni- et plurilingues avec les instruments conceptuels et méthodologiques de l’analyse conversationnelle.

Nous avons établi un réseau de workshops annuels  avec  les équipes  suivantes qui sont nos partenaires dans différentes entreprises actuelles : 

  • Newcastle University, School of Education, Communication and Language Sciences (Steve Walsh, Paul Seedhouse) ;
  • University of Southern Denmark, Institute of Language and Communication (Johannes Wagner) ;
  • University of Roskilde, Department of Culture and Identity (Spencer Hazel) ;
  • University of  Hawai`i  at Manoa, Department of Second Language Studies (Gabriele Kasper) ;
  • University of Haifa, Department of Hebrew Language (Yael Maschler) ;
  • University of Helsinki, Finska, finskugriska och nordiska institutionen (Jan Lindström).

D’autres collaborations sous forme de colloques réguliers, échanges de chercheurs, publications conjointes et écoles doctorales sont en cours avec l’Université de Bâle (Lorenza Mondada), Portland State University (John Hellermann), Penn State University (Joan Kelly Hall), Università Autònoma de Barcelona (Luci Nusbaum, Cristina Escobar), etc.

Sources d'inspiration

  • Sacks, H. (1992). Lectures on conversation. Edited by Gail Jefferson. Blackwell.
  • Ochs, E., Schegloff, E.A. & Tompson, S.A.. (1996). Interaction and grammar.Cambridge University Press.
  • Bally, Ch. (1926). Le langage et la vie. Payot.
  • Goffman, E. (1981). Forms of talk. University of Pennsylvania.
  • Wittgenstein, L. (1961). Tractatus logico-philosophicus. Gallimard. (réed., 1990).
  • Tomasello, M. (2003). Constructing a language : a usage-based theory of language acquisition. Harvard University Press.

« There is nothing like looking, if you want to find something. You certainly find something, if you look, but it is not always quite something you were after. » J.R.R. Tolkien  
« La parole chez celui qui parle ne traduit pas une pensée déjà faite, mais l’accomplit. » Merleau Ponty    
« We shall be using observation as a basis for theorizing. » Harvey Sacks

Analyse conversationnelle