Fermer
ISLC5.gif

Documentation du GPSR

Constitution du corpus


La documentation du GPSR constitue l'essentiel du corpus du dictionnaire. Sa collecte, son inventaire et son classement ont nécessité plus d'un quart de siècle de travail. Elle est déposée dans le fichier principal (1'300 boîtes contenant environ trois millions de fiches; voir ci-contre) et dans le fonds manuscrit (plus de mille pièces).

Elle comprend notamment:

  • la collection des fiches des correspondants prod­uites au cours de l'enquête lexicographique de 1900-1910 (plus d'un demi-million d'unités);
  • le fichier toponymique, appelé «fichier Muret» (120'000 fiches, recensant environ 150’000 noms de lieux);
  • des matériaux recueillis par les fondateurs du GPSR dans le cadre d'enquêtes sur le terrain;
  • des fiches issues du dépouillement sélectif de textes d'archives et d'autres sources manuscrites et imprimées;
  • de nombreux textes (de nature et de dimensions très diverses) et lexiques confiés au GPSR sous forme de dons ou de prêts permanents.

Constitué surtout entre 1899 et 1924, ce fonds documentaire a constamment été complété, notamment au gré d'apports ultérieurs de patoisants et au moyen d'enquêtes ponctuelles, de tournées de vérification ou des nombreux dépouillements de publications effectués par la Rédaction.

Il y a lieu de préciser que cette documentation est en principe destinée exclusivement à la publication du dictionnaire en cours d'élaboration; c'est en effet à cette fin que les fondateurs l'avaient collectée.

Documentation iconographique

Croquis ayant servi de base au dessin publié dans l'article "fléau" du GlossaireEn marge de la constitution de son corpus linguistique, le GPSR a rassemblé une documentation iconographique originale destinée à l'illustration des articles de son dictionnaire. Ce fonds comprend notamment:

  • des croquis parfois très élaborés fournis par les correspondants;
  • des esquisses de Pierre et de Jeannette Gauchat (le fils et la sœur de Louis Gauchat);
  • plusieurs centaines de photographies.

Mais la partie la plus riche de la collection provient d'une enquête ethnographique menée dans les années 1940 par W. Egloff.