Fermer
bandeau_ILF.jpg

Module «Ecriture et argumentation»

Un module interdisciplinaire pour les étudiants BA

Le module «Écriture et argumentation» vise à développer l’esprit critique et la qualité des travaux écrits des étudiant-e-s BA en Faculté des lettres et sciences humaines. Construit autour d’un cours obligatoire d’écriture académique, ce module propose différents cours optionnels portant sur des questions de rhétorique, de sémiotique, de stylistique et de langue.

Les conditions à remplir pour suivre ce cours sont les suivantes: (a) votre pilier BA contient en pilier de renforcement ce module, (b) vous êtes étudiant-e de 2e ou 3e année BA, (c) vous vous êtes inscrit-e durant la séance de rentrée qui se tiendra le mardi 20 septembre 2016 à 16h15.

Cliquez sur les intitulés des cours pour accéder aux descriptifs:


Argumenter, écrire et convaincre à l’université
Thierry Herman | Automne ou printemps | 6 ECTS | Ecrit en évaluation interne

Ce cours, articulé par des travaux pratiques, vise à donner une méthode pour la rédaction de travaux universitaires afin de répondre aux exigences de structure et de formulation d’un tel genre. La méthode consiste à explorer, depuis l’étape de pré-écriture jusqu’à la révision des textes, des outils issus de la rhétorique, des branches de l’academic writing anglo-saxonne et de la linguistique française pour réaliser des textes plus convaincants et répondant aux normes attendues dans le milieu académique. Elle permet d’améliorer la qualité générale des travaux écrits individuels et de comprendre les lacunes ou les problèmes dans ce domaine.

L’enseignement – cours ex cathedra et ateliers en petits groupes – donne les éléments nécessaires pour mettre en place les idées à articuler au cours d’un travail écrit, pour trouver une structure cohérente, pour répondre aux différentes exigences d’une introduction, pour voir comment se rédige un état de la littérature et se construit une argumentation, pour rédiger une conclusion qui ne soit pas un banal résumé.

Le cours est exigeant en termes de présence et de travail: améliorer les écrits nécessite de rendre différents travaux qui appliquent les techniques observées. L’encadrement permet toutefois de rendre des travaux avec une correction intensive à partir de laquelle rendre des travaux définitifs devient plus facile. L’effort consenti peut toutefois être mis à l’épreuve et produire des résultats probants à chaque fois qu’un écrit est exigé, quelle que soit la discipline choisie et les circonstances (séminaires, examens).

Retour en haut de la page


Rhétorique et stylistique: l'argumentation dans le texte littéraire 
Corinne Rossari | Printemps | 5 ECTS | Oral en évaluation interne

Ce séminaire analyse, selon une perspective croisée, de rhétorique et de linguistique, l’argumentation dans des extraits tirés de différents genres de textes littéraires, en particulier la fable, l’échange épistolaire, le théâtre, le roman. Le texte littéraire permet de faire ressortir, avec un effet de loupe, des formes d’argumentation que l’on retrouve dans le langage ordinaire. L’étude de l’argumentation linguistique s’appuie notamment sur les nouvelles théories de l’argumentation dans la langue, à savoir la théorie des blocs sémantiques et la théorie argumentative de la polyphonie. Ces deux cadres proposent des outils permettant de déceler dans la sémantique même des énoncés ainsi que dans celle des mots, les potentialités argumentatives que ceux-ci donnent au texte dans son ensemble.

La compétence globale dispensée concerne la capacité à reconnaître et analyser la façon dont l’argumentation est mise en scène dans ces différents genres littéraires, en repérant les mécanismes énonciatifs, sémantiques et discursifs qui sont à l’origine des effets persuasifs de ces textes.

L’enseignement est organisé en quatre volets thématiques. Dans le premier, nous examinons la différence entre l’analyse de l’argumentation dans une perspective linguistique et rhétorique. Nous appréhendons dans ce cadre les notions de sujet parlant, locuteur, énonciateur; de raisonnement inférentiel en comparaison avec celle d’enchaînement argumentatif; d’argumentation par autorité au sens de la rhétorique et au sens linguistique d’enchaînement entre énoncés. Dans un deuxième temps, nous étudions les phénomènes de polyphonie et leur rendement argumentatif. Nous examinons les cas de style indirect libre et la façon dont ils peuvent être appréhendés dans le cadre de la polyphonie ducrotienne. Dans une troisième partie, nous abordons l’étude de l’argumentation dans le lexique et dans l’énonciation avec le cadre de la Théorie de Blocs Sémantiques (TBS) et celui de la Théorie Argumentative de la Polyphonie (TAP) développée actuellement par Marion Carel (EHESS). Enfin, nous analysons l’argumentation dans une perspective discursive par le biais de l’étude des types d’organisation du discours (comme les structures hiérarchique et polyphonique) qui permettent de la repérer, en prenant appui sur le modèle genevois développé par Roulet.

L’évaluation est fondée sur une présentation orale de 30 minutes par groupe de deux étudiant-e-s pendant le séminaire. Cette présentation est complétée par un support écrit d’environ 5 pages (hors corpus et bibliographie) à remettre le jour de l’exposé.

Retour en haut de la page


Analyse de l’argumentation
Raphaël Micheli | Automne | 4 ECTS | Écrit en session d’examen

Ce cours a pour objectif d’introduire les étudiant–e–s à l’analyse du fonctionnement de l’argumentation dans des discours relevant de différents genres. L’argumentation est vue comme un mode spécifique de traitement du désaccord sur une question donnée: le locuteur qui argumente tente de (a) justifier un point de vue en l’étayant par des raisons, (b) de situer ce point de vue par rapport à d’autres points de vue possibles, et (c) de le rendre séduisant pour le public auquel il s’adresse. L’enseignement vise à mettre en place une série d’outils méthodologiques permettant à l’étudiant-e de décrire ces trois dimensions.

À la fin du semestre, les étudiant-e-s doivent être en mesure de produire une analyse argumentative d'un discours donné en sollicitant de façon pertinente et rigoureuse les différents outils mis en place lors du cours. Plus précisément, les étudiant-e-s doivent pouvoir: – décrire la structure de base d’une argumentation et les diverses manières dont celle-ci peut se complexifier au sein d’un discours donné; – maîtriser la définition de quelques grands types d’arguments (arguments liés à la causalité, à l'analogie, à la définition, à l'autorité...) et repérer ceux-ci dans un discours donné; – identifier les principales stratégies discursives par lesquelles le locuteur construit une image de lui-même (ethos) et fait appel à l’émotion de l’allocutaire (pathos).

Le cours est donné sous une forme ex cathedra. La participation des étudiant-e-s est toutefois souvent requise, notamment lors d’exercices d’analyse argumentative effectués durant le cours. Les considérations de théorie et de méthode sont en effet constamment illustrées par l’étude d’exemples attestés. Ces exemples sont variés: ils sont principalement tirés de discours politiques francophones (suisses et français), actuels ou plus anciens, et répondant à divers formats: interventions parlementaires, allocutions, débats télévisés ou radiophoniques, tracts, etc. On s’intéresse aussi plus ponctuellement à des discours journalistiques ou à de la littérature d’idées (essais, pamphlets, etc.).

Retour en haut de la page


Introduction à la sémiotique: la science du sens
Alain Perusset | Printemps | 4 ECTS | Écrit en évaluation interne

Qu’est-ce que le sens? Comment le monde se donne-t-il à saisir? Pourquoi ne pensons-nous pas tous de la même façon? Comment construit-on nos identités et quels effets de sens produisent nos comportements? Enfin, comment peut-on analyser un signe (un mot, un logo…), un texte (une œuvre, une image, un film…), une matérialité (un objet, un humain, un lieu…), une pratique (consommer, bricoler, étudier…), une stratégie (la manipulation, l’ajustement…) et plus généralement un style de vie?

À ces questions, la sémiotique propose, depuis plusieurs années déjà, des éléments de réponse très intéressants grâce à un appareil théorique et à des outils d’analyse particulièrement adaptés aux sciences humaines. En sa qualité de science du sens et de la signification, la sémiotique aide à mieux comprendre les identités et les interactions sociales.

À travers la présentation des grandes théories et des principales figures de la discipline (Louis Hjelmslev, Roland Barthes, Algirdas Greimas, Umberto Eco, Jean-Marie Floch, Éric Landowski, Jacques Fontanille…), ce cours d’introduction vise à transmettre cette méthode d’analyse rigoureuse qu’est la sémiotique aux étudiant-e-s en sciences humaines afin qu’ils puissent y recourir dans leurs réflexions et s’en servir dans leurs travaux universitaires (en sociologie, ethnologie, géographie, histoire de l’art, communication, etc.). Plus généralement, cet enseignement vise à développer, au quotidien, une sensibilité davantage critique et à affiner le profil d’expert des étudiant-e-s dans l’analyse des comportements sociaux, profil particulièrement valorisé dans le monde professionnel.

Dans la pratique, l’enseignement est ponctué d’exemples, de travaux de groupes et de lectures. Il s’articule en deux grands axes: (a) compréhension des processus sensibles et cognitifs de construction du sens, (b) compréhension des processus culturels et des stratégies de construction identitaire.

Retour en haut de la page


Cours-séminaire de rhétorique
Raphaël Micheli | Printemps | 4 ECTS | Oral en évaluation interne

Ce séminaire se focalise sur un aspect crucial du processus par lequel les discours cherchent à faire adhérer leur auditoire: le pathos, c'est-à-dire la construction des émotions par le moyen du langage. Par une approche combinant les apports de la rhétorique, de la linguistique et de l’analyse du discours, on s’interroge sur les diverses manières dont les émotions sont communiquées au sein d'un discours donné, et sur les rapports complexes qui unissent le développement d'une argumentation (logos) et l’appel aux émotions (pathos). Les corpus sur lesquels les étudiant-e-s sont amenés à travailler comprennent des discours de divers genres: interventions parlementaires, débats télévisés, allocutions présidentielles ou ministérielles, essais, pamphlets… Ces discours abordent une grande variété de thématiques – écologie et environnement, criminalité et terrorisme, immigration, justice, religion, santé… – et cela sur une période allant du XIXème au XXIème siècle (Suisse et France).

Au fil du semestre, les étudiants apprennent, d’une part, à décrire de façon rigoureuse les différentes formes à travers lesquelles un discours donné peut véhiculer des émotions et, d’autre part, à identifier les fonctions que les émotions remplissent dans l’entreprise de persuasion mise en œuvre par ce discours. Sur le plan théorique et méthodologique, les questions suivantes sont abordées: (a) Le point de vue des sciences humaines et des sciences de la nature sur l’émotion: quelques repères de base pour approcher ce phénomène aussi familier que difficile à définir. (b) Le point de vue de la rhétorique sur l’émotion: le concept de pathos dans les grands textes de la rhétorique antique et son actualité pour l’étude des discours. (c) Le point de vue des sciences du langage sur l’émotion: quels moyens la langue et les discours offrent-ils pour transmettre de l’émotion?

Le séminaire s’articule en deux temps distincts. Les séances 1-6 consistent en une introduction théorique et méthodologique à l’étude des émotions dans les discours: prises en charge par l’enseignant, ces séances se déroulent sur un mode ex cathedra. Des supports écrits doivent être téléchargés par les étudiant-e-s avant chaque séance du cours et des ouvrages sont recommandés. Les séances 7-14 voient quant à elles les étudiant-e-s présenter des séminaires oraux (par groupes de deux).

Retour en haut de la page


Introduction à la rhétorique
Thierry Herman | 2 ECTS | Automne | Ecrit en évaluation interne

Plusieurs cours du module écriture et argumentation s’appuient sur la rhétorique. Il n’est donc pas inintéressant pour tout étudiant de découvrir les fondements de cet art de persuader par le discours, dont l’influence reste manifeste de nos jours – que l’on songe à Barack Obama par exemple, mais aussi aux différents cabinets de communication qui font de la rhétorique leur fonds de commerce.

Le but de ce cours est d’initier les étudiants à la discipline au moyen de textes sur la rhétorique mais en réfléchissant aussi à des exemples contemporains de discours dans lequel la technique rhétorique présente quelque fondement. Par la grille de lecture que nous donnent les textes classiques d’Aristote, Quintilien, Cicéron et Hermogène, mais aussi des auteurs contemporains (Angenot, Danblon, Perelman), nous observerons in vivo différents exemples contemporains visant à persuader pour comprendre comment « cela » fonctionne sur le plan de la rhétorique et de la persuasion.

Les étudiants seront invités à remettre un travail écrit analysant un document de communication selon une dimension rhétorique afin de valider le cours. Une participation active au cours est demandée pour instaurer un enseignement qui ne soit pas uniquement ex-cathedra, mais puisse avoir la forme d’un séminaire où les étudiant-e-s sont invité-e-s à débattre et à réfléchir ensemble.

Retour en haut de la page


Écrire en français: de la ponctuation à la cohésion textuelle
Suzanne Crettex | 2 ECTS | Printemps | Écrit en évaluation interne

Ce cours a pour objectif de découvrir, de rafraichir et/ou de consolider les connaissances du français permettant de rédiger des travaux académiques. Il s'adresse aussi bien aux étudiants francophones qu'aux non francophones de niveau avancé. Structuré en plusieurs thématiques (mise en page et ponctuation, verbe, cohésion textuelle, syntaxe, lexique et orthographe, style), il s'appuie sur l’ouvrage de référence Bescherelle d’Adeline Lesot (2010) contenant des lectures obligatoires et des exercices. Ce cours est validé après la réussite d’une évaluation interne. Limité à un nombre restreint de participants (20 personnes), il est avant tout constitué d’exercices pratiques: une présence régulière au cours ainsi qu’un travail régulier à la maison sont donc exigés pour obtenir les crédits.

Retour en haut de la page

Actualités

Le programme du module "écriture et argumentation" 2016-2017 est maintenant disponible:

Module AEC 2016-2017

Evénements