Fermer
_flsh_histoire_art_museologie_choix.jpg

L'artiste romantique en représentation : Léopold Robert

 

L'artiste romantique en représentation : Léopold Robert (1794-1835) et sa correspondance d'artiste

Né aux Eplatures en 1794 dans une famille d'artisants, Léopold Robert a débuté comme simple apprenti-graveur, avant d'ambitionner une carrière de peintre. Sous l'Empire, la principauté de Neuchâtel est intégrée dans l'empire français. En 1810, Robert grossit la foule des élèves de Jacques-Louis David à Paris, mais en 1815, il perd sa nationalité française lorsque Neuchâtel revient à la Prusse; il ne peut plus concourir pour le prix de Rome. Un mécène lui permet néanmoins d'accomplir son voyage d'Italie, et de s'installer dans la Cité des papes en 1818. Exclu du cursus honorum classique, Robert conquiert sa célébrité aux Salons bisannuels de Paris.

Pour vivre, il multiplie les petits tableaux pittoresques. Il les vend aux touristes étrangers, tandis qu'il parvient à s'introduire dans les cercles aristocratiques. Peu à peu, il élève le niveau de sa clientèle, et donc celui de ses propres tarifs. Mais son impuissance à composer de grandes machines historiques accentue son état dépressif. Il se suicide à Venise en 1835.

Les requérants se proposent d'analyser et de publier la "correspondance artistique" de Léopold Robert. Ils entendent démontrer comment l'artiste, à travers ses échanges épistolaires, crée et maintient des réseaux, développe des stratégies commerciales et sociales précises, construit une représentation de la réalité artistique et, simultanément, une image projective de sa propre personne.

Dès l'époque romantique, de telles correspondances ont été reconnues comme des monuments historiques et biographiques, susceptibles de contribuer à fonder durablement la stature d'un artiste. Si les fonds de missives restent assez rares avant le XIXe siècle, ils se multiplient durant la période considérée. A ce titre, l'abondante correspondance de Léopold Robert, conservée à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, adressée à sa famille, à ses mécènes, à ses amis artistes, est reconnue par les spécialistes comme le plus vaste fonds de correspondance d'artiste d'expression française pour la première moitié du XIXe siècle.

 



 

Collaborations

Projet co-dirigé par:

 

Pascal Griener
Professeur
Institut d'histoire de l'art et de muséologie
Université de Neuchâtel
Espace Louis-Agassiz 1
2000 Neuchâtel
Tél. : +41 32 718 18 32
pascal.griener@unine.ch
 
Hans Jörg Heusser
Directeur ISEA-SIK
Institut für Kunstwissenchaft
Zollikerstrasse 32
Postfach 8032 Zürich
Tél. : +41 1 388 51 51
hans-joerg.heusser@sikart.ch

 

Assistance:

 

Laurent Langer
Doctorant
Institut d'histoire de l'art et de Muésologie
Espace Louis-Agassiz 1
2000 Neuchâtel 
laurent.langer@unine.ch