Fermer
_flsh_histoire_art_museologie_choix.jpg

Mylène Steity

Comment la contacter ?

Institut d'histoire de l'art et de muséologie
Assistante-doctorante

Bureau 3N08
Espace Tilo-Frey 1
2000 Neuchâtel
+41 32 718 18 06

Heures de réception: sur rendez-vous par e-mail
 

Petite présentation

Mme Mylène Steity est titulaire d'un Master of Arts en études muséales obtenu à l'UniNe, d'un M2 parcours professionnalisant marché de l'art obtenu à l'Ecole du Louvre à Paris et d'un Bachelor of Arts en lettre et sciences humaines de l'UniNe.

Assistante en muséologie, elle enseigne le Proséminaire I en histoire de l'art antique et le Proséminaire I en histoire de l'art contemporain.

Son projet de thèse

L’objet comme production coloniale ou la naissance de la peinture moderne au Congo belge. Des premières expositions dans l’Europe de l’entre-deux-guerres à la redécouverte des artistes précurseurs de l'art moderne du Congo. Constructions et déconstructions des modèles de (re)connaissance

Au cours de l’entre-deux-guerres, la représentation du continent africain évolue en parallèle à celle de la colonisation. Après une première phase d’exploration et de conquête, les puissances coloniales vont désormais s’attacher à faire connaitre les populations et ce, afin de valoriser les colonies. Le volet de l’histoire de la peinture congolaise dite « moderne » et « populaire » s’écrit par le biais de l’histoire coloniale dont le contexte est déterminant dans l’émergence d’une pratique picturale sur toile. De sa découverte, de son transfert sur papier à son exposition dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, l’histoire de cette collection picturale congolaise s’inscrit dans le cadre général de la politique culturelle coloniale de l’époque. L’étude de sa réception doit être discutée à partir de ces schèmes de représentations qui déterminent, en grande partie, à la fois la trajectoire des objets, l’interprétation et le regard que les contemporains ont portés sur eux.