Fermer
_flsh_histoire_art_museologie_choix.jpg

Lisa Cornali

Comment la contacter?

Institut d'histoire de l'art et de muséologie
Assistante-doctorante

3N08
Espace Tilo-Frey 1
2000 Neuchâtel
+41 32 718 18 90
lisa.cornali@unine.ch
Heures de réception: sur rendez-vous par e-mail

Petite présentation

Lisa Cornali est, depuis le 1er septembre 2019, assistante-doctorante du Professeur Régine Bonnefoit auprès de l'Institut d'histoire de l'art et de muséologie de l'Université de Neuchâtel. Elle est en charge de l'enseignement du proséminaire II en histoire de l'art contemporain et prépare une thèse sur les mécanismes d’appropriation artistique de la gravure anglaise dans le long XIXe siècle.

Après un Bachelor en histoire de l’art, histoire et ethnologie à l'Université de Neuchâtel, Lisa Cornali poursuit ses études auprès des universités de Lausanne et de Neuchâtel avec un Master en sciences historiques : histoire de l'art et histoire. Dans le cadre de son mémoire de Master, elle étudie la réception de l'art et des théories constructivistes russes dans l'œuvre et la pensée artistique de Paul Klee durant ses années d'enseignement au Bauhaus.

Depuis 2017, elle se forme également à la pratique professionnelle auprès de diverses institutions suisses et allemandes (Musée d'art de Pully, Institut suisse pour l'étude de l'art, Kunstforum Ostdeutsche Galerie, Archives Jura Brüschweiler).

Son projet de thèse

Mon projet de thèse se propose d’étudier les mécanismes d’appropriation, dans l’art européen du long XIXe siècle, des illustrations de textes antiques et médiévaux gravées d’après les compositions de John Flaxman (1755-1826). Il entend aborder ces processus dans le cadre des réflexions interrogeant alors les possibilités d’une communication immédiate offertes par l’image. Essentiels pour l’avènement du modernisme et des avant-gardes, ces questionnements conduisent artistes et théoriciens à explorer les vertus émotionnelles et symboliques des moyens graphiques et picturaux. À l’extrême fin du XVIIIe siècle, le schématisme formel des gravures de Flaxman constitue à cet égard un fait visuel d’une importance capitale pour les développements artistiques du siècle suivant. Mon projet prévoit d’aborder la manière dont peintres, sculpteurs et graveurs travaillent sur la base de l’expérience du regard proposée par les estampes flaxmaniennes pour développer les qualités expressives de leurs œuvres dans un détachement progressif de la narration et de la figuration mimétique. Il considérera ainsi un aspect essentiel de l’œuvre graphique de John Flaxman jusqu’ici négligé par la recherche consacrée au sculpteur anglais.

L’analyse veillera à aborder les mécanismes d’appropriation dans leurs dimensions idéelle mais aussi technique et matérielle. Partant, elle posera notamment la question de l’importance et des fonctions de la copie, de ses techniques et de ses divers degrés d’exactitude ; elle s’intéressera également aux enjeux de l’intermédialité. Pour chaque cas d’étude, il s’agira de cerner le contexte de réception et de renouvellement – horizons d’attentes, conceptions artistiques et esthétiques générales et particulières – du vocabulaire flaxmanien par une analyse croisée de sources textuelles – traités, journaux et revues artistiques, ouvrages didactiques, philosophiques et historiques, correspondances d’artistes et de théoriciens – et visuelles – œuvres plastiques antérieures ou contemporaines, illustrations des sources textuelles abordées.