Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Clara Barrelet

La fabrique d’une maladie infectieuse : ethnographie du dispositif préventif et curatif de la tuberculose en Suisse

Co-direction : Ellen Hertz (institut d’ethnologie, université de Neuchâtel) et Mathilde Bourrier (département de sociologie, université de Genève)

Dans le cadre de cette thèse, je m’intéresse à la prévention et au traitement d’une maladie infectieuse, la tuberculose, à un niveau local, un canton suisse. Mon objet de recherche se situe au croisement de l’anthropologie et de la sociologie de la santé, des politiques publiques et des institutions. Mon projet est de fournir un exemple ethnographique d’une “figure urbaine“ de santé publique (Fassin 1998) combinant, d’une part, l’analyse d’un dispositif de santé en tant qu’ “action publique“ (Olivier de Sardan 2010) et des relations entre usager-e-s et professionnel-le-s des institutions composant ce dispositif préventif et curatif et, d’autre part, l’analyse de déclinaisons locales des notions de risque, de prévention, de santé publique et de contagion.

La gestion de la tuberculose aujourd’hui comme hier, soulève des questions sociales relatives à la liberté des individus, au bien commun, au vivre ensemble à différents échelons (international, national, régional), à la relation entre un « Nous » et un « Eux », à l’usage de la contrainte dans le champs médical, au rôle des professionnel-le-s de la santé.
Les techniques et les dispositifs préventifs et curatifs ont une histoire, produisent des impacts et font l’objet de négociations qu’il s’agit d’interroger. Pour ce faire, j’ai choisi d’effectuer une ethnographie multisite (Marcus 1995; Martin 1994), combinant observations et entretiens in situ avec des entretiens semi-directifs.
 

D'autres infos...

1991: Lors d'un séjour d'un an à Toronto, Clara réalise que ses camarades et enseignantes de l’école primaire ne se conforment pas aux usages suisses. Le champ des possibles s’ouvre. En 1998, une deuxième expérience de décentrement à Berkeley High School lui confirmera que "eux" existe.

 

2001: Clara croise Cédric à Genève qui l’emmène à Neuchâtel écouter des cours. Elle découvre l'ethnologie qu’elle n’a pas lâché depuis.

 

2007: A New York, le champ des possibles se fait plus divers encore. Sur ce terrain, Clara découvre la danse voguing et le queer. Aux lectures anthropologiques s'ajoutent des expériences révélant qu'on peut être, qu'on peut faire et qu'on peut penser autrement… d'ailleurs, ça se fait. Plutôt que de devenir vogueuse, Clara décide décrire son mémoire.

 

2010: Clara B. retourne sur le terrain, en terres médicales cette fois, et s'inscrit en thèse.