Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Aline Sigrist

Entre bien-être et thérapie. Diffusion et réappropriations de la médecine ayurvédique en Suisse.

La médecine ayurvédique - littéralement science de la longévité – est issue d’un savoir ancestral indien dont les textes de base sont datés de plus de 2000 ans. Cette pratique thérapeutique dite « alternative», proposant une approche holistique du corps et de la maladie, connaît actuellement un véritable essor tant en Inde que sur la scène internationale. En circulant hors de l’Inde, cette médecine a connu un processus de globalisation et a été reformulée afin de toucher un public international avec une mise sur le marché mondial de la santé et des soins. Cet essor de l’Ayurveda en Suisse, et plus généralement dans les sociétés post-industrielles, favorise un tourisme médical ayurvédique à destination de l'Inde.

Le peuple suisse ayant choisi d’inscrire les médecines « complémentaires » dans la constitution en 2009, une législation et des réglementations d'application ont été élaborées en conséquence. La Suisse permet ainsi à diverses médecines « complémentaires », dont l’Ayurveda, de s’y professionnaliser. Depuis 2015, deux diplômes fédéraux ont été mis en place pour la pratique et la reconnaissance de ce système médical. Cela fait de la Suisse, un pays pionner dans l’institutionnalisation de cette médecine en dehors de l’Inde.

Ma recherche s’intéresse ainsi aux modalités de transfert du savoir et des pratiques ayurvédiques dans l’espace médical suisse. Elle abordera la circulation de l’Ayurveda sous l’angle des pratiques individuelles de santé et des itinéraires thérapeutiques des patients. J’analyserai les développements actuels de cette médecine en Suisse et les raisons qui incitent des patients à se déplacer jusqu’en Inde pour obtenir de tels soins. Je rendrai ainsi compte de la manière dont, en Inde, cette médecine est adaptée et transmise à des patients non indiens, puis j’analyserai ce qui favorise sa réception dans le public en Suisse. Ma recherche se basera ainsi sur deux terrains ethnographiques, en Inde (Kerala) et en Suisse.

Au travers de cette étude, j’analyserai les processus d’adaptation de la pratique ayurvédique dans le contexte médical suisse et sa confrontation à un système culturel et social différent de son lieu d’origine. En étudiant les usages actuels de cette pratique médicale et ses intrications avec d’autres domaines du champ de la vie sociale helvétique, je rendrai compte des éléments qui sont transplantés dans cette culture et j’étudierai le rôle de l’Ayurveda sur les transformations des pratiques individuelles de santé. J’espère aussi pouvoir mettre en évidence ce que les usages actuels de l’Ayurveda en Suisse nous révèlent des réalités sociales et médicales helvétiques. Cela me permettra, par exemple, de questionner les transformations du rapport au corps et à la maladie, les formes différentes de médicalisation des sociétés contemporaines, pour finalement rendre compte des transformations au sein du champ de la santé en Suisse et de l’évolution de la demande thérapeutique. Profitant de la popularité de l’Ayurveda, je m’intéresserai tout particulièrement aux représentations du bien-être qu’elle véhicule.

 

Direction: Christian Ghasarian (Université de Neuchâtel)
Co-direction : Laurent Pordié (EHESS)

Milestones