Fermer

Vers la fin des interactions sociales?

Lutter contre le sexisme et le harcèlement ne signe pas la fin des interactions sociales entre les individus.

Les interactions sociales respectueuses entre toutes et tous sont encouragées. Elles ne doivent pas être confondues avec le harcèlement.

Dans le premier cas, il s’agit d’une interaction réciproque, constructive, basée sur le consentement mutuel, alors que dans le second, l’interaction est unilatérale, dégradante et blessante.

Comment distinguer la séduction du harcèlement sexuel ?

Ce qui distingue la séduction du harcèlement sexuel, ce n’est pas l’intention de la personne à l’origine de la tentative de rapprochement, mais bien le ressenti de la personne destinataire.

En d'autres termes, si la personne destinataire ne souhaite pas de rapprochement avec la personne à l'origine de la tentative et cette dernière ne respecte pas son refus (manifesté par une forme de "non" ou un silence), le rapprochement devient du harcèlement. 

La personne importunée se trouve dans une situation inconfortable qui la contraint à adopter des stratégies d’évitement: modifier ses horaires, changer de lieu (bibliothèque, bureau, etc.), de filière, d’unité ou de service, voire quitter l’Université.

Toute relation intime avec un ou une supérieure hiérarchique pouvant provoquer un conflit d'intérêts devrait a priori être sujette à caution et appréhendée avec précaution.

UNINE_har_confiance5.png

A télécharger